LES BLOGS
11/10/2015 05h:54 CET | Actualisé 11/10/2016 06h:12 CET

Faut-il toujours un décodeur pour décrypter les propos de M.Mouloud Hamrouche ?

Hiwar Facebook

M. Mouloud Hamrouche a ciblé, samedi, au Forum du quotidien arabophone El Hiwar, la règle de la cooptation au pouvoir - à laquelle n'a échappé que feu Houari Boumedienne - comme étant au cœur de l'impasse du pays et de la dangereuse régression de la société vers des attitudes et des comportement passéistes.

L'homme dont les sorties se sont de nouveau faits rares ces dernier mois a clairement tenté de recentrer un débat sur cette cause "centrale" de l'impasse alors que la situation s'assombrit au plan économique et social avec un risque de "catastrophe" si les réformes ne sont pas relancées d'ici trois ans.

Sur le thème obsessionnel de sa candidature à la présidence développé par ses adversaires - et aussi par une partie de ses partisans qui se pensent "réalistes" - le décodeur n'est absolument pas nécessaire: M.Mouloud Hamrouche n'est pas candidat.

Et il le dit en reprenant de manière directe la formule censée être assassine qui le décrie depuis des années dans les salons où l'on cause et dans les salles de rédaction aussi : il n'attend pas un appel téléphonique pour qu'on l'installe comme l'homme de la prochaine étape.

Et il n'est pas candidat dans le cadre d'un système où la règle d'airain de la cooptation est en vigueur. Cela est en cohérence avec son analyse sur les causes de l'impasse du système algérien et du pays.

LIRE AUSSI : Hamrouche pointe des risques majeurs dans une Algérie non-gouvernée sur fond de montée des instabilités

Hamrouche a choisi de se répéter sur ce registre pour que sa parole ne soit pas exploitée pour ajouter à la confusion et au climat à couteaux tirés qui règnent actuellement.

L'une des réussites les plus pernicieuses du régime algérien est d'être parvenu à créer un redoutable système de parasitage pour polluer les débats et semer la confusion en instillant le soupçon.

Il n'est pas non plus besoin de décodeur pour comprendre pourquoi Hamrouche juge vaine une élection présidentielle anticipée défendue -de plus en plus mollement - par les membres de la CNLTD et avec plus de vigueur par le parti de Ali Benflis. Pour lui, la logique de la cooptation qui s'imposera encore une fois sans résoudre les problèmes, graves, du pays.

La seule question qui vaille la peine actuellement, pour Mouloud Hamrouche, est de savoir comment sortir de la règle de la cooptation, la seule à "être respectée depuis l'indépendance et qui n'a pas changé", cette règle pernicieuse qui brise l'élan de l'Algérie et la place dans une situation d'insignifiance.

Comment amener les détenteurs des leviers du pouvoir à s'attaquer à cette règle funeste de la cooptation qui détruit l'idée nationale et place la société dans des dynamiques régressives et passéistes ?

Comment ?

C'est à partir de là que le décodeur devient peut-être nécessaire d'autant que Mouloud Hamrouche a choisi de faire une lecture délibérément optimiste des changements au sein de services de renseignements et s'est dit même disposé à soutenir une Constitution qui s'attaquerait sérieusement à la règle pernicieuse de la cooptation.

Tous les indicateurs montrent, selon Mouloud Hamrouche, qu'il faut aller vers un nouveau consensus national pour sortir de l'impasse. Mais la recherche de ce nouveau consensus est tributaire d'abord d'un "signal clair de la part de ceux qui détiennent les leviers du pouvoir".

Quand ce consensus national nouveau qui naîtra d'une participation de toutes les composantes de la société, cela sera un indice clair pour l'intérieur et l'extérieur qu'en Algérie, "il se passe quelque chose de sérieux, serein et constructif".

Hamrouche était proche de Abdelhamid Mehri. Son intervention au forum d'El Hiwar est très "Méhrienne" et elle qui consiste à utiliser des termes courtois pour faire des critiques dures ou mettre en garde contre une situation dangereuse.

Car les propos de Mouloud Hamrouche décrivent, d'une manière en apparence paradoxale mais fondamentalement politique, aussi bien la gravité de la situation que l'urgence de trouver une solution qui remet le pays en marche.

La situation est si grave qu'il faut faire un effort d'optimisme, lancer des messages de raison à ceux qui détiennent les leviers d'une Algérie qui n'est peut-être pas proche d'une révolution mais qui risque l'effondrement, les encourager à signer l'acte de décès d'un système et à le signifier sans attendre les tempêtes.

Pour paraphraser le titre d'un grand roman d'Emile Habibi, c'est Mouloud Hamrouche, l'optissimiste qui s'est exprimé hier. Ceux qui détiennent les leviers feront-ils cette lecture? Cela est beaucoup moins certain.. Ce serait faire preuve d'un excès d'optimisme que de le croire..

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.