LES BLOGS
06/05/2015 15h:11 CET | Actualisé 06/05/2016 06h:12 CET

Raja Casablanca-ES Sétif, le match de la honte divise l'Algérie et le Maroc

CC

FOOTBALL - Le huitième de finale retour de la ligue des champions africaine entre le Raja Casablanca et l'Entente Sportive de Sétif, émaillé par des actes de violence envers les joueurs du club marocain et de leur staff dirigeant, n'en finit plus de faire polémique au Maroc et en Algérie. On pensait l'affaire close et que les sanctions allaient comme d'habitude tomber assez vite de la part de la CAF.

Pourtant ce sont désormais d'autres mauvaises nouvelles qui arrivent d'Algérie, puisque des fans du club casablancais sont portés disparus. Une histoire rocambolesque qui se vit d'heure en heure du côté du royaume chérifien.

A l'heure où nous écrivons ces lignes, deux des supporters qui étaient détenus en Algérie ont été libérés, mais d'autres ressortissants marocains demeurent introuvables.

Il y a quelques jours, les familles de ces Marocains portés disparus ont alerté les responsables du club. "J'ai reçu les appels de deux familles qui m'ont annoncé que leurs fils de 28 ans chacun Amine Koutbi et Najib Mohamed ne sont pas revenus depuis leur déplacement en Algérie pour assister au match entre l'ES Sétif et le Raja", a confié Mohamed Naciri, porte parole des verts, au site d'information TelQuel.ma.

Ce nouvel épisode vient s'ajouter à une série de déconvenues: les nombreux témoignages sur les incidents, pendant et après le match, entre les supporters rajaouis et les autorités locales ont soulevé l'indignation de la presse sportive marocaine et de l'ensemble du football marocain.

De fait, les forces de l'ordre algériennes ont outrepassé leur fonction en démolissant sciemment les supporters casablancais venus encourager leur équipe de cœur dans l'enfer du Stade du 8 mai 1945.

Une violence qui s'est même propagée sur et en dehors du terrain puisque des journalistes marocains et des membres du staff du Raja ont aussi été victimes de violence.

Côté marocain, la contre-attaque ne s'est pas fait attendre: au lendemain de ce malheureux évènement, des hackers marocains ont attaqué le site internet du ministère algérien de la culture.

Nous sommes bien loin d'une simple rencontre de football entre deux clubs de pays voisins.

Le plus grave, peut-être, est la réaction des médias en Algérie, qui refusent d'admettre leur responsabilités, faisant porter le chapeau aux dirigeants rajaouis, tout en accusant la presse marocaine d'avoir alimenté un climat délétère autour de cette rencontre.

Pour rappel, tout ceci découle simplement d'un match de football. Le football, religion mère en Afrique certes mais qui reste malgré tout un sport de loisir.

Le meilleur onze maghrébin de tous les temps

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.