LES BLOGS
03/09/2015 11h:49 CET | Actualisé 03/09/2016 06h:12 CET

De la manipulation des chiffres à la manipulation tout court

Wahbi Jomaa

Monsieur Moez Joudi a publié hier dans le journal électronique Business News un article intitulé "Comment la Tunisie peut-elle gagner 500 millions de dinars et plus d'une amnistie de change ?" pour expliquer d'où proviennent les fameux 500 milliards de rentrée d'argent dans les caisses de l'état, qu'il a annoncé lors de la confrontation organisée par l'ONG I Watch entre défenseurs et opposants au projet de loi dit de « réconciliation dans le domaine financier et économique ».

Dans son raisonnement il part de l'expérience marocaine, qui avait institué dans la loi des finances de 2014 une amnistie de change, puis effectue une extrapolation par une règle de proportionnalité pour réaliser une estimation de ce que pourrait rentrer dans les caisses de l'état tunisien (il est d'ailleurs naturel de faire des hypothèses et des comparatifs pour pouvoir faire des estimations).

En détail, le raisonnement est le suivant : "19000 personnes ont fait des déclarations ... dans le cadre de ce dispositif ce qui a rapporté 2.5 milliards d'Euros, ... dont 1 milliard d'Euros a été décaissé" Il effectue ensuite l'extrapolation sur la base du chiffre de 1 milliard d'Euros en disant "une opération similaire ... pourrait ramener 594 millions de dinars si l'on se réfère au montant des exportations ... et 405 millions de dinars si l'on se base sur le niveau des importations"

Nous voilà donc rassurés, on sait d'où proviennent les 500 milliards annoncés par un des rares experts économiques pour ne pas dire le seul qui défend ce projet de la discorde.

Si on revient sur le cas marocain (voir planche ci dessous) il y a effectivement presque 19000 personnes qui ont participé à l'opération, ils ont déclaré des avoirs à l'étranger d'un montant égal à 27,8 milliards de Dirhams (ce qui est bien équivalent au montant de 2,5 milliards d'Euros annoncé par Monsieur Joudi) et la contribution libératoire collectée est de 2,3 milliards de Dirhams ce qui vaut de l'ordre de 210 millions d'Euros bien loin du milliard d'euros annoncé.

D'ailleurs il suffit de lire l'article 4 de la loi des finances 2014 du Maroc pour savoir que les chiffres donnés par Monsieur Joudi sont contradictoires et comprendre que le montant de cette contribution libératoire ne peut en aucun cas dépasser 10% des montants déclarés.

tableau

En se basant sur les chiffres exacts et en extrapolant de la même façon, il en résulte que le montant espéré pour le cas tunisien est entre 85 et 125 millions de dinars. Nous sommes alors en mesure de ce dire : Tout ce bazar juste pour ça ? Comment se permettre de chambouler tout le processus de justice transitionnelle juste pour ça ?

Au delà des chiffres :

• Pour montrer le bien fondé de ce projet, Monsieur Joudi n'a trouvé que le 3ème volet du projet de loi pour essayer de montrer son utilité économique (le premier volet concerne l'amnistie des fonctionnaires et assimilés et le deuxième concerne le processus de conciliation avec tous ceux qui ont récupéré indument de l'argent public). Il en ressort clairement que contrairement à l'objectif annoncé par le projet, l'estimation de Monsieur Joudi est tout simplement un aveu de non efficacité économique des deux premiers volets.

• Le volet lié à l'amnistie de change est certainement celui qui pose le moins de problèmes car il ne rentre pas en collision avec le processus de justice transitionnelle. Si le gouvernement souhaite faire une telle opération il lui suffirait de l'insérer simplement dans une loi des finances. Encore une fois tout ce bazar juste pour ça ?

• Pour information, la Tunisie à procédé en 2007 à une action similaire d'amnistie de change, le projet actuel sur ce volet est d'ailleurs un copié collé altéré de la loi n° 2007-41 du 25 juin 2007, portant amnistie d'infractions de change et fiscales. Il serait utile d'avoir une idée précise de son rendement à l'époque pour faire une projection certainement plus réaliste, les seuls chiffres dont je dispose (mais que je ne peux pas certifier à 100%) parlent de 25 millions de dinars !

• Certains pourraient croire que je cherche ici à décrédibiliser Monsieur Joudi (lui même pourrait le croire), il en est rien car bien au contraire je trouve qu'il est un des rares à aller jusqu'au bout de sa logique et essaye réellement de mouiller la chemise pour défendre ce projet. Tout en ne s'affichant pas affilié au parti Nidaa Tounes, il fait réellement beaucoup plus d'efforts que les cadres de ce parti pour essayer de nous convaincre du bien fondé de ce projet mais malheureusement en s'autorisant des écarts par rapport au statut d'expert indépendant qu'il voudrait nous faire croire.

PS : Toutes mes excuses à celles et ceux qui n'aiment pas manipuler les chiffres mais c'est parfois utile pour ne pas être soi même manipulé