LES BLOGS
13/01/2016 11h:49 CET | Actualisé 13/01/2017 06h:12 CET

Le PSG porte plainte contre M.I.A pour avoir "détourné" son maillot

2016-01-12-1452559625-118444-CYbxqFKWMAAGPd8.jpg

Le maillot du PSG affiché par M.I.A dans son dernier morceau intitulé "Borders" n'a pas été apprécié par le club de la capitale française. Ce dernier n'a donc pas hésité à lui envoyer une lettre.

Le PSG a répondu ce lundi 11 janvier à travers un avertissement qui a été immédiatement tweeté par la chanteuse elle-même, lui donnant 24 heures pour retirer sa vidéo et toute image la montrant porter le maillot du club.

Dans son récent single, "Borders" ("Frontières"), M.I.A. aborde un thème délicat : les réfugiés et immigrants, et la réception qui leur est réservée lors de leurs tentative de navigation de toute la Méditerranée, en direction de l'Europe. Son clip avait fait secouer fans et autres lors de sa sortie : après avoir présenté le sujet qu'il illustre, un détail avait ensuite apostrophé : le maillot du PSG porté par la chanteuse britannique, affiché sur le devant des termes "Fly Pirates" ("Pirates de l'air") à la place du classique sponsor du club de la capitale, la compagnie aérienne "Fly Emirates".

A savoir une frétillante petite polémique à l'attention de souverainetés pétrolières telle que le Qatar, pays programmateur de la Coupe du Monde de football de 2022 et patron de nombreux employés immigrés dans des circonstances critiquées, et Dubaï, dont le mutisme et la halte affrontent la crise des réfugiés, rappelle Clique, a été pointé du doigt par M.I.A.

Moyennant cette convention incessante, l'artiste a fini par s'attirer les foudres du Paris Saint-Germain (PSG), qui rappelons-le a été repris par le Qatar en 2011. Dans une lettre adressée à la chanteuse (qui n'a pas temporisé très longtemps avant de la tweeter) datée du 14 décembre 2015, Jean-Claude Blanc, le directeur général élu du club depuis 2011, lui demande de retirer les images où on la perçoit porter le maillot du PSG, sous 24 heures. Universal Music est également mentionné.

Le tweet ci-dessous:

Évoquant un club à l'admirable réputation et aux maints collaborateurs, les lignes de cette lettre reprochent à M.I.A d'avoir profité de l'image de marque du PSG pour la discréditer et la tourner à l'avantage de la promotion de son clip de "Borders".

Voici un extrait:

""Plus que d'être surpris, nous ne comprenons simplement pas pourquoi nous sommes associés, via notre logo et le maillot de notre club, à une telle dénonciation. Cette association est d'autant plus difficile à comprendre que rien dans nos activités et nos préoccupations quotidiennes ne suggère que nous ayons un quelconque lien avec les problèmes soulevés par M.I.A. [...].

On considère que l'usage de notre marque et de notre image dans un clip dénonçant le traitement des réfugiés est une source de discrédit pour notre club, et va à l'encontre de notre politique de communication."

Via sa lettre, Jean-Claude Blanc exige une compensation financière, en plus du retrait du clip et des images affichant le maillot du club de football Parisien. Il n'hésite pas à conclure en menaçant de porter l'affaire devant la justice.

"Nous nous réservons le droit de rechercher tous les remèdes juridiques pour compenser le préjudice dont nous avons déjà souffert et continuerons à souffrir, et nous nous réservons le droit d'engager toutes procédures, y compris judiciaires si besoin, pour protéger nos intérêts."

La talentueuse artiste britannique, après avoir publié la lettre sur Twitter, n'hésite pas à continuer à s'afficher avec le maillot.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.