LES BLOGS
17/02/2015 06h:52 CET | Actualisé 19/04/2015 06h:12 CET

Tunisie: La raison face au chaos libyen

POLITIQUE - Suite à l'implantation de Daech et l'embrasement de plus en plus évident en Libye, la Tunisie se retrouve menacée et doit réagir. Les moyens militaires du pays sont relativement rustiques, et le chaos régnant en Libye depuis 2011 est un trop gros enjeu à gérer pour la seule Tunisie.

Suite à l'implantation de Daech et l'embrasement de plus en plus évident en Libye, la Tunisie se retrouve menacée et doit réagir.

L'urgence ne doit pas empêcher un certain pragmatisme nécessaire à une réaction claire et efficace. Les moyens militaires du pays sont relativement rustiques, et le chaos régnant en Libye depuis 2011 est un trop gros enjeu à gérer pour la seule Tunisie.

L'évidence, comme dans bien des cas, est de faire appel aux Etats-Unis qui, après la visite opportune du sénateur McCain, seront probablement enclins à accorder leur aide.

Mais à quel prix?

Peut-être une base militaire permanente sur notre sol, et ainsi un bout de notre souveraineté afin de parfaire leur assise sur le continent africain. Car il faut bien le comprendre, ce que l'on a appelé la "Françafrique" ne cède le pas qu'à l'Afrique américaine. Et aux Africains de choisir entre la peste ravageuse, et le choléra faiblissant.

Sans oublier le rôle joué par les Etats-Unis dans la situation actuelle en Libye. C'est à eux, comme dans bien des cas, que l'on doit la démise brutale du régime Kadhafi, et ce même à travers l'armement de djihadistes terroristes, installant ainsi un chaos de fait, là où régnait une paix relative.

D'autres exemples de "diffusion de la démocratie" ont tâché la terre arabo-musulmane, et causé d'innombrables pertes, aux seuls profits économiques et politiques de l'élite mondialiste américaine.

Ainsi, faire appel aux Etats-Unis pour protéger nos frontières, et gérer le chaos libyen reviendrait à demander au loup de garder le poulailler. Si l'on ne prend pas en compte la politique du pompier pyromane mise en place par les Etats-Unis au Moyen Orient et en Afrique depuis des années, on perpétue le cycle d'un chaos contrôlé, dont les peuples sont les éternelles victimes.

Mais que faire?

Après l'assassinat de Chrétiens coptes égyptiens, l'armée égyptienne a réagi et employé son aviation pour sanctionner les forces de l'Etat Islamique en Libye. C'est un début.

Par la suite, il semble logique de faire appel à l'Algérie. La puissance militaire algérienne est parmi les plus développées d'Afrique, et les intérêts sécuritaires de l'Algérie convergent avec ceux des peuples égyptiens, libyens et tunisiens.

L'intrusion de Daech en Tunisie constituerait un risque conséquent pour l'Algérie, qui serait prête à déployer ses forces aériennes pour éviter que cela n'arrive. Algérie et Egypte pourraient agir ensemble de manière à neutraliser la présence de l'Etat Islamique en Libye.

Par conséquent, plutôt que de faire appel aux forces d'un autre continent, d'une autre civilisation, dont l'humanisme n'est qu'un prétexte à l'exploitation, nous devrions demander l'aide de nos semblables aux moyens avancés, et dont la proximité produit des intérêts communs pour une lutte authentique contre le terrorisme.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.