LES BLOGS
16/01/2018 06h:38 CET | Actualisé 16/01/2018 06h:39 CET

Mettre l'entreprise en mouvement

Getty Images

ENTREPRISE - Les entreprises font aujourd'hui face à un nouveau défi, celui du sens. Elles sont en effet chahutées par une défiance généralisée dans le système capitaliste, dans la consommation et le marketing, les médias, la mondialisation... Sous l'impulsion d'une nouvelle génération de collaborateurs et de consommateurs, les entreprises sont poussées à se réinventer et à repenser leur modèle avant tout à travers leur empreinte sur la société, l'environnement, l'éducation et les territoires où elles opèrent. C'est à cette condition qu'elles peuvent désormais engager leurs troupes, leurs partenaires et leurs clients.

L'entreprise devient ainsi de plus en plus une communauté d'intérêt, une communauté d'opinion qu'il faut animer, qu'il faut mettre en mouvement.

Le CEO: nouveau Chief Executive Engagement Officer

Ainsi le CEO ne peut plus être seulement le garant de la performance de l'entreprise, il doit aussi plus que jamais s'assurer que la raison d'être, le "purpose", est au cœur de la dynamique de création de valeur. Car c'est cela et rien d'autre qui met l'entreprise en mouvement. Ce terme anglo-saxon "purpose" est à la mode dans les comités exécutifs du CAC 40 depuis le best-seller de Aaron Hurst "The purpose economy" qui a consacré ce concept comme le nouveau graal des entreprises performantes. C'est ce qu'ont compris de grands dirigeants comme Emmanuel Faber (Danone) ou Paul Polman (Unilever).

Au-delà d'être des gestionnaires éclairés, ces "CEO" nouvelle génération sont aujourd'hui devenus de nouveaux héros économiques. Ils ne dirigent plus une structure, mais sont de plus en plus les leaders de mouvements créateurs de valeur pour la société, en accord avec l'intérêt général.

Autre manifestation de ce nouvel esprit du temps, la notion d'entrepreneur citoyen a également fait son arrivée. Entrepreneurs engagés, soucieux de pérennité et d'inclusion sociale, ils développent des solutions innovantes pour répondre aux enjeux sociétaux de notre époque. Ils mettent ainsi au profit du bien commun ce qui rend leur capacité d'impact si puissante: l'esprit d'innovation, la capacité d'investir pour créer des solutions vertueuses et la possibilité de toucher rapidement un nombre massif de personnes via leurs employés et les consommateurs qu'ils ciblent, etc.

Pour eux aussi, "purpose + business" est l'équation gagnante. C'est notre credo chez Thinkers & Doers et le sens du mouvement que nous animons.

L'entrepreneuriat citoyen à l'honneur à Essaouira

Pour soutenir ce mouvement, nous avons ainsi choisi de lancer les premiers États généraux de l'entrepreneuriat citoyen, qui se tiendront les 23 et 24 mars 2018 à Essaouira et réuniront 100 personnalités du monde entier, décidées à avoir un impact positif dans la communauté qui les entoure.

Ces deux journées de rencontres, placées sous le haut patronage conjoint du roi Mohammed VI et de Emmanuel Macron, président de la République française, seront l'occasion de donner un coup d'accélérateur à cette dynamique mondiale.

Organisée grâce au soutien de André Azoulay, conseiller du roi Mohammed VI, en partenariat avec l'Association Essaouira Mogador, la French Tech et la Fondation Positive Planet dirigée par Jacques Attali, cette conférence internationale mettra à l'honneur ceux qui font bouger les lignes, et offrira l'opportunité de débattre des conditions pour soutenir l'entrepreneuriat citoyen à l'échelle globale.

Ensemble, les 100 leaders venus d'Europe, de Méditerranée et d'Afrique réfléchiront et écriront ensemble une déclaration pour accélérer le phénomène international de l'entrepreneuriat citoyen. Cette déclaration et ses recommandations seront présentées aux sommets du G20 et de l'Union africaine, afin d'amplifier ce mouvement international.

LIRE AUSSI: