LES BLOGS
30/06/2015 08h:26 CET | Actualisé 30/06/2016 06h:12 CET

Inezgane: Une histoire de faits divers

SOCIÉTÉ - Porter une robe n'est pas un crime. Porter le voile n'est pas un crime. Nous obliger à porter l'un ou l'autre est un crime. Nous menacer pour porter l'un ou l'autre est un crime. Je porte des robes, des mini jupes, des débardeurs, des shorts, des bikinis. Ma grand-mère et ma mère bien avant moi portaient des robes.

DR

SOCIÉTÉ - Porter une robe n'est pas un crime.

Porter le voile n'est pas un crime.

Nous obliger à porter l'un ou l'autre est un crime.

Nous menacer pour porter l'un ou l'autre est un crime.

Je porte des robes, des mini jupes, des débardeurs, des shorts, des bikinis.

Ma grand-mère et ma mère bien avant moi portaient des robes.

Ma grand-mère a fait ériger des mosquées, financé des orphelinats et des écoles, permis à plusieurs personnes de faire à ses côtés le pèlerinage à la Mecque. Elle était croyante, musulmane, pratiquante et portait des robes. Ma grand-mère portait des robes et elle n'a jamais été insultée, menacée. Elle était au contraire très respectée, aimée, par sa société, son pays, ses hommes et ses femmes de tout âge. Ma grand-mère était croyante, musulmane, pratiquante et accueillait chez elle à bras ouverts mes amis musulmans, juifs ou chrétiens pour partager le couscous avec eux.

Que s'est-il passé? Que sommes-nous donc devenus? Que sommes-nous en train de devenir? Pourquoi être moins tolérant aujourd'hui qu'hier? Pourquoi être moins ouvert d'esprit? Pourquoi pousser la pratique de nos croyances au point de vouloir les imposer aux autres, au point de ne plus accepter la différence, au point de devenir extrémiste? Ce n'est pas ça le Maroc, ce n'est pas ça les Marocains, cela ne l'a jamais été.

Faisons de ces incidents et de ces dérapages des faits divers. Traitons les comme des faits divers. Etonnons-nous, indignons-nous, mais remettons les choses en perspective, n'en faisons pas la réalité de toute une population, de tout un pays. Quelques commerçants non loin d'Agadir ont été choqués par la tenue jugée trop courte de deux jeunes femmes. Ils ont le droit d'être choqués. Ils n'ont pas le droit de menacer, ni d'être violents, ni d'appeler à la violence.

Deux policiers sont intervenus et ont emmené les jeunes femmes au poste de police pour atteinte aux bonnes moeurs. Ont-ils agi en leur nom et en fonction de leur jugement personnel? La loi, l'appareil judiciaire, l'Etat sont-ils de leur côté? Y aura-t-il des excuses, des sanctions? Ce qui importe dans cette affaire et pour l'avenir, c'est de voir les suites officielles qui seront données. Et c'est de voir où l'opinion publique, dans sa majorité, se situe. Ne nous laissons pas atteindre par cette maladie qui ronge les musulmans à travers le monde. Cette pathologie. Cette déviance. Ce quasi phénomène de mode, obscure, dogmatique, inhumain. Ce n'est pas ça l'Islam, l'Islam est bien plus grand, bien plus noble.

Demandons à nos grands parents et aux sages de nous éclairer, de nous rappeler ce qu'est la foi sereine, l'ouverture sur le monde et le vivre ensemble. Ne devenons pas ces fous de l'Islam prêts à répandre la haine et la violence, les interdits et les régressions, soi-disant au nom d'Allah. Ne les laissons pas nous convaincre qu'être un bon musulman c'est être un musulman intégriste. Ne laissons pas passer les petites phrases assassines, les regards menaçants, les silences qui nous jugent, les conseils à deux sous de "ceux qui nous veulent que du bien". Ne cédons pas sur ce qui pourrait paraître des détails.

Le diable se cache dans les détails. Dans notre famille, dans notre quartier, dans notre école, dans notre vie de tous les jours, n'acceptons pas d'être intimidés, n'acceptons pas d'être influencés, n'acceptons pas d'être endoctrinés, n'acceptons pas d'être insultés, n'acceptons pas d'être menacés. Chacun est libre de vivre sa religion comme il l'entend, dans le respect des autres de la loi et de la Constitution. Personne n'a le droit de nous dicter comment vivre notre foi. La religion est entre Dieu et chacun de nous. Et Lui ne s'arrête pas sur des détails superficiels, artificiels, accessoires, vestimentaires.

Parce qu'il y a bien plus important et essentiel: être un Homme bien, et aimer son prochain, même dans la différence.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.

Galerie photo Manifestation à Casablanca en soutien avec les filles arrêtées à Inzegane Voyez les images