LES BLOGS
02/03/2015 07h:06 CET | Actualisé 02/05/2015 06h:12 CET

La juge Marengo et le pâté islamophobe

CP

Quand le Forum musulman canadien m'a contacté mardi dernier pour me demander de téléphoner à Rania El-Alloul, je n'en croyais pas trop mes oreilles. Une juge de la Cour du Québec venait d'envoyer paître cette femme -sur le banc- parce qu'elle portait un hijab. Hein?

J'ai discuté longuement avec Mme El-Alloul, puis je l'ai reçue en entrevue mercredi matin. J'avais au bout du fil une femme bouleversée. Le dossier judiciaire a peu d'importance. Une pacotille ridicule concernant la SAAQ. La femme -une mère de famille monoparentale avec trois enfants- s'avance devant la Juge. C'est sa première comparution devant un tribunal canadien. La seule autre fois où elle a dû comparaître devant une juge, c'est lors de sa cérémonie d'assermentation comme canadienne au Complexe Guy-Favreau. Elle portait alors son hijab. La juge de la Cour fédérale l'avait chaleureusement accueillie au sein de notre famille canadienne. C'était la fête.

La semaine dernière, Rania El-Alloul a dû affronter une autre juge: l'Honorable Eliana Marengo. Une juge sans histoire, nommée sur le banc en 1996 par décret du gouvernement du Québec. Après avoir déclaré solennellement sur son honneur de dire la vérité, la juge Marengo débute son derby de démolition à l'endroit de la justiciable :

"Selon moi, la salle de cour est un endroit et espace séculier. Il n'y a pas de symboles religieux dans cette pièce, pas sur les murs ni sur les personnes. Toute personne apparaissant devant la Cour du Québec doit être vêtue convenablement. À mon avis, vous n'êtes pas vêtue convenablement. Les couvre-chefs, et les lunettes de soleil ne sont pas admis dans une salle de Cour. Et je ne vois pas pourquoi des foulards couvrant la tête le seraient. Je ne vais donc pas vous entendre si vous portez un foulard sur la tête".

Puis, le derby de démolition s'est arrêté pendant 30 minutes, la juge décidant de suspendre l'audience. À son retour sur le banc, voyant que Rania El-Alloul portait toujours le hijab, sa requête fut rejetée du revers de la main.

La savante juge Marengo a associé le hijab à une casquette et des lunettes soleil. Des lunettes soleil? Mais c'est tout simplement dégueulasse.

Et pourtant, jamais notre société n'accepterait qu'un juge canadien puisse dire à un juif qui porte la kippa: "Aye, je vais t'entendre seulement si tu enlèves ta calotte!". Jamais. Même chose si sœur Jeannette-du-Saint-Esprit se présentait comme témoin devant le tribunal avec sa coiffe de bonne sœur. Jamais un juge doué de respect et de bon sens n'oserait dire à la religieuse de retirer son voile.

Madame l'honorable juge Marengo a manqué profondément de jugement et de respect. Sur le banc, la juge Marengo n'a pas géré ses convictions féministes et laïques en les laissant au vestiaire. La juge Marengo a préféré la facilité et l'émotion. C'est tellement hipster de manger du musulman ces jours-ci...

En rejetant la requête de Rania El-Alloul vulgairement du revers de la main, Eliana Marengo a préféré gifler symboliquement cette citoyenne canadienne en pleine cour de justice. En laissant son jugement au vestiaire, Marengo a fait le choix de revêtir la robe noire de l'intégrisme et de la démagogie.

Le Centre de recherche-Action sur les relations raciales prépare actuellement une plainte au Conseil de la magistrature. Souhaitons qu'un blâme sévère soit donné à cette juge et qu'elle s'amendera auprès de Rania El-Alloul.

Mon pays n'est pas celui de cette juge.

LIRE AUSSI:Canada: La juge de la Cour du Québec a erré en refusant d'entendre une musulmane voilée, disent les partis fédéraux.

Retrouvez tous les articles concernant l'islamophobie sur le HuffPost AlgérieICI.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.

Types de voile et styles de Hijab