LES BLOGS
01/07/2015 14h:30 CET | Actualisé 01/07/2016 06h:12 CET

Oh, mon Dieu...

SOCIÉTÉ - Profondément choquée et terrorisée par le passage à tabac de Fès, où un homme aurait été battu en public, "soupçonné" d'être homosexuel. Ces images me font froid dans le dos. L'homosexualité est un double délit au Maroc, par la loi et par la religion. Cela est un autre débat. Il ne s'agit pas là d'être pour ou contre l'homosexualité.

En admettant que cet homme est homosexuel, cela donne-t-il le droit aux citoyens de l'attaquer et de le battre? Certainement pas. Etre contre l'homosexualité ne veut pas dire avoir le droit d'aller tabasser les homosexuels présumés.

Sinon, qu'est-ce qui nous différencie des extrémistes intégristes obscures qui jettent les homosexuels du haut des toits des immeubles? Sinon, qu'est-ce qui nous garantit que demain on ne s'attaquera pas physiquement aux jeunes femmes en robe ou aux autres personnes dont on n'apprécie pas le mode de vie, ou l'allure, ou les propos, ou la façon de danser, ou la façon de chanter, ou la façon de penser?

Non, il y a la loi pour ça, la loi doit être respectée et personne n'a le droit de se faire justice soi-même ou de se substituer en agent de police soi-disant soucieux de faire respecter l'ordre. Les autorités et les plus hautes instances du pays doivent agir vite et condamner publiquement et fermement ces agressions, inadmissibles, insupportables et hors la loi. Nous ne sommes pas des barbares.

Le Maroc, l'État et la population ne peuvent tolérer cela. Ne pas agir fermement c'est banaliser, excuser, rendre possible, encourager ces comportements qui vont pourtant à l'encontre de la loi et de la Constitution.

Encore une fois, il s'agit là d'un acte isolé, filmé sur téléphone portable et du coup diffusé à grande échelle dans un climat déjà houleux et clivant. Les Marocains ne sont pas capables de cela.

Rassurez-vous, rassurez-moi, il s'agit là seulement d'une petite bande de fous, excités, ignorants, radicaux, violents, criminels, qui devront répondre de leurs actes et qui seront punis pour leurs actes.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.