LES BLOGS
04/04/2016 08h:05 CET | Actualisé 05/04/2017 06h:12 CET

Nous sommes nos choix

Notre plus grand outil d'apprentissage est notre passé. Tous ces mauvais choix que vous allez repérer sont là pour vous aider à ne pas reproduire ce type d'erreurs de jugement.

Mike Watson Images via Getty Images

Je ne suis ni un gourou, ni une sainte. Je n'ai pas une vie parfaite, je ne suis pas parfaite. Je n'ai pas non plus une poule qui pond des œufs d'or et une licorne comme animal domestique. Tout ce que je possède à la fin, c'est mon expérience, ma sagesse, les pensées acquises et accumulées, jusqu'à présent, tout au long de ma vie, grâce à mes nombreuses erreurs et bons coups, ainsi qu'en observant les autres. Selon moi, une sagesse non partagée est une sagesse gaspillée, et c'est pourquoi je tenterai de vous en transmettre une partie aujourd'hui.

«Ce sont nos choix, Harry, qui nous définissent réellement, beaucoup plus que nos habiletés.» - Extrait tiré du livre de J.K. Rowling, Harry Potter et la chambre des secrets.

Notre plus grand pouvoir en tant qu'être muni d'intelligence est celui de pouvoir choisir. Choisir quoi? Tout! Choisir quelle route prendre pour aller travailler, choisir si nous allons courir ou non et par quel chemin, choisir ce que nous mangerons ce soir, choisir si nous démissionnons ou non du boulot où nous sommes malheureux, choisir de lire cet article, choisir votre partenaire de vie, ou même... choisir de ne pas avoir le choix.

Ce que je suis, ce que vous êtes au moment précis où vous lisez cette phrase et où je l'écris, est le résultat intégral des milliers de choix que nous avons fait tout au long de notre vie, jusqu'à aujourd'hui. Souvent, des choix que nous avons fait, sans même en être conscient.

Vous êtes-vous déjà dit la fameuse phrase : «Je n'ai pas le choix»?

J'estime que votre réponse est oui, puisque nous l'avons tous déjà dite, et ce, souvent. Un mélange de déni et de manque de motivation est, selon moi, ce qui est à l'origine du choix de ne pas avoir le choix. Ironique, non? Nous choisissons de «ne pas avoir le choix».

Nous contrôlons tous nos choix. La seule chose sur laquelle nous n'avons aucun contrôle est le résultat de certains de ces choix. Ces résultats que nous ne contrôlons pas sont associés à des événements extérieurs. Par exemple, nous choisissons la route pour aller travailler, mais nous n'avons aucun contrôle sur l'accident (événement extérieur) survenu sur cette même route. Vous arrivez donc en retard au boulot. Vous avez décidé de prendre cette route, mais le résultat qui est influencé par un événement hors de votre contrôle n'était évidemment pas votre choix. Le résultat est donc un malheureux concours de circonstances. Cependant, la manière dont vous allez gérer la situation avec votre patron par est, effectivement, votre choix.

Donc, il faut retenir qu'à la fin, tout revient toujours à notre choix. Vous choisissez votre conjoint et il vous trahit. La plupart des gens diront que ce n'est pas de leur faute, qu'ils n'avaient aucun contrôle sur le fait que cette personne les ait trahi. Non, effectivement. Mais vous aviez certainement le choix de lui faire confiance.

Cela est extrêmement difficile à entendre pour n'importe qui, d'accepter la possibilité que nous puissions être en partie responsable de certains de nos malheurs. C'est un long processus que d'apprendre et de reconnaître quelles sont les situations malheureuses de notre vie qui furent en partie les résultats de nos propres choix. Acquérir et accepter cette notion est la première étape afin de devenir plus sage et ainsi améliorer notre qualité de vie.

En appliquant cette notion et en apprenant, justement, à prendre le contrôle de notre vie en prenant avantage de ce pouvoir inestimable de pouvoir la choisir, cette dernière deviendra systématiquement notre vie à nous, que nous choisirons, sans aucun regret. Pour un futur meilleur, nous devons maîtriser cet «art» qu'est de choisir.

Pour finir, je vous invite à prendre un moment pour retourner dans votre passé et penser à toutes ces situation où vous n'aviez «pas le choix». Ces situations où vous croyiez que ce qui vous arrivait était hors de votre contrôle.

Soit dit en passant, le but de cet exercice n'est évidemment pas de retourner dans son passé et de s'apitoyer sur son sort et ainsi regretter de ne pas avoir choisi judicieusement. Cet exercice est purement positif. L'intention est d'apprendre de nos erreurs et de comprendre concrètement, en se basant sur nos expériences, ce qu'est d'avoir le choix.

Notre plus grand outil d'apprentissage est notre passé. Tous ces mauvais choix que vous allez repérer sont là pour vous aider à ne pas reproduire ce type d'erreurs de jugement.

Je suis entièrement consciente que, comme nous tous, j'ai fait de nombreux mauvais choix dans ma vie et c'est pourquoi aujourd'hui j'en fais de moins en moins... J'en fais encore, mais significativement moins. Nous devons être reconnaissants de ces mauvais jugements qui ont pu entraîner un choix inefficace, puisque ce sont eux qui nous font apprendre, grandir, évoluer et gagner de la sagesse et de l'humilité. Sans eux pour nous guider, nous sommes systématiquement bornés quant à notre intelligence intrapersonnelle.

Galerie photoLe secret des gens heureux Voyez les images

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.