LES BLOGS
28/10/2015 07h:00 CET | Actualisé 28/10/2016 06h:12 CET

Je n'irai pas à la marche des étudiants en médecine mais...

Capture d'écran/YouTube

SANTÉ - Je n'irai pas à la marche des étudiants et des médecins en formation. Ce n'est pas faute d'en avoir envie, mais le fait est que je suis médecin spécialiste, affectée à 700 kilomètres de la "grande ville", seule, avec un bébé de neuf mois et d'astreinte.

Je travaille cinq jours par semaine et quatre semaines par mois. Je suis actuellement d'astreinte donc appelable et devant, si nécessaire, être à l'hôpital dans les soixante minutes suivant l'appel, seule, avec un bébé de neuf mois qui dort et que j'aurais le choix de laisser seul dans son lit, ou de trimbaler dans ma voiture.

Seule et d'astreinte et jeune spécialiste donc payée...pas beaucoup, pas assez pour faire oublier que je suis seule, loin des miens, avec un enfant en très bas âge, susceptible de tomber malade, de tomber tout court et que je devrais gérer seule, à 700 kilomètres de la grande ville.

J'entends un peu partout scander "aller travailler loin de chez nous pendant deux ans, oui, mais seulement si on est fonctionnaires". Seule, à 700 kilomètres de la grande ville, en train de laver les biberons de mon fils de neuf mois, je souris. Attention à ce que vous demandez jeunes gens, vous risquez de l'obtenir. En ce qui me concerne, être fonctionnaire, je l'ai voulu, je l'ai désiré et je l'ai eu... dans l'os. Grosse fracture de l'os des illusions avec cal vicieux.

LIRE AUSSI:La révolution du stéthoscope (BLOG par Mehdi Bourakkadi Idrissi)

La plupart de ceux qui battront le pavé demain sont des femmes, des mères, ou des mères en devenir. Je les invite à bien y réfléchir et à envisager ne serait-ce qu'une seconde ce que c'est de devoir confier son fils à une collègue à qui l'on a dit bonjour deux fois, parce qu'une énième nounou vous aura plantée la veille à 20h.

Dire merci et au revoir, pleurer dans sa voiture, se maquiller et aller voir les patients venus de très loin et qui ont pour certains des rendez-vous donnés depuis huit mois. Retrouver son gamin à 16h, avec le sentiment du devoir accompli, la satisfaction d'avoir "assumé son choix". Assumer son choix, c'est bien, c'est beau, c'est noble mais ça fait produire des radicaux libres, du cortisol et beaucoup d'amertume.

J'invite ces jeunes femmes médecins à regarder autour d'elles, à considérer le nombre de jeunes spécialistes affectés qui ont déposé leurs demandes de démission. Ce n'est pas faute d'aimer leurs patients. Le seul truc bien dans toute cette merde, c'est eux. Nos patients se contentent de tellement peu, il méritent tellement mieux, et nous sommes tellement démunis face à eux que s'entendre dire que la santé n'a plus à être une priorité gouvernementale donne envie de tout casser et de partir.

La santé publique est à l'agonie. Elle est indigne de ceux qui la font autant que ceux qui en "bénéficient". Le SCO est à rejeter en bloc, "puisse la chèvre s'envoler dans le ciel".

La grève des étudiants en médecine en dix dates-clés

LIRE AUSSI:Service civil obligatoire: El Ouardi souhaite poursuivre le dialogue

Galerie photoSOS hôpitaux marocains en détresse Voyez les images