LES BLOGS
08/03/2016 07h:51 CET | Actualisé 09/03/2017 06h:12 CET

Etudiants en médecine à l'étranger: Pourquoi nous quittons le Maroc

ÉTUDES - L'étudiant marocain qui décide de suivre des études dans le domaine médical a pour ambition de contribuer à l'amélioration de la santé de ses concitoyens. Cependant, ce n'est pas une tâche facile. Ainsi, les étudiants marocains saisissent souvent toutes les opportunités pour parfaire leur formation à l'étranger et n'hésitent pas à franchir l'Atlantique.

ÉTUDES - L'étudiant marocain qui décide de suivre des études dans le domaine médical a pour ambition de contribuer à l'amélioration de la santé de ses concitoyens. Cependant, ce n'est pas une tâche facile. Ainsi, les étudiants marocains saisissent souvent toutes les opportunités pour parfaire leur formation à l'étranger et n'hésitent pas à franchir l'Atlantique.

Récemment, divers mouvements de grève ont touché les facultés de médecine, preuve du malaise régnant. Les étudiants des cinq facultés ont protesté contre la nouvelle loi qui consiste à réhabiliter la fonction publique obligatoire: après obtention de leur diplôme, les médecins sont priés de travailler dans les zones rurales pendant deux années. Envoyer des médecins dans de telles régions qui manquent d'infrastructures permettrait de soutenir la pratique médicale. L'autre problème qui inquiète les étudiants est leur salaire, qui n'est pas digne de celui d'un médecin, selon eux. En raison des désagréments dans le ministère, les étudiants et le gouvernement ne trouvent pas de terrain d'entente.

De la génération de nos parents à la nôtre, les études en dehors du Maroc ont toujours été valorisées et donnent l'impression d'un diplôme plus reconnu. Pour un étudiant marocain qui en a les moyens financiers, finir ses études à l'étranger, souvent en France, est devenu le passage obligé. Cependant, les circonstances telles que la crise économique européenne, ainsi que les menaces terroristes, font que nous allons vers d'autres horizons. C'est pour cela que certains d'entre nous se rendent en Amérique.

Pour ma part, ayant suivi toute ma scolarité dans une école américaine à Casablanca, j'ai eu l'occasion d'apprendre et de parler couramment trois langues. Quand le temps est venu pour moi de choisir l'université dans laquelle j'allais étudier, je n'ai pas hésité à envoyer mon dossier au Canada. En dépit de la barrière linguistique, beaucoup d'étudiants marocains venant des écoles marocaines ont décidé de poursuivre leurs études aux États-Unis et au Canada.

La Faculté de Médecine est très dure, et le taux d'admission est très bas: jusqu'à moins de 8%. Plus les universités sont réputées, plus les taux d'admission sont moindres. Mais la méthode en Amérique offre un système simple et efficace. Les études universitaires sont divisées en deux catégories: le premier diplôme "undergraduate" et le second pour ceux qui veulent poursuivre leurs études "graduate". Pour devenir un "graduate", il est requis d'avoir un diplôme "undergraduate". En ce qui concerne la médecine, un diplôme en science est exigé. Quelques cours sont aussi demandés lorsque vous passez votre diplôme de sciences, tels qu'une année de physique et deux ans de chimie pour se préparer à passer le MCAT (examen médical d'admission à l'université).

Afin d'être admis dans une école, plusieurs conditions sont nécessaires. Un minimum GPA de 3.6 (moyenne générale) est exigé, note qui ne garantit aucunement un placement. Les universités exigent également de passer le MCAT, un test national standardisé pour évaluer la connaissance des étudiants sur les concepts de la science fondamentale, la résolution de problèmes, la pensée et la rédaction critique (critical thinking). Ce test est aussi important que le GPA et parfois plus. Les étudiants peuvent passer le MCAT pendant la troisième année de leurs études en tant que "undergraduate."

D'autres composantes qui peuvent valoriser votre candidature sont votre expérience dans le domaine clinique. Vous devez montrer que vous avez l'expérience dans la carrière que vous avez choisie. L'exposition clinique montrera au comité d'admission votre intérêt dans le domaine et vous permettra d'obtenir de l'expérience. Ce qui est intéressant et absolument fascinant est le nombre de possibilités disponibles pour les étudiants. Les élèves universitaires de la première année peuvent également postuler en tant que volontaires dans les hôpitaux. Il y a tant de choix allant du département de neurologie, à la recherche sur le cancer en passant par la cardiologie...

Sous la direction des médecins et infirmiers, les étudiants ont l'occasion d'avoir le même mode de vie qu'un médecin dans son rythme de travail et dans son travail en équipe. Les connaissances qu'ils acquièrent viennent de leurs expériences aux côtés des médecins et des infirmières qui leur enseignent des compétences pratiques, choses que l'on ne trouve pas dans les manuels. Ainsi, ils acquièrent certaines compétences telles que la communication et développent leur esprit critique.

La dernière étape vers l'admission est l'entretien. Le comité d'admission profite de cette occasion pour évaluer votre personnalité et votre sens du professionnalisme. De nombreuses écoles de médecine utilisent le format MMI (multiple mini-interviews). Cela consiste à ce que dans chaque poste (on en trouve de six à dix) on vous donne deux minutes pour lire un scénario (à propos d'une situation éthique, orientée ou résolution de problèmes) et six à huit minutes pour répondre. Vous serez noté sur les réponses données. Tous ces éléments contribuent à votre dossier pour l'école de médecine. Si vous êtes accepté, vous serez admis en tant qu'étudiant en médecine de troisième cycle.

L'avantage de ce programme est que vous possédez un "Bachelor's Degree" donc si vous n'êtes pas admis en faculté de médecine, les efforts des dernières années ne sont pas vains. Vos années n'ont pas été gaspillées, et avec votre diplôme, d'autres chemins sont disponibles sans avoir à recommencer une fois de plus.

Après avoir reçu un diplôme d'études supérieures, les étudiants qui veulent pratiquer au Maroc devront obtenir une équivalence. Tout d'abord, votre diplôme devra être reconnu par le gouvernement marocain. Si la situation s'applique, ces médecins devront passer par une année supplémentaire pour être accrédités par le ministère de la Santé.

La faculté de médecine est un challenge dans le monde entier. Je vois cependant que j'apprends beaucoup plus et que j'avance plus vite que les étudiants dans les écoles au Maroc. Notre système éducatif manque de structure. Un constat que plusieurs étudiants et moi-même remarquons pendant nos études à l'étranger.

LIRE AUSSI:À Rabat, les étudiants en médecine battront un record international

Galerie photo La deuxième marche nationale des étudiants en médecine Voyez les images