LES BLOGS
27/09/2015 06h:35 CET | Actualisé 27/09/2016 06h:12 CET

L'état d'esprit d'Ahmed Medeghri quelques jours avant sa mort

dr

En mettant un peu d'ordre dans une partie de mes archives, je suis tombé sur ce factuel que j'avais publié dans le Quotidien d'Oran en avril 2007 à la faveur d'une réédition de "L'Affaire Mécili" (La Découverte, Paris).

L'article avait trait à l'état d'esprit du ministre de l'Intérieur Ahmed Medeghri (sous Ben Bella et Boumediène) quelques jours avant sa "mort" !!! Voici le factuel tel que publié :

"L'ancien ministre de l'Intérieur de Houari Boumédiène, Ahmed Medeghri, se sentait menacé et en aurait fait part à l'une de ses connaissances. C'est Hocine Aït-Ahmed qui le dit dans un de ses derniers textes.

Invité à rédiger une nouvelle préface pour la réédition de "L'Affaire Mécili" (La Découverte), le chef du FFS y rapporte la teneur d'une discussion qu'il a eue avec Claude Julien, l'ancien directeur du "Monde Diplomatique".

medeghri

Quelques jours avant sa disparition tragique, le 10 décembre 1974, le ministre de l'Intérieur et membre du Conseil de la Révolution avait appelé Claude Julien au téléphone. Motif de la communication : annuler un rendez-vous déjà convenu entre les deux hommes.

A en croire le témoignage d'Aït-Ahmed, Claude Julien - patron du mensuel parisien de 1973 à 1990 - devait se déplacer à Alger à l'invitation du ministre de l'Intérieur. Les deux hommes "étaient en contact étroit", selon le leader du FFS.

"Une semaine avant ce voyage, Medeghri l'appela au téléphone pour annuler" le rendez-vous, selon Claude Julien, cité par Aït-Ahmed. Le ministre aurait précisé à son interlocuteur au bout du fil qu'il se sentait "vraiment menacé".

medeghri boumedienneMedeghri avec le président Houari Boumedienne

"Opposé à la charte nationale"?

Selon le leader du FFS, le directeur du "Monde Diplomatique" lui a également "confirmé" que Medeghri était "opposé à la première charte nationale des années 1970 et préconisait l'élaboration démocratique d'une constitution".

Officiellement, les projets de charte nationale, de constitution et d'un échéancier électoral avaient été évoqués pour la première fois en juin 1975.

Dans un discours à l'occasion du 10e anniversaire du "redressement révolutionnaire" - intitulé officiel de l'éviction de Ben-Bella-, Boumediene s'était engagé à lancer un chantier institutionnel pour fermer la parenthèse du Conseil de la Révolution.

Ministre de l'Intérieur de Ben-Bella avec lequel il a eu maille à partir - son limogeage était prévu à l'été 1965-, Ahmed Medeghri avait fait partie du Conseil de la Révolution de sa proclamation jusqu'à sa mort.

Ministre jouissant de toutes ses prérogatives préfectorales il avait été, entre autres missions, l'artisan des premiers découpages territoriaux de l'après-indépendance.

ben bella medeghriAvec le président Ahmed Ben Bella et Boumedienne (Ministre de la défense)

Plusieurs programmes spéciaux en faveur des wilayas - entre autres Tizi-Ouzou, Saïda, le Titteri (Médéa)- avaient été lancés durant cette période. Ahmed Medeghri est mort à son domicile à Hydra.

Le communiqué officiel diffusé sur les téléscripteurs de l'agence APS avait parlé d'un "décès accidentel". La crédibilité de cette version avait été remise en cause par de nombreuses sources algériennes, y compris dans les allées du pouvoir".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.