LES BLOGS
04/11/2015 07h:13 CET | Actualisé 04/11/2016 06h:12 CET

Un pénis, ça se reconstitue, mais une mentalité?

SOCIÉTÉ - Une femme "à visage découvert" s'est présentée samedi dernier, 31 octobre, sur le plateau de l'émission "Labes" d'El Hiwar Ettounssi pour parler de son fils, pas du tout "Labes". Il s'agit de M.A, âgé de 7 ans. C'est à cet âge-là que sa mère a décidé de le circoncire.

Une femme "à visage découvert" s'est présentée samedi dernier, 31 octobre, sur le plateau de l'émission "Labes" d'El Hiwar Ettounssi pour parler de son fils, pas du tout "Labes". 

Pourquoi insister sur l'expression "à visage découvert". Tout simplement, parce que le sujet est très délicat et en rapport direct avec son enfant. Son fils, lui aussi, était présent dans le plateau. Son visage était flouté "conformément à la loi". Le prénom et l'identité de la mère ont été, malheureusement, dévoilés.

Il s'agit de M.A, âgé de 7 ans. C'est à cet âge-là que sa mère a décidé de le circoncire. Elle a donc décidé de faire appel à "Mongi El Fermli" (Mongi l'infirmier), à 150 dinars. La dame a dit qu'il l'avait circoncis à l'aide du laser mais c'est probablement un bistouri électrique capable de provoquer une nécrose de la verge. 

C'est après 22 jours qu'elle a décidé de le ramener à l'hôpital quand il était trop tard. Entre-temps, l'enfant était très endolori à cause de sa verge de plus en plus bleue et n'arrêtait pas de pleurer.

Ces symptômes n'étaient pas suffisants pour le conduire à l'hôpital. Elle a eu plutôt recours à Mongi El Fermli qui l'a rassurée. Selon l'infirmier, cela va cicatriser spontanément. Au contraire, l'état du petit M.A s'est détérioré et la verge du petit s'est nécrosée et détachée. Depuis, M.A ne va plus à l'école, ne veut plus parler à personne et est devenu très agressif, selon les dires de sa mère. 

Le coeur serré, en écoutant son histoire, je me suis remémorée d'une scène de la série "Grey's Anatomy" où Dr. Catherine Avery, urologue, a demandé aux médecins d'"offrir un pénis" à un patient qui n'en avait pas. Après une petite recherche sur internet, j'ai su que l'organe génital pourrait être greffé. La personne pourrait ainsi vivre avec normalement tant que l'unité fonctionnelle (les testicules) est intacte.

À l'issue de son passage, j'ai posté un coup de gueule sur le laxisme et l'idiotie de la mère. Un ami médecin n'a pas tardé de réagir. Il a affirmé que l'un de ses collègues s'est déjà engagé à prendre le petit en charge. Il s'est également dit étonné de la décision de la mère d'aller chercher de l'aide dans les médias.

De sources sûres, j'ai appris qu'un médecin, qui a voulu garder l'anonymat, s'est véritablement engagé à le prendre en charge et de lui faire une reconstitution de la verge. La date de l'opération a été fixée pour ce mois de décembre en attendant que la plaie cicatrise. "Cet accord a été conclu bien avant le tournage de l'émission jeudi 29 octobre", regrette le médecin.

L'intervention télévisée de cette femme a également provoqué l'ire d'un groupe mobilisé pour sa cause sur facebook. Ils ont, entre autres, regretté la non considération des efforts qu'ils ont déployés.

Délibérément ou par négligence, la mère est venue lancer un appel d'SOS pour aider son enfant pour que justice soit rendue. Or, face à de telles conduites, plusieurs questions se posent: tout cela, pour une fête de circoncision "Bezzazza"? Tant qu'elle peut se procurer 150 dinars, pourquoi recourir à un infirmier et non à un médecin? Pourquoi ne pas le circoncire dans un hôpital? C'est plutôt gratuit. 

Pourquoi elle n'a pas gardé l'anonymat? Pourquoi a-t-elle dévoilé le nom de son fils? A-t-elle pensé à son avenir? Va-t-il échapper aux moqueries, aux regards suspects, aux doigts pointés de ses camarades et même des adultes? Va-t-il se débarrasser de cette tâche noire et trouver un conjoint? Va-t-il avoir une personnalité correcte? 

Ce sont en premier lieu, les traditions rétrogrades qui sont à l'origine de tels comportements. Ce sont ces mêmes traditions qui laisseront, à jamais, ce pauvre enfant pointé du doigt. Que nous le veuillons ou pas, c'est la mentalité tunisienne! Une mentalité qui essentialise "les gays", aura certainement du mal à accepter une personne qui a perdu sa verge.

PS: je n'ai aucune intention de fustiger la mère en question, c'est plutôt un zoom sur des comportements qui doivent disparaitre à jamais et dont la mère a été malheureusement le vecteur.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.