LES BLOGS
17/03/2016 06h:38 CET | Actualisé 17/03/2017 06h:12 CET

Le pape Chénouda III d'Alexandrie, le lion de Saint Marc

AMRO MARAGHI/AFP

Nazir Gayed Raphaël, l'homme auquel il appartiendra de diriger à l'échelle nationale et internationale, et pendant près de quarante ans, les dizaines de millions d'adeptes de la religion chrétienne des coptes orthodoxes est né le 3 août 1923 en Haute-Égypte, dans la province d'Assiout.

Après sa formation à l'école copte de Damanhour, puis à l'American School à Benha et à l'école secondaire copte à Shoubra, il fréquenta à l'âge de dix-sept ans l'école du dimanche de l'église Saint-Antoine de Soubra. En 1943, Nazir s'inscrivit à l'université du Caire ; quatre ans plus tard, il était diplômé en histoire et en archéologie.

L'année suivante fut consacrée au service militaire obligatoire. Il participa comme officier de réserve à la première guerre israélo-arabe en 1948. Il reçut ensuite du Collège de théologie les diplômes qui lui permettent d'être nommé lecteur de l'École théologique pour les moines, à Hélouan. Le 18 juin 1954, il rejoignit les moines du "monastère des Syriaques" de Wadi Natroun, où il fut chargé de la bibliothèque.

Sous le nom religieux d'Abouna Antonious es-Souriani, il se distingua par son ascétisme et sa grande spiritualité. En 1959, le pape Cyrille VI d'Alexandrie le fit venir comme secrétaire personnel, mais le père Antonious revint quelques mois plus tard à la vie monastique, préférant de loin la vie dans la solitude. Il choisit une grotte située à quelques dix kilomètres du monastère, en bordure du Wadi el-Faragh.

Cyrille VI, qui avait déjà voulu le nommer évêque à plusieurs reprises, le convoqua enfin en septembre 1962 au patriarcat du Caire. Lors de la cérémonie d'investiture, le pontife posa ses mains sur sa tête et prononça la formule sacramentelle: "Je te consacre, Chénouda, évêque pour le Collège de théologie et les Écoles de dimanche".

Sous la direction du nouvel évêque, le séminaire de théologie vit augmenter le nombre de ses étudiants à temps plein de 100 à 207; dans le même temps, les autres étudiants passaient de 30 à 300. Pour la première fois, on admit des femmes, dont certaines furent même nommée lectrices.

En 1969, il fut élu président de l'Association des collèges théologiques du Moyen-Orient.

Évêque chargé de l'éducation, il organisa des réunions hebdomadaires qui attiraient des milliers de personnes. L'une des innovations les plus marquantes de ces réunions était l'usage de consacrer chaque début de soirée à répondre précisément aux questions posées sur des problèmes théologiques et sociaux.

Profondément attaché à la vie monastique, l'évêque Chénouda n'en continua pas moins de passer la moitié de la semaine au monastère, dans la prière et la contemplation. Il représenta l'Église copte lors de nombreuses conférences œcuméniques; la dernières à laquelle il participa en tant que tel a été, un mois avant son élection au patriarcat, la conférence "Pro Oriente" entre les Églises orientales orthodoxes et l'Église catholique romaine, à Vienne. À cette conférence, les participants s'accordèrent sur la formule christologique jadis mise au point par Cyrille Ier d'Alexandrie au sujet de la "una natura Dei Verbi incarnata".

À la suite de son accession au siège apostolique de saint Marc, en novembre 1971, le nouveau pape d'Alexandrie et de toute l'Afrique continua de s'intéresser à l'éducation des Coptes. Grâce à ses soins attentifs, le séminaire de théologie s'agrandit et étendit ses activités. Six autres divisions furent créées en Égypte: à Alexandrie, à Tanta, à Minoufiya, à Minya, à Balyana et au monastère de la Sainte-Vierge d'el-Mouharraq. Dans la diaspora, trois séminaires furent ouverts, deux aux États-Unis et un en Australie. À l'occasion des festivités du centenaire du séminaire de théologie, le 29 novembre 1993, le pape Chénouda III inaugura officiellement l'Institut des affaires pastorales, pour développer la formation du clergé.

Le pape Chénouda III, érudit de qualité et grand lecteur de Chénouti d'Atripé, pouvait mesurer combien historiquement la vie du souverain pontife alexandrin était le premier reflet du pontificat, la première manière d'envisager l'exercice public du magistère.

Face aux problèmes croissants posés par les fondamentalistes, le pape Chénouda III répondit en dénonçant le fanatisme croissants et l'esprit de secte. Dans le même temps, le président Sadate et les membres du gouvernement multipliaient les insinuations contre le patriarche. La mésentente entre le président et le primat copte finit par atteindre un point tel qu'un décret présidentiel du 3 septembre 1981 ordonna l'exil du patriarche au monastère de Saint-Bishoï et l'emprisonnement de huit évêques et de vingt-quatre prêtres, sans compter plusieurs laïcs influents.

Le président Sadate institua un Comité pontifical pour assumer les responsabilités du patriarcat. Mais le synode copte publia de son côté un décret confirmant le pape Chénouda III dans sa position de chef spirituel. Pendant un peu plus de quarante mois, le patriarche resta confiné dans son monastère de désert. Nombreux furent les coptes loyalistes à œuvrer pour son retour d'exil, comme c'était le cas de Butros Butros Ghali, l'ancien secrétaire générale des Nations Unions.

Le 2 janvier 1985, enfin, le nouveau président égyptien révoqua le décret de son prédécesseur. Accompagné de quatorze évêques, Chénouda III, quitta le monastère de Saint-Bishoï dès le 4 janvier; plus de dix milles personnes remplissaient la cathédrale de saint-Marc au Caire pour l'accueillir. Chénouda III déclara dans son discours prononcé à cette occasion: "Je n'ai pas d'autres résidence que vos cœurs qui sont remplis d'amour. Je n'ai jamais été séparé de vos cœurs". Depuis la fin de cet exil, les relations avec Al-Azhar se sont améliorées, résultat d'efforts constants pour promouvoir un esprit de fraternité et d'unité.

À la vielle du Noël copte de l'année 2011, les évêques et les archevêques égyptiens présents au concile réunis sous la présidence du pape copte, avaient pu mesurer à quel point le chef de leur Église avait changé. Il était obligé de se tenir assis quand il parlait, contrairement à l'habitude qu'il avait de s'adresser à son auditoire, debout et surtout extrêmement droit. Le 16 mars 2012, à l'aube d'une longue, d'une très longue journée qui dura, presque sans interruption, jusqu'au lendemain soir, et au cours de laquelle aucune souffrance ne fut épargnée à l'agonisant, celui-ci déclara qu'il souhaitait recevoir la communion. On se précipita donc pour qu'il se soulève, sans pouvoir empêcher qu'il ne retombe sur ses oreillers. Ceux qui avaient conservé l'espoir de le voir sortir du demi-coma dans lequel la maladie l'avait enfermé comprirent que le pape était entrain de vivre ses dernières heures.

L'annonce de la mort du 117ème Patriarche de la prédication de Saint Marc, survenue dans la nuit du 17 mars 2012, provoqua une ruée de journalistes qui attendaient, depuis au moins vingt-quatre heures, confirmation de la nouvelle. Ce fut l'Anba Bakhoumious qui eut à charge de gérer tout ce qui se rapportait à l'enterrement du pape. Des foules "en larmes" étaient massées devant les portes de la cathédrale de Marc dans le district de Abbasseya au Caire pour rendre un dernier hommage à celui qui a dit un jour "L'Égypte n'est pas un pays dans lequel nous vivons, mais un pays qui vie en nous".

Galerie photoDeuil après la mort du pape copte Chenouda III Voyez les images

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.