25/02/2016 09h:23 CET | Actualisé 03/03/2017 07h:10 CET

Tourisme au Maroc: Efforts colossaux et perspectives 2020

ÉCONOMIE - En 2010, le Maroc célébrait son succès après avoir attiré plus de 10 millions de touristes et enregistré une hausse annuelle moyenne de 8,7% en nombre d'arrivées depuis 2001. Ces résultats se sont inscrits dans le cadre du plan "Vision 2010", qui cherchait à lancer le secteur du tourisme et à faire du Maroc une destination de renom à l'international.

ali eminov/Flickr

ÉCONOMIE - En 2010, le Maroc célébrait son succès après avoir attiré plus de 10 millions de touristes et enregistré une hausse annuelle moyenne de 8,7% en nombre d'arrivées depuis 2001. Ces résultats se sont inscrits dans le cadre du plan "Vision 2010", qui cherchait à lancer le secteur du tourisme et à faire du Maroc une destination de renom à l'international.

Le royaume a en effet réalisé 93% des objectifs ciblés par le plan "Vision 2010", le secteur du tourisme devenant ainsi l'un des piliers de l'économie nationale. Les arrivées touristiques sont une importante source de devises ayant apporté plus de 440 milliards de dirhams de 2001 à 2010. Aussi, de façon directe, le développement du tourisme a permis la création de près de 450.000 emplois.

Considérant ces multiples succès, un plan "Vision 2020", encore plus ambitieux, a été mis en place. Ce plan vise à tirer parti du positionnement géographique du Maroc et de sa diversité culturelle. Par ailleurs, les dirigeants souhaitent également capitaliser sur les solides infrastructures mises en place suite à "Vision 2010", dans le but de saisir toutes les opportunités se présentant à l'avenir. Concrètement, "Vision 2020" a pour objectif de doubler la taille du secteur, par trois différents moyens:

  • Doubler la capacité d'accueil des touristes en ajoutant 200.000 lits.
  • Doubler le nombre de touristes, en doublant sa part de marché sur le marché européen et en attirant plus d'un million de touristes en provenance des pays émergents.
  • Tripler le nombre de voyages intérieurs, afin de consolider les liens régionaux et les échanges culturels.

Le socle solide développé par "Vision 2010" est caractérisé par un professionnalisme croissant de la main d'œuvre hôtelière, une forte stratégie marketing à l'international et un fort développement de l'accessibilité du pays en tant que destination à part entière (réaménagement d'aéroports et investissements dans les réseaux routiers et autoroutiers). Par exemple, la réforme "Open skies" a permis à un grand nombre de compagnies aériennes internationales, principalement "low cost", d'accéder au marché marocain et d'augmenter ainsi le flux de touristes internationaux.

Le Maroc a fait le choix de faire du tourisme un point clé de son économie. En effet, le pays a pu se distinguer de ses homologues de la région MENA en s'axant sur un tourisme culturel, diversifié de qualité. Les plans "Vision 2010" et "Vision 2020" ont permis de faire du tourisme un moteur de la croissance économique du pays. Aujourd'hui, le tourisme pèse 12% de part dans le PIB et emploie plus de 5% de la main d'œuvre nationale. Le tourisme assure ainsi des liquidités de devises constantes et bénéficie de la stabilité politique du royaume.

Cela dit, cet équilibre est relativement instable. Même si la situation politique du Maroc est stable, le royaume est affecté par les événements géopolitiques internationaux qui ont frappé la région MENA et ont pu aggraver la situation du tourisme globalement dans le monde arabe. Le royaume s'adapte et a pris en considération ce climat tendu en mettant en place des mesures de sécurités renforcées dans le but de protéger Marocains et visiteurs.

Toutefois, peur et inquiétude ont envahi le continent européen à la suite des attaques de Paris, baissant ainsi le nombre d'arrivées touristiques durant les quatre derniers mois. Entre janvier et novembre 2015, le nombre de nuitées avait baissé de plus de 7% comparé aux données de l'année 2014, les plus fortes baisses étant enregistrées à Ouarzazate et Essaouira où le nombre de nuitées à chuté de 30% et 14% respectivement.

Si le secteur touristique continue sur cette voie, le Maroc ne sera aucunement en mesure d'atteindre les objectifs ciblés dans le cadre du plan "Vision 2020". Par anticipation, de nombreux projets ont été inaugurés récemment pour pallier ces tendances. Par exemple, le plan "Wessal Bouregreg" qui cherche à hisser le tourisme culturel à un niveau supérieur, ou encore le plan "Azur 2020" qui vise à promouvoir le tourisme balnéaire en s'appuyant sur un afflux de touristes provenant de pays divers et qui comprend le développement d'une infrastructure se voulant accueillir les touristes dans un cadre écologique.

LIRE AUSSI:

Galerie photo 12 mois, 12 destinations au Maroc Voyez les images