LES BLOGS
06/11/2015 08h:45 CET | Actualisé 06/11/2016 06h:12 CET

Loubna Abidar, Badr Hari, Don Bigg... 40 ans après la Marche Verte, où est le courage marocain?

Notre fierté patriotique s'étale partout, même dans les lieux les plus incongrus. Mais le courage marocain, où est-il aujourd'hui? Les marcheurs de la Marche verte n'avaient aucune idée de l'accueil qui leur serait réservé une fois dépassée la frontière de l'époque. Auraient-ils droit aux mines, au feu des mitrailleuses espagnoles?

DR

PATRIOTISME - Nous célébrons aujourd'hui les 40 ans de la Marche verte, un des moments patriotiques les plus forts de notre histoire. Au-delà du succès politique qu'a entraîné cette marche, on retiendra surtout la puissance dont les Marocains sont capables quand ils choisissent collectivement de substituer l'acte à la parole. Plutôt que de se gargariser éternellement sur leur fierté patriotique, un million de Marocains se sont portés volontaires (350.000 ayant été retenus) pour s'élancer drapeau à la main en territoire hostile. La preuve d'un courage marocain qui marquera l'histoire.

Aujourd'hui, les drapeaux sont encore là. Plus que jamais, même. Ils squattent nos feeds Facebook, fleurissent dans nos rues, claquent à nos fenêtres et décorent même nos vêtements. Notre fierté patriotique s'étale partout, même dans les lieux les plus incongrus. Mais le courage marocain, où est-il aujourd'hui?

Les marcheurs de la Marche verte n'avaient aucune idée de l'accueil qui leur serait réservé une fois dépassée la frontière de l'époque. Auraient-ils droit aux mines, au feu des mitrailleuses espagnoles? Impossible de le savoir avant de s'y engager. Ces centaines de milliers d'anonymes étaient prêts à mourir pour leur pays. Véritablement.

Cette semaine, Badr Hari a aussi déclaré vouloir mourir son pays. Doit-on y retrouver une preuve de ce courage marocain? Ou bien une énième déclaration démagogique de la part d'une personnalité à l'image qui a été durement ternie? Don Bigg, le chantre du Mgharba Tal Mout (Marocains jusqu'à la mort), a pour sa part choisi de montrer son courage en effectuant un périple jusqu'à Laayoune en voiture de luxe, casquette vert et rouge vissée sur la tête.

Loubna Abidar, elle, n'a jamais déclaré vouloir mourir pour son pays. Et c'est pourtant ce qu'elle est en train de faire. En choisissant d'incarner une prostituée et de raconter ainsi un phénomène qui déchire notre société, elle a consenti à mettre en danger sa tranquillité et son intégrité physique. Elle affronte courageusement depuis la sortie de "Much Loved" une vie faite de mépris, de harcèlement quotidien et de menaces de mort. Hier, la violence est encore montée d'un cran après qu'elle ait été agressée sévèrement. Dans cette vidéo postée sur sa page Facebook, elle explique qu'aucun commissariat ni aucune clinique n'auraient accepté de la prendre en charge. Le courage marocain en somme.