LES BLOGS
23/03/2016 04h:48 CET | Actualisé 24/03/2017 06h:12 CET

Mokhtar Boudrar s'en va !

Il était une fois un "On refait le match" de la tchatche footballistique entre 2 Mokhtar, le Chergui et le Boudrar ! Il était au feuilleton romanesque du foot et des sports ce que le regretté Rabah Saadallah était à l'histoire du Chaâbi et de son Cardinal.

qsdfghj

Il était une fois un "On refait le match" de la tchatche footballistique entre 2 Mokhtar, le Chergui et le Boudrar ! Il était au feuilleton romanesque du foot et des sports ce que le regretté Rabah Saadallah était à l'histoire du Chaâbi et de son Cardinal.

Mokhtar Boudrar n'est plus. Le doyen de confrère qui a commencé à arpenter le 20, rue de la Liberté à l'heure de ma tendre enfance s'en va. ''El Hadj'', comme nous l'appelions, a sacrifié, hier, à un ultime "bouclage". Il avait 85 ans. C'est l'ami et confrère Hadj Mohamed Kerba qui m'a annoncé la triste nouvelle au téléphone.

Avec la disparition du Saint-Eugènois, c'est un pan important de la mémoire du football/sport algérien qui tire sa révérence. Partagé entre quatre passions - sa famille, son activité professionnelle, le sport et la presse -, il avait ''slalomé'' entre ses multiples vies.

Professionnellement, le défunt avait servi, tour à tour, à Air-Algérie et à la CNAN lorsque le pavillon aérien et maritime ''DZ'' avait fière allure. Il avait également dirigé la direction commerciale de l'ONAT, précise notre ami Said Boukhelifa. Dans le registre de la presse, le défunt avait évolué dans une multitude de ''clubs-gazettes''.

Qu'il s'agisse de Mokhtar Boudrar, de Hadj Boudrar ou d'autres pseudos, le doyen de confrère était de toutes les chroniques, de tous les compte-rendus. Sa signature avait imprimé les pages sportives d'El-Moudjahid, de l'hebdomadaire Sports Actualités, d'Algérie Actualités.

dzactualite

Entre le siège de la CNAN, sis Alger-Port, et les rédactions d'El-Moudjahid et Algérie Actualités, il n'y avait qu'un pas et "El Hadj" se faisait un plaisir de le franchir au quotidien. Éternel bon vivant et toujours élégamment vêtu, "El Hadj" excellait dans son péché mignon : l'art de la "tchatche" footballistique.

"Pigiste bambin" à la sportive d'El-Moudjahid, je guettais avec impatience l'irruption de "Hadj Boudrar" à la ''Sportive'' et son match-tchatche avec l'autre Mokhtar, Chergui (paix à son âme).

Quand Mokhtar Chergui et Mokhtar Boudrar se retrouvaient les lendemains de matchs, la causerie du 20, rue de la Liberté prenait des accents de "On refait le match" à la Eugène Saccomano. Dans un échange à l'allure de joute, chacun s'efforçait de "damer le pion" à l'autre sur le terrain des connaissances, des coulisses du foot et des procédures réglementaires. Entre les deux Mokhtar, il s'agissait d'un échange à la fois vif et courtois. Un échange-chanson où chacun lance à l'autre "ghir ana makach khlaf'" !

D'Alger-Port à Belcourt, du 20, rue de la Liberté à Saint-Eugène/Bologhine et d'Oran à Annaba à la faveur de ses déplacements pour les besoins de couvertures, Mokhtar Boudrar dévorait des parcours jalonnés d'amis. Qu'ils soient MCA, USMA, CRB, JSK, MCO, USM ANNABA, MOC, tous étaient reconnaissants à Mokhtar de donner une visibilité et un écho internationaux au foot algérien.

Tous les mardis que Dieu faisait, le football algérien se lisait sur France Football par la grâce de son correspondant permanent à Alger. C'était au temps de France Foot classique, la bible du foot en noir et blanc, le France foot "édition africaine" voulu par ses illustres fondateurs : Jacques Ferran (l'ex-directeur toujours de ce monde), Jacques Thibert, Max Urbini et consorts.

francefootball

Le football algérien doit à Mokhtar Boudrar une trace pour la postérité dans le roman du football mondial. Il suffit, pour s'en convaincre, de consulter les archives de France Football au siège du journal ou à la Bibliothèque nationale de France. Les années de collaboration de Mokhtar Boudrar avec la "Bible du foot" sont jalonnées de numéros dans lesquels les articles du défunt racontent des épisodes importants de l'histoire du foot algérien : les années de l'Entente de Sétif et du CR Belcourt, la jeunesse de Lalmas, l'équipe nationale entre temps de vaches maigres et premiers succès internationaux (Jeux méditerranéens d'Alger en 1975 et Jeux Africains de 1978), sacre africain du MCA (1976), qualification au mondial espagnol (1982) et mexicain (1986) ... etc.

Pour l'avoir connu à l'aube du foot algérien post-indépendance, pour l'avoir fréquenté des années durant, notre doyen Benyoucef Ouadia et mes aînés de confrères sont les plus indiqués pour nous en dire plus.

NB : la photo du regretté Mokhtar est une illustration d'un article nécrologique publié par El Watan.com et signé Yazid Ouahib.

dsg

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.