LES BLOGS
12/03/2018 09h:38 CET | Actualisé 12/03/2018 09h:52 CET

La maladie infantile du populisme

Pascal Rossignol / Reuters

Le populisme est-il la nouvelle maladie infantile politique mondiale? Ce qui est sûr, c'est qu'il est la nouvelle idéologie conquérante des temps modernes. Car un peu partout dans le monde, et pas seulement en Europe, la déferlante populiste s'empare de la scène politique. Elle affecte les discours et les programmes de bon nombre de formations politiques. Même le monde arabe, sous l'emprise de l'islamisme, qui n'est rien d'autre qu'une forme de populisme, n'y échappe guère.

Les maîtres mots en passe de devenir des paradigmes sont la Nation, le terroir, l'identité nationale, les valeurs nationales etc. Ce courant se réclame d'une idéologie anti-mondialiste, hostile à l'immigration, au multiculturalisme et au brassage ethnique... Aujourd'hui, l'Europe en forme le bastion solide avec des formations et des mouvements politiques structurés, combatifs et représentés dans de nombreuses institutions: assemblées nationales, parlement européen, conseils municipaux.

Les dernières élections en Italie en offre une preuve tangible. La Liga (ex-Ligue du Nord) et le mouvement 5 étoiles forment à eux seuls 50,1% du vote en Italie. Deux partis populistes sont déjà au pouvoir: le Videsz de Victor Orban en Hongrie et le parti de la liberté en Autriche. La liste des partis populistes est à élargir au Royaume-Uni, à la Grèce, au Pays-Bas à l'Espagne, l'Allemagne et la Pologne. Reste que la mosaïque populiste est loin d'être un bloc compact et homogène.

Si les nuances les distinguent tant sur le plan de la stratégie que sur celui de l'idéologie, les connexions entre les différents représentants de cette galaxie sont solides. Steve Banon, le prophète de mauvais augure en sait quelque chose et il veut être le démiurge de cette idéologie populiste. L'interview qu'il vient d'accorder au New York Times va dans ce sens: "tout ce que j'essaie de faire, c'est une infrastructure pour un mouvement populiste mondial". Invité-vedette du congrès du "Rassemblement national", nom souhaité par Marine Le Pen pour rebaptiser le Front National, qui vient de se tenir à Lille, l'ex-conseiller de Trump s'est montré optimiste: "L'Histoire est de notre côté et nous propulsera de victoire en victoire", a-t- il lancé devant des congressistes subjugués. On connaît les retombées et l'impact d'une telle poussée populiste: verrouillage des frontières, restrictions des libertés de circulation, aggravation des phénomènes du racisme, de l'antisémitisme et de l'islamophobie, recul des valeurs humanistes de liberté, d'égalité et de tolérance. Les musulmans risquent d'être les premiers emportés par cette vague populiste.

LIRE AUSSI: