LES BLOGS
05/02/2016 07h:46 CET | Actualisé 05/02/2017 06h:12 CET

Quand perdre du temps devient bénéfique

SOCIÉTÉ - Depuis l'ère du numérique, du toujours plus vite, la société entière nous a encouragés à haïr la perte de temps: machines facilitant les tâches ménagères, et donc nous faisant "gagner du temps", internet, télécommunications, transports toujours plus rapides et efficaces. Etudes en accéléré, course à l'entreprenariat du plus rapide, course aux brevets sur les nouveaux produits, courses à la meilleure idée en création artistique même.

Shutterstock / Nagy-Bagoly Arpad

"Arrête de perdre ton temps!"

"Accélère un peu! Tu vas beaucoup trop lentement!"

"Mais tu devrais déjà avoir terminé ce travail, tu rêves ou quoi?"

"Qu'est ce que tu fais encore derrière ton écran? Regarde tout ce temps que tu perds!"

"Tu devrais penser à trouver quelqu'un, construire un foyer... Tu perds ton temps avec ces histoires sans queue ni tête!"

Pendant une panne de train Casa-Marrakech (merci l'ONCF), et sentant déjà la fébrilité et la nervosité de mes compagnons de compartiment monter, au fur et mesure des minutes écoulées de la panne, je pris tout à coup la mesure et la conscience de ce que l'on appelle souvent une "perte de temps". Cette soustraction de temps de la vie, qui nous rend parfois dingues, alors que l'on pourrait faire tant d'autres choses durant...

Un homme assis à côté de moi se met à tapoter nerveusement la table, puis passe un coup de fil disant qu'il serait en retard. Une dame avec un enfant tente vainement de calmer ce dernier en lui donnant un bonbon. Tous immobiles, nous n'avançons plus. Physiquement du moins. Car, en matière de temps, et je l'appris alors, la perte est comme lui: relative.

La faute à l'ère moderne

On me racontait une fois qu'en Inde, les trains s'arrêtent très souvent de longs moments, et parfois sans réelle raison. Les gens, calmes et zen, font alors une petite pause, descendent, grignotent, respirent (ou fument, c'est selon), en profitent pour échanger quelques mots.

Que se passe t-il entre ces deux cultures pour que chez l'une, le sang se mette à bouillonner au moindre quart d'heure d'immobilité jugée "perte de temps", et pour l'autre, l'occasion peut être de voir le temps se suspendre et se valoriser, de considérer d'autres activités et actions positives possibles?

Depuis l'ère du numérique, du toujours plus vite, la société entière nous a encouragés à haïr la perte de temps: machines facilitant les tâches ménagères, et donc nous faisant "gagner du temps", internet, télécommunications, transports toujours plus rapides et efficaces. Etudes en accéléré, course à l'entreprenariat du plus rapide, course aux brevets sur les nouveaux produits, courses à la meilleure idée en création artistique même.

Le temps est devenu valeur marchande. Il s'échange, se contrôle, se calcule, se soupèse avant chaque action. Pire: il se comptabilise dans nos vies millimétrées comme des kilocalories dans les têtes de femmes au régime.

Hors de contrôle

Qu'est-ce qui nous rend si avide de contrôler ce temps précieux?

Première raison: parce que le temps, c'est la vie. La vie qui s'écoule, de la vie en quantité limitée. Eh bien oui: même en ces lendemains de fêtes joyeuses et festives, il ne faudrait pas oublier que nous sommes sur Terre pour au plus quelques décennies. Face à ce constat, la majorité d'entre nous a formellement pris la résolution de contrôler ce temps qui passe, de le rendre assujetti, plutôt qu'il nous assujettisse. Enchaîner les actions, les activités, ne jamais respirer ni s'arrêter.

Deuxième raison: pour se donner l'illusion de contrôler sa vie, et ainsi l'horizon ultime de notre existence. Erreur fatale, mon cher Watson: c'est le temps qui gagne toujours, et jamais nous pauvres mortels.

Petit exercice rapide pour mortel-en-désarroi-devant-le-temps-qui-passe:

Retournez-vous sur la dernière de vos actions ou créations, qui a profondément changé ou amélioré votre vie. Pour prendre la décision d'agir, n'avez-vous pas à un moment donné, "perdu" du temps? Ce temps que vous croyiez perdu à jamais, était en réalité destiné à mûrir votre décision, votre réflexion, votre création même.

Avoir accepté à certains moments d'attendre, de perdre du temps, s'est finalement révélé bénéfique sur une action à venir. Par peur du désoeuvrement, de l'ennui, peur de constater notre impuissance aussi, il est pourtant difficile de lâcher prise sur cette volonté de contrôle absolu du temps.

S'affranchir de la routine

Erreur la plus largement commise: considérer le temps humain comme des kilos de patates placées les unes après les autres dans un entonnoir géant. Bien plus subtil que cela, le temps de vie se révèle lorsque nous nous laissons surprendre par lui. Lorsque naît l'émerveillement, durant de tout petits instants.

Or, savoir s'émerveiller suppose de s'affranchir du joug de la routine, et donc de ce temps si méticuleusement organisé. Notre sacro-sainte routine rassurante, calculée au millimètre près, que rien ne bouge. Boulot-taxi-enfants-sport-sorties-amis-ciné-compagnon-dodo-debout-café-boulot-déjeuner-soirée-week-end-ranger-bouqiner-bouger-manger-voyager-télé-veiller....

Bien sûr, la routine est, parfois, nécessaire, pour mettre en place certains chantiers, certaines régularités dites "constructives". C'est la vie dite "utile", mise en place pierre après pierre, patiemment et avec sueur. La vie que l'on saisit avec un regard de propriétaire, qui nous appartient, ou du moins, que l'on transmettra à nos enfants.

Pourtant... "La vie ne vaut rien, rien. Rien ne vaut la vie", disait ce poète d'Alain Souchon. Et si, tout à coup, la valeur "Temps" changeait de base?

Puisqu'agir et vivre pleinement suppose de laisser le temps couler, flâner... Si l'on se plaçait à nouveau, juste de temps en temps, comme un passager momentané de l'existence? Si l'on retrouvait notre capacité initiale à s'émerveiller de tout, tels des enfants éblouis? A se laisser déborder par l'instant, plutôt que de le contrôler?

Dans cette position, vous seriez surpris de constater que même les mathématiques changeraient de résultat d'équation: du temps en moins, ça fait du temps en plus.

Galerie photo 6 idées pour passer du temps de qualité dans les transports Voyez les images