LES BLOGS
19/09/2015 05h:04 CET | Actualisé 19/09/2016 06h:12 CET

Le Zapping du net #5 - La couverture du Ramed bientôt disponible pour les étrangers au Maroc

INTERNET - Des bonnes nouvelles, une photo poignante et un tweet franchement hilarant, des témoignages surprenants. Chaque semaine, on refait l'actu avec une sélection d'articles, de tweets et de vidéos qui ont fait le tour de la toile. Bienvenue dans notre 5ème Zapping du net.

La bonne nouvelle de la semaine - Les étrangers seront inclus dans la couverture Ramed

docteur

Une "grande décision". Le ministre des Affaires de la migration Anis Birou a annoncé dans une interview accordée au quotidien l'Economiste que la couverture du Ramed sera généralisée pour l'ensemble des étrangers en situation légale. Pour les étrangers non régularisés, Anis Birou assure qu'ils "bénéficient des soins de santé primaires et d'urgence.

Leurs enfants ont accès à une prise en charge intégrée et gratuite". Des propos qui contredisent la réalité, selon le portail d'information Telquel.ma, qui note que l'Unicef regrette dans son dernier rapport sur l'enfance au Maroc "que les enfants migrants ou nés de parents migrants ne bénéficient pas de couverture médicale".

A lire sur Telquel.ma

Le new spot de la semaine - Casa a désormais son rooftop

rooftop

"C'est comme un aller-retour Casa New-York avec vachement moins de zéro sur la facture!". C'est ainsi que décrit le portail Nssnss le nouveau rooftop de Casablanca, installé sur le toit du JM Suites Hotel. Ce nouvel espace offre une vue panoramique sur l'ensemble du quartier art-déco de Casablanca, surplombé par la cathédrale du Sacré coeur. Côté déco, le bois se mêle au métal pour une ambiance minimaliste mais relevée de couleurs qui lui assurent un côté cosy.

A lire sur Nssnss

La photo de la semaine - Le désespoir d'un père

En reportage en Europe de l'est, le journaliste français Louis Witter partage ses clichés les plus poignants sur les réseaux sociaux. Actuellement en train de réaliser une série de reportages sur la situation des réfugiés dans les frontières des pays européens, il a publié cette photo d'un père et son enfant inanimé qui se voient refuser l'accès au territoire allemand.

Le témoignage de la semaine - Le voile, une armure anti-harcèlement?

hijab

"Les filles et les garçons sont séparés depuis l'école primaire jusqu'à la fin du lycée. Ils n'ont jamais la chance de se rencontrer et lorsqu'ils ont enfin cette possibilité, ils ne peuvent avoir une conversation normale. C'est comme si toute interaction relève implicitement du territoire sexuel." Dans les colonnes du Guardian, une Iranienne explique comment l'obligation du hajib a échoué à éradiquer le harcèlement sexuel sur la voie publique en Iran. La jeune femme démonte le raisonnement qui édicte que le hijab a été imposé pour protéger les femmes", à travers un ensemble de pratiques du quotidien.

A lire sur The Guardian (en anglais)

Le tweet de la semaine - Un mouton? Non merci

La confession de la semaine - Loubna Abidar, jamais sans ma burqa

"Je portais une burqa pour me protéger". Invitée dans l'émission C à vous sur France 5 dans le cadre de la promotion du dernier long métrage de Nabil Ayouch, Much Loved, l'actrice marocaine Loubna Abidar est revenue sur la période "difficile" où elle était victime de menaces de mort suite à la diffusion des premiers extraits du film sur le web. Elle a néanmoins affirmé que le réalisateur, également présent sur le plateau, avait loué deux appartements pour protéger les actrices d'une éventuelle agression.

La prestation de la semaine - Stromae, retour à la case anonymat

Stromae a beau remplir les plus grandes salles d'Europe, aux Etats-Unis, c'est un simple inconnu. Le chanteur qui part désormais à la conquête des "States" s'est aventuré dans un petit bar de Seattle où il a interprété son désormais tube "Formidable". Pendant que la star belge poussait la chansonnette, les clients se trouvent dans le bar ont continuer à vaquer à leur occupation, jouant au billard pour certains ou sirotant un verre pour d'autres. Les plus curieux ont immortalisé l'instant en filmant la prestation de l'auteur d'Alors on danse. En guise de scène finale, Stromae demande à la propriétaire du bar s'il pourrait revenir jouer la semaine prochaine. "Pourquoi pas le mois prochain, peut-être", répond-t-elle, gênée.

LIRE AUSSI: