LES BLOGS
19/11/2015 11h:53 CET | Actualisé 19/11/2016 06h:12 CET

La Tunisie manque-telle réellement d'hommes?

SOCIÉTÉ - Aussi kafkaïen que cela puisse paraitre, si le procédé Bokanovsky n'est pas encore opérationnel et que finalement la polygamie atténuerait la féminisation de la société tunisienne, la polyandrie devrait alors agir pareillement sur la masculinisation de la société chinoise. Enfin, seulement, dans Le meilleur des mondes!

Cette semaine les Tunisiens ont bien ri des propos du député du mouvement islamiste Ennahdha, Houcine Jaziri, qui lors d'une intervention dans l'hémicycle, avait appelé les Tunisiens à épouser des Tunisiennes et à faire beaucoup d'enfants: "épousez des Tunisiennes et Dieu vous enrichira", disait-il de la manière la plus kitsch qui soit.

Les interventions de Houcine Jaziri sont souvent assez drolatiques - lorsqu'il assimile le pouvoir à la nuit de noces ou encore lorsqu'il souhaite un joyeux noël aux Juifs - soit. Mais cette fois, il faudrait y réfléchir plus qu'à en rire puisqu'il a explicitement appelé à abandonner la politique de contrôle des naissances mise en vigueur par l'Etat tunisien depuis les années 1960.

La Tunisie, pionnière de modernité

Quelques mois après l'indépendance, le Président Habib Bourguiba a promulgué le Code du Statut Personnel, un impérieux acquis qui a exhaustivement renouvelé le statut juridique de la femme avec notamment l'abolition de la polygamie et la fixation d'un âge minimum au mariage.

Une brise de modernité avait alors secoué le pays et c'est ainsi que la Tunisie était entrée dans l'ère du progressisme et du développement.

Toutefois, l'équation n'était pas facile à résoudre, d'une part l'ampleur des objectifs fixés, et d'une autre, le poids des mesures qu'il fallait prendre sur un peuple que la colonisation avait exténué mais qui a surtout été sauvagement ravagé par la misère et l'analphabétisme. De ce fait, le contrôle des naissances était la condition sine qua non pour adoucir le fardeau.

La politique de planification familiale venait en effet apprendre aux tunisiens à réfléchir avant de faire des enfants dans le but de garantir à ces derniers une vie paisible et un avenir prospère.

La Chine mauvaise maman?

Quelques années après l'expérience tunisienne, et au début des années 1970, la République populaire de Chine avait instauré sa politique de contrôle des naissances, son principal motif était économique; les communistes voulaient assurer une redistribution équitable des richesses de leur pays.

Une politique qui a manifestement porté ses fruits, toutefois, les statistiques démontrent que le vieillissement et la masculinisation - comme ils n'ont le droit qu'à un seul enfant les chinois favorisent le fils à la fille - de la société sont désormais les deux défis majeurs qui s'imposent pour l'Economie chinoise.

En effet, la chine risque de devenir le pays qui compte le plus d'hommes dans sa population. Une situation qui contraindra d'abord les hommes au célibat mais aussi qui aura des effets sur le ralentissement de la croissance démographique - moins de femmes c'est systématiquement moins d'enfants.

En conséquence, le 29 octobre 2015, la Chine a abandonné son enfant unique.

N'abandonnez par l'enfant, épousez quatre mamans!

Certains pourront penser que l'idée chinoise ait influencé Houcine Jaziri, mais rappelons que ce n'est pas la première fois qu'un islamiste soulève un problème sociétal sans faire un médiocre raccourcis avec le statut actuel de la femme tunisienne.

En effet, le 13 août 2014 à l'occasion de la fête des femmes, le chef du mouvement islamiste Ennahdha, Rached Ghannouchi, avait lui aussi appelé les hommes tunisiens à épouser les "vielles filles" et les divorcées en soulignant l'augmentation considérable des taux de divorce et du célibat des femmes.

Si les islamistes tunisiens ne plaident pas ouvertement pour la restauration de la polygamie, ces derniers ne ratent aucune occasion pour y faire allusion, pis, pour la proposer comme solution finale aux "déséquilibres de la structure familiale", disent-ils.

Aussi kafkaïen que cela puisse paraitre, si le procédé Bokanovsky n'est pas encore opérationnel et que finalement la polygamie atténuerait la féminisation de la société tunisienne, la polyandrie devrait alors agir pareillement sur la masculinisation de la société chinoise. Enfin, seulement, dans Le meilleur des mondes!

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.