LES BLOGS
12/10/2015 06h:11 CET | Actualisé 12/10/2015 06h:25 CET

Honorés en Algérie, oubliés au Maroc, les Barrat... ces combattants de l'indépendance du Maghreb

barrat bled mag

Un magazine international marocain salue à grands traits le ''combat multidimensionnel'' de Robert et Denise Barrat ''contre l'oppression coloniale'' au Maghreb et plaide pour une visibilité du couple anticolonial dans l'histoire et la mémoire du Maroc.

''BledMag'' - revue destinée aux Marocains de l'étranger - regrette que ''l'œuvre militante'' des Barrat au crédit de l'indépendance marocaine n'est pas suffisamment présente dans la mémoire du Maroc. ''Ces +justes+ injustement oubliés'', s'émeut l'universitaire et journaliste Abdessamad Mouhieddine.

Résistant, journaliste et rédacteur en chef du périodique Témoignage Chrétien, Robert (1919-1976) était l'un des intellectuels français les plus engagés sur le front anti-colonial.

À l'image du professeur André Mandouze, il avait été l'un des premiers -- mais rares --acteurs à avoir prédit le déclenchement de la guerre d'indépendance algérienne à la lumière de plusieurs séjours en Algérie.

En revisitant le parcours anticolonial de Robert et de Denis Barrat, ''BledMag'' fait valoir l'engagement du binôme au service des peuples d'Afrique du Nord.

''Le couple Barrat a fait autant pour l'indépendance du Maroc que pour la libération de l'Algérie. Que d'enquêtes secrètes et publiques menées par Robert Barrat sur les exactions, arrestations et autres tortures assénées aux nationalistes marocains (...) Il y eut le +Livre blanc+ pour consigner les atrocités commises par le colonisateur.

Et puis ce livre-manifeste ''Justice pour le Maroc'' dûment préfacé en 1953 par un François Mauriac au sommet de sa gloire littéraire'' et lauréat, de fraîche date, du prix Nobel de littérature.

denise barrat
Denise Barrat

La maison dees Barrat, "QG du combat" pour l'indépendance du Maghreb

L'universitaire et journaliste Abdessamad Mouhieddine rappelle que l'histoire de la décolonisation doit à Robert Barrat ''l'engagement total et acharné de François Mauriac pour la cause marocaine et le retour (d'exil) du futur Mohammed V''.

Autre registre fortement mis en exergue par ''BledMag'', la transformation de la maison des Barrat à Dampierre (littoral atlantique) en ''QG du combat'' pour l'indépendance du Maghreb. A l'image des Ben Barka, Boudiaf, Bouabid, Snoussi, Louanchi, Taleb Ibrahimi, des acteurs des luttes maghrébines y avaient séjourné.

En rouvrant la page marocaine (et maghrébine) à des Barrat, ''notre souhait, ici, n'est pas de réécrire l'histoire de ce combat qui a sauvé, en son temps, l'honneur d'une France qui croyait encore à son destin impérial sinon impérialiste'', souligne Abdessamad Mouhieddine.

Il s'agit tout juste de ''l'humble ambition de contribuer à sauver fort justement l'honneur de la mémoire marocaine qui semble avoir zappé l'œuvre militante de Robert et Denis Barrat en faveur du Maroc''.

Le journaliste de ''BledMag'' épingle l'histoire du mouvement national marocain ''longtemps pervertie par les forces politiques de l'après-indépendance''. Et l'auteur de l'article de critiquer la manière dont le récit historique au Maroc a été narré.

robert barrat

''On a servi à des générations entières une histoire apocryphe où des figures lumineuses du combat pour l'indépendance ont quasiment disparu. Qui connait aujourd'hui, parmi les nouvelles générations, Robert et Denise Barrat. Je vous le demande'', s'émeut Abdessamad Mouhieddine sur le ton de l'interpellation.

Le journaliste rappelle que ''l'Algérie indépendante a honoré la mémoire de ce couple humaniste. Robert et Denise ont été décorés post mortem. Une artère a été baptisée du nom de Robert Barrat.

Au Maroc, la classe politique gouvernante semble ignorer jusqu'à l'existence de cet épisode de la lutte pour la libération, où les Catholiques démocrates et nombre de libéraux ont permis que cette lutte puisse aboutir à l'entente d'Aix-les-Bains'', lieu de pourparlers entre le Maroc et la France.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.