LES BLOGS
05/05/2015 05h:13 CET | Actualisé 05/05/2016 06h:12 CET

Que m'avait-il prit? (POÈME)

Finalement pourquoi tant vivre?

À quoi tient-elle toute cette vie?

Tout mon plaisir tient à t'écouter,

T'admirer à te regarder marcher.

Que j'aimerai tant sentir encore tes lèvres,

Te palper.

Vivre donc finalement se résume à toi,

À ton existence,

Lorsque me transportent les rêves de toi,

De ton corps, toute ta sensibilité.

Tu es encore plus possible par delà les mers,

En ces pays d'occident de libertés,

Et à défaut d'y être,

Je me contente de t'admirer de loin,

Regrettant d'avoir gâché tant d'années,

À me morfondre loin de toi.

J'étais donc si comblé,

En société avancée,

Que m'avait-il donc prit

De douter de tant de libertés?

Que m'avait-il prit de tant les condamner,

De bien vivre leur vie?

J'étais donc toujours prisonnier,

Des tabous et préjugés,

En ma société originelle!

Je m'en veux de n'avoir pas su plutôt.

C'est aussi vrai que la guerre,

Qu'on nous avait livré,

Nous avait aveuglés.

Les fautes incombent aussi,

À ceux qui nous refusent leur aide,

Afin d'émerger des ténèbres.

Retrouvez toute la poésie sur le HuffPost AlgérieICI.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.