LES BLOGS
04/09/2015 09h:35 CET | Actualisé 04/09/2016 06h:12 CET

C'est (ven)dredi: (presque) tout est permis!

HUMEUR - Chez nous (ndlr: au Maroc) comme partout ailleurs, le vendredi est un jour "pas comme les autres"... Pour des raisons pas spécialement transcendantes. Bref, le vendredi marque la fin de la semaine, et surtout la veille du week-end. NB: en hommage à l'insouciance qui l'accompagne, le vendredi, ce jour béni, sera baptisé le Dredi dans ce qui suit.

Au travail, une atmosphère fébrile s'installe dès le Dredi après-midi, voire plus tôt. Tout le monde organise son week-end par téléphone. Tout le monde sait que tout le monde organise son week-end par téléphone au même moment. Personne ne juge donc utile de faire dans la discrétion.

Ceci dit, pour être exact, tout le monde n'organise pas son week-end... Quelques tristounettes exceptions résistent stoïquement à la "Dredi afternoon fever". C'est le cas des stakhanovistes, fans absolus des week-ends studieux. C'est aussi le cas des hommes et des femmes des cavernes, créatures atypiques passionnées par les week-ends passés entre quatre murs.

Mais revenons à la majorité bruyante. La fébrilité dominante se conjugue à un petit parfum lénifiant de dolce vita. Les concessions mutuelles et les sourires béats fleurissent à tous les coins. Tout passe, rien ne fâche...

Les réunions commencent avec (un peu, beaucoup, voire passionnément) plus de retard que d'ordinaire. Grâce à Dieu et au sacro-saint alibi de la prière du Dredi, personne n'aura l'idée saugrenue de le noter.

Bien entendu, le couscous du Dredi contribue à l'adoucissement des mœurs ce jour-là. Les hyperactifs ne galopent plus dans les couloirs. Ils s'enferment dans leur bureau où ils font consciencieusement semblant de travailler.

Etrangement, l'effet soporifique du couscous agit même sur les narcoleptiques qui n'en ont pas dégusté. Encore un sacré alibi pour y aller doucement le Dredi matin et pas trop vite le Dredi après-midi.

A midi, certains ne crachent pas sur une goutte d'alcool (plus si affinités). Les déjeuners de travail du Dredi offrent ainsi l'occasion unique de découvrir la version déjantée de certains personnages. Du Dr Jekyll à Mr Hyde, il n'y a parfois qu'un pas...ou plutôt un (re)pas bien arrosé.

Conclusion: le Dredi vous offre la brèche idéale où vous engouffrer pour demander un congé, solliciter un report de délai ou enfin avouer la bourde que vous avez commise il y a 4 jours 3 heures et 15 minutes.

C'est pour célébrer ce jour si spécial que le Friday Wear a été instauré. Plus besoin de se couper les cheveux en quatre pour une mèche rebelle. Ni de rougir de son teint de papier mâché. Les teints gore ne terrifient personne un Dredi. En réalité, rien ne terrifie personne un Dredi.

Ceci dit, pour pondre des idées, des processus ou des chiffres, porter un tailleur-pingouin ou un sexy trikini, quelle importance? Aucune, bien entendu, sauf si vous avez dans votre ligne de mire une créature officiant dans la même entreprise que vous. Dans ce cas précis, vous n'avez pas le droit de vous laisser aller. Sauf si vous croyez au pouvoir de la beauté intérieure, et, tant que vous y êtes, aux dragons et aux sirènes.

Dans cette atmosphère d'effervescence généralisée, est-il besoin de préciser que votre cerveau se met automatiquement en veille? Vous aurez beau le supplier: aucune réinitialisation n'est négociable avant, au plus tôt, lundi 9 heures.

Le Dredi, vous avez donc officieusement le droit de rester bloqué pendant trois heures sur la ligne d'un fichier... Vous pouvez aussi vous éclipser plus tôt sans avoir à vous torturer la pointe des pieds.

Enfin, côté alimentation, le Dredi est souvent un jour de relâche, y compris pour les passionnés des régimes. La fatigue de la fin de semaine et la réjouissante perspective du week-end stimulent tous les appétits. La Kate Moss du plateau elle-même acceptera du bout des lèvres un demi-bonbon sans sucre. Vraiment, un Dredi, cela peut être fun.

Et pourtant, pourtant, certains Dredis peuvent être aussi exécrables qu'un lundi. Un imprévu, un fichier Excel qui fait une crise d'épilepsie... et vous voilà cuit!

Mais faites contre mauvaise fortune bon cœur: thank God it's Friday!

LIRE AUSSI:Bienvenue dans le monde merveilleux d'Excel (BLOG)

Galerie photoLes meilleures farces à faire au bureau Voyez les images