LES BLOGS
14/04/2016 08h:39 CET | Actualisé 15/04/2017 06h:12 CET

Hommage à Ahmed Brahim: "Progrès, liberté, modernité"

ASSOCIATED PRESS

"La grandeur d'une nation se résume en trois mots: Progrès, liberté et modernité".

Ce fut les premiers mots prononcés par Ahmed Brahim, lors de la conférence organisée par Ettajdid le 12 avril 2011 pour lancer sa course vers l'Assemblée Nationale Constituante.

Ce jour-là, les jeunes étaient présents en masse. À son arrivée, une heure avant le début de l'évènement, Ahmed Brahim les salua un à un, prenant le temps de discuter avec chacun d'entre eux, de sa vision d'une Tunisie "moderne et laïque".

Plein de décontraction, il s'avance vers moi: "C'est bien que vous soyez là", me déclara-t-il plein de sincérité.

Je saisis l'occasion pour échanger avec lui sur le programme présenté par son parti: Garantie des droits des femmes, réponse au besoin du peuple en lui garantissant le minimum qu'un Etat puisse accorder à ces citoyens à savoir, la liberté, la dignité, le droit à un logement, à la nourriture, à l'éducation, aux soins.

"Un programme social de gauche", me dit-il tout sourire.

"Un programme à son image: sincère, humain et proche des gens" pensais-je quelques mois plus tard.

Cet échange sincère, cette promiscuité, cette bonhomie qui le caractérise en plus de ses convictions, finiront par avoir raison de moi.

Au fur et à mesure des rencontres, ce qui le caractérise encore plus c'est ce souffle d'optimisme accordé aux jeunes: "Vous serez la Tunisie de demain, c'est à vous de construire votre pays".

La plupart des jeunes l'ayant côtoyé vous répéteront la même chose: Si on est là, à y croire encore aujourd'hui, c'est grâce à lui.

Car oui, Ahmed Brahim est cette personne qui malgré les difficultés traversées, continuait inlassablement à croire en un avenir meilleur: "Vous vous ferez taper dessus, des personnes plus malignes que vous vous feront du tort, vous n'obtiendrez peut-être pas ce que vous voulez tout de suite... Ne changez surtout pas vos convictions!"

Plus qu'une leçon de politique, c'est une leçon d'homme.

Aujourd'hui, c'est le plus démocrate des politiciens qui nous quitte: Celui pour qui l'humain passe avant tout, celui pour qui les libertés priment, celui pour qui le peuple fait les lois et non les lois font le peuple.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.