LES BLOGS
29/11/2015 09h:00 CET | Actualisé 29/11/2016 06h:12 CET

Cécité volontaire de la France !

Endeuillés, énervés, ils ont obligé le gouvernement à se retirer de la coalition qui frappait l'Irak, à ne pas lâcher de bombes au nom d'un peuple sur un autre. Parce que c'est ça aussi aimer la vie, la respecter et vivre en démocratie. Ils n'ont pas reculé, les Espagnols, ils n'ont pas négocié leur culture, ils n'ont pas cédé à la terreur, ils ont aimé la vie plus fort, plus loin.

AFP

"Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l'orage !".Jean Jaurès.

Sur les attentats de paris du 13 novembre 2015, de nombreux analystes continuent d'évoquer l'effet boomerang : c'est à cause de la vente d'armement massif à l'Arabie saoudite et le Qatar, à "ces nations" qui soutiennent le terrorisme que la France en est arrivé là...à tuer ses propres citoyens.

On ne peut pas faire la guerre ailleurs ou la soutenir sans risquer de la voir se répandre chez soi. Et tout le monde sait les interventions de la France un peu partout dans le monde en Syrie et au Mali notamment ; divers médias ne cessent pas encore de dénoncer cet engagement belliqueux de la France.

Mais La France avait-elle choisi de s'enfoncer foncièrement dans le libéralisme, dans la voie du capitalisme meurtrier ? Depuis la crise financière de 2008 les capitaux sont devenus indispensables à la survie de l'archaïque capitalisme français.

Et l'industrie de l'armement française a entraîné la France à faire des concessions à ces états islamistes barbares auxquels elle vend des armements. S'il n'est point interdit de commercer fallait il le faire avec des royaumes qui à l'aide de leurs organisations caritatives financent le terrorisme international ?

Déjà avec l'ex président Nicholas Sarkozy l'échec c'était d'avoir favorisé les guerres au lieu de tout faire pour en finir avec la violence dans le monde.

Il est encore temps pour la France de réagir et d'œuvrer plutôt à pacifier le monde en privilégiant le partage et l'amour de l'autre tel qu'il soit. Prendre exemple sur cette Espagne qui lorsque : "En 2OO4, des attentats ont secoué Madrid. Dans un train, il y avait eu 190 morts, des innocents, des "civils" qui n'étaient, eux non plus, responsables de rien.

Le lendemain, agenouillés par terre, les Espagnols avaient crié d'une seule voix "hijo de puta". "Fils de pute". Puis, ils avaient demandé à leur gouvernement de se retirer de la guerre en Irak.

Endeuillés, énervés, ils ont obligé le gouvernement à se retirer de la coalition qui frappait l'Irak, à ne pas lâcher de bombes au nom d'un peuple sur un autre. Parce que c'est ça aussi aimer la vie, la respecter et vivre en démocratie. Ils n'ont pas reculé, les Espagnols, ils n'ont pas négocié leur culture, ils n'ont pas cédé à la terreur, ils ont aimé la vie plus fort, plus loin.

Aujourd'hui, plus que jamais, la France, "ma France à moi" comme dirait l'autre, c'est une France qui ne se réjouit pas de discours de vengeance belliqueux, c'est une France qui dit non à la guerre et qui puise dans la tristesse la force d'aimer la vie, vraiment, au-delà de ses frontières".*

Le président français Hollande avait été pourtant élu par les français sur un programme socialiste pour mettre fin aux inégalités et à la guerre et à se détacher du libéralisme.

Oui le monde gagnerait à en finir avec le capitalisme meurtrier qui ne cesse pas de menacer la planète toute entière. Et il est encore temps pour la France.

*Fourate Chahal El-Rekaby : "Vous savez, à Beyrouth aussi, nous sortons"

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.