LES BLOGS
19/02/2016 11h:16 CET | Actualisé 19/02/2017 06h:12 CET

L'urbanisme événementiel pour booster le développement d'une ville: cas de l'organisation de la COP22 à Marrakech

HuffPost Maroc

URBANISME - Sommet planétaire par excellence, la COP22, prévue du 7 au 18 novembre 2016 à Marrakech, est aussi un événement urbain à multiples retombées en termes de développement urbain et socio-économique pour la ville ocre.

Organiser un événement d'une telle dimension n'arrive pas tous les jours ni toutes les décennies, car les pays et les villes à l'international se livrent une compétition féroce pour avoir le privilège d'abriter des événements planétaires à caractère politique ou sportif.

Quelles sont les retombées politiques, socio-économiques et urbaines d'un tel événement planétaire sur la ville de Marrakech? Et comment s'appuyer sur un événement comme la COP22 pour booster le projet urbain: "Marrakech, cité du renouveau permanent"? Telles sont les interrogations auxquelles entend apporter un éclairage la présente contribution.

Destination prisée depuis fort longtemps pour de grands événements à caractère politique (Sommet de l'UMA en 1989), économique (sommet du GATT en 1995), culturel (Festival du film depuis 2001), sportif (Marathon de Marrakech depuis 1988), droits de l'homme (sommet mondial des droits de l'homme en 2014), la ville de Marrakech a tous les atouts pour honorer l'engagement du Maroc, et le monde entier, dans l'organisation de cette conférence sur les changements climatiques de l'ONU.

La COP22, des retombées socio-économiques à forte valeur ajoutée pour l'économie urbaine locale

Portée par l'Organisation des Nations Unies, la COP22 prévue à Marrakech sera le point de rencontre des 195 Etats membres de l'ONU et leurs délégations, mais aussi, des acteurs économiques et sociaux. Il convient de rappeler que la COP21 organisée à Paris a réuni 150 chefs d'Etats et 30 000 participants entre délégations, ONG et journalistes. De quoi nourrir de grandes ambitions et attentes pour accueillir l'équivalent de ce nombre de participants l'automne prochain à Marrakech.

Pour cela, tous les secteurs de l'économie aussi bien à l'échelle nationale -transport aérien et ferroviaire - que locale en termes d'hébergement, restauration, location de voitures, interprétariat, et autres services spécialisés seront sollicités durant les 12 jours du sommet.

Par ailleurs, le nombre d'emplois crées à cette occasion peut se compter en dizaine de milliers. Répartis entre les emplois d'appoint et de logistique, tels que la construction, la sécurité, le transport, l'hôtellerie et l'accueil sur le site du sommet, et d'autres de haute maîtrise, notamment l'ingénierie, l'interprétariat, l'animation, la communication et le multimédia, ces opportunités à temps partiel peuvent donner lieu à des jobs à temps plein après l'événement.

Il est évident que ce sommet sera générateur d'activité à valeur ajoutée économique, et par voie de conséquence, il sera, à mon humble avis, le premier créateur d'emplois à Marrakech durant les mois de septembre, octobre et novembre.

D'autant plus, la quote-part de chaque commune dépend de sa contribution à la création de la richesse économique nationale. Pour preuve, une commune comme Davos en Suisse qui a à peine 11.000 habitants est devenue mondialement célèbre non pas par sa station d'hiver, mais par le forum mondial économique qui s'organise annuellement sur son territoire.

Lieu d'échange d'idées entre chefs d'Etat et de gouvernements, dirigeants d'entreprises, personnalités politiques, ainsi que des universitaires, le sommet de Davos réunit plus de 2500 personnalités et ses retombées économiques dépassent de loin cette petite commune.

La COP22, un accélérateur du projet urbain "Marrakech, cité du renouveau permanent"

Lancé par le roi Mohammed VI le 6 janvier 2014, le projet urbain "Marrakech, cité du renouveau permanent" s'inscrit dans la nouvelle génération des grands projets de villes initiés par le souverain à travers le royaume. Mobilisant des investissements de 6.2 milliards de dirhams, le projet urbain de Marrakech s'étale sur une période quadriennale de 2014-2017, et a quatre composantes: l'intégration urbaine, la mobilité urbaine, l'environnement et le développement durable et enfin, le patrimoine et la culture.

Des thématiques qui sont au cœur des enjeux et défis urbains dont la relation cause à effet est étroitement liée aux changements climatiques. L'organisation de la COP22 sera une occasion pour donner un nouvel élan aux projets en cours de réalisation.

Il s'agit principalement de l'aménagement de la rocade Médina et la réalisation d'un tunnel destiné à l'absorption de l'embouteillage, et l'achèvement du pont sur Oued Issil à bab lakhmiss. Aussi importe-il de souligner que cet événement, dédié à la lutte contre les changements climatiques, doit se dérouler dans de bonnes conditions de mobilité urbaine.

D'où l'intérêt de l'achèvement du grand chantier de la mise à niveau de l'infrastructure routière à l'échelle de la ville, et la mise en service du Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) circulant en site propre. Car, la ville ocre s'offre à pied, et par voie de conséquence, le couple marche-bus sera le moyen préféré des participants pour contempler le patrimoine et les sites historiques de Marrakech.

Quant à la réalisation du grand parc urbain baptisé "forêt urbaine", elle constituera une opportunité pour, d'une part, rehausser le nombre de mètres carrés d'espace vert par habitant, et d'autre part, joindre l'acte à la parole de la consécration de la loi n°99-12 portant Charte Nationale de l'Environnement et du Développement Durable, et des engagements pris par le Maroc dans le cadre des conventions internationales.

S'agissant des équipements à rayonnement national (gare routière de Marrakech, réhabilitation du théâtre royal, grands équipements structurants prévus sur la zone de Mhamid), et vu leurs portées et dimensions, il va de soit que leur réalisation s'étalera au-delà de 2016.

En guise de conclusion, il importe de dire que la réussite de l'organisation de la COP22 appelle à une stratégie d'urbanisme événementiel qui s'adosse à un cet événement éphémère (la COP22) pour booster le développement urbain de l'agglomération de Marrakech, redynamiser son économie et la repositionner pour accueillir d'autres grands événements capables de lui conférer une notoriété internationale.

LIRE AUSSI:

Les endroits où sortir à Marrakech