LES BLOGS
24/06/2013 12h:57 CET | Actualisé 24/08/2013 06h:12 CET

Klem Cheraa

Depuis le 14 Janvier 2011, la rue devient The Place To Be, (l'endroit où il faut être NDLR) pour les artistes tunisiens. Les initiatives ne manquent pas.

Depuis le 14 Janvier 2011, la rue devient The Place To Be, (l'endroit où il faut être NDLR) pour les artistes tunisiens. Les initiatives ne manquent pas. On voit des happenings artistiques, des expositions d'arts contemporains en plein rue, ou des sessions de Poésie en Dialecte Tunisien en plein air.

Street Poetry, (poésie de rue) consiste en une réunion de plusieurs jeunes autour de la littérature dialectale (Derja). Ce rassemblement, se fait généralement, dans des places publiques au cour duquel les participants scandent leurs textes à tour de rôle. L'initiative a vu le jour sur Internet, un Juillet 2012, suite à l'appel lancé par Amine Gharbi sur Facebook, qui a été suivi par Majd Mastoura et Hamdi Majdoub. Ce noyau a fait en sorte que les évènements se répètent pour créer une scène alternative à la poésie tunisienne. Une scène qui permet à leur public (+5000 fans sur Facebook) de croustiller le dialecte tunisien.

L'organisation des évènements se fait généralement autour de discussions informelles, ou chacun avance ses idées, et ses propositions sur les évènements futurs. Les sessions sont souvent accompagnées de débats d'idées, et de projets de collaboration entre les différents participants qui se rassérènent tout au long de leurs rencontres

C'est avec les moyens du bord que ces jeunes immortalisent ces moments en vidéo ou en photo. Ils se font également invités par certaines radios, et se précipitent pour récupérer les enregistrements. Une fois le contenu en main, ils le mettent sur la toile, et le partagent auprès de leurs réseaux, pour donner plus d'ampleur à leurs œuvres.

En attendant le premier recueil de leurs œuvres, le collectif « Klem Cheraa » sera en action durant le mois de Ramadan, 4 sessions ont été prévues pendant cette période.