LES BLOGS
05/01/2016 13h:36 CET | Actualisé 05/01/2017 06h:12 CET

Des nécessités de la vraie politique en Algérie

En ces temps passés, les caisses étaient pleines. Je suis de ceux qui n'ont pas cessé d'alerter sur les nécessités d'un changement en politique. Personne ne nous avait écouté et nous voilà aujourd'hui de nouveau piégés, toujours de plus en plus dépendants de l'étranger et bientôt forcés à faire la manche sur le plan international.

Je vous invite à lire ce que j'ai écris sur mon mur le 5 janvier 2013, citant l'exemple de ce magnifique pays d'Islande, à sa tête des dirigeants exemplaires :

Y a-t-il préméditation à continuer dans l'aliénation des Algériens ?

"Pour sortir rapidement de la crise, le gouvernement a libéré le peuple et a emprisonné les banquiers. Tout le contraire de ce que l'Amérique et le reste de l'Europe a fait", Olafur Ragnar Grimsson président de l'Islande

Pour notre santé mentale, il nous faut quelquefois regarder vers ces pays exemplaires qui ne cessent pas d'avancer avec des gouvernants cartésiens au service de leurs peuples. L'Islande*, ce petit pays fait rougir bien des Européens et Américains, sincères et inquiets pour l'avenir tant la crise reste installée depuis l'année 2008 chez eux.

Et pour notre santé, il faut se détourner de ces pays tel le nôtre, l'Algérie, où même quand les caisses sont pleines, rien n'est vraiment fait pour rendre le sourire aux Algériens, en amorçant le chemin du développement. Car au lieu d'utiliser tout l'argent accumulé au développement authentique on continue l'aliénation du peuple via la presse algérienne, ce que résume fort bien le nommé H.L sur sa page Facebook:

"Ce qui est terrible, dit-il, ce n'est pas tant que nous nous réveillons la première semaine de janvier sur fond de "lutte" de leadership politique et rentier entre le FLN et le RND. Non ! Y'a plus terrible, et je m'en suis rendu compte vers les coups de 3 heures du matin, le 1er janvier, en allant recouvrir mes enfants qui dormaient à poings fermés. Oui, il y a plus terrible. C'est que mes enfants et vos enfants devenus grands se réveillent à leur tour au lendemain du réveillon de 2025 sur fond de guéguerre entre le RND et le FLN. Et que l'univers de nos chérubins soit lui aussi, comme l'est et l'a été le nôtre, cadenassé par cette "dynamique vachement enthousiasmante" d'une alternance FLN/RND.

Y'a pas plus consternant constat d'échec de vie que de réaliser qu'on vous l'a confisquée, cette vie, à l'aune de cette seule perspective : Belkhadem contre Abada. Ouyahia contre Guidoum. Le FLN majoritaire à l'Assemblée. Le RND qui se venge en coiffant d'une tête le FLN au Sénat. Et vice versa, au gré des humeurs des faiseurs de petits rois et des personnels techniques en charge de la machine à alternance frelatée. Consternant, parce qu'il n'y a nulle place pour la poésie de la vie dans ce scénario-là, pas un centimètre pour l'espoir d'autre chose, pas un petit carré de fragrances moins rances que celle-là.

Le piège de la non-vie dans toute sa laideur. A la limite, aujourd'hui, je me réveille en 2013 en sachant que l'Empastillé, tout à l'heure ou demain viendra affirmer devant micros et caméras que personne n'arrivera à le déloger de la forteresse de Hydra. Quelques heures après ou le surlendemain, Ouyahia se félicitera d'avoir le soutien des trois quarts du RND, appelant dans la foulée les redresseurs à revenir à la raison. Tout cela, je le vis, et le vivrai encore. J'y suis préparé mentalement et physiquement. Blindé ! Mais mes enfants ? Mais vos enfants ? N'ont-ils que cette Algérie à espérer en héritage ? Cette Algérie en boucle mauvaise ? Ce pays, devenu vieille platine usée sur laquelle bégaie la même rengaine sans âme ?

Humainement, on doit pouvoir imaginer d'autres réveillons de nouvelles années, d'autres passages à l'an d'après, d'autres transitions vers le futur calendrier. On peut tout imaginer à partir du moment où l'on est juste convaincu qu'une enfance à qui on prédestine un futur seulement pavé de Belkhadem et d'Ouyahia est une enfance déjà condamnée, morte avant d'avoir vraiment vieilli. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continu."

A quand une véritable révolution pacifique de sages, qui croiront vraiment au développement de notre pays, se mettrait-elle en route pour nous tirer du malheur de l'aliénation

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.