LES BLOGS
14/03/2016 07h:05 CET | Actualisé 15/03/2017 06h:12 CET

Solitude militaire régionale, l'ANP et le compter sur soi

Il y a plus qu'une question de sémantique quand il est impératif de dire que notre pays se trouve bel et bien dans une sorte "de solitude militaire régionale". Jeu de mots ? pas du tout, florilège de l'étayement. Le VMD*, Gaïd Salah ...

qsdq

Il y a plus qu'une question de sémantique quand il est impératif de dire que notre pays se trouve bel et bien dans une sorte "de solitude militaire régionale". Jeu de mots ? pas du tout, florilège de l'étayement. Le VMD*, Gaid Salah semble énervé, menaçant en diagonale comme en verticale tout le monde, car la plaisanterie n'aura pas de quartier libre quand des officiels d'un pays voisin négocient avec des terroristes ... dit-on dans les antichambres.

Ainsi et il parait évident que le malentendu entre l'Algérie et certains pays du Sahel commence à se faire sentir. Il est bien visible même et ces actions de lutte commune contre le terrorisme ne pourraient relever que de l'anecdotique. Peut-on dire que l'agrément de Tamanrasset de 2010 est tombé de Charybde en Scylla ? La réponse pourrait être plus négative ... C'est l'extinction.

Ensuite, c'est connu pour les voltes-faces de nos voisins du Sud, cette fois-ci déclenchées ... mais qui est qui l'auteur de la Chaouchara ? Ici,l'arithmétique n'est pas difficile à résoudre semble-t-il ... Peut-on donc affirmer que le Maroc et la France auraient joué contre nous et par ricochet ont profité de la situation des pays du Sahel ?

Bien maigres sont les informations dont on dispose concernant le premier, mais pour la France, des thèses de plus en plus évoquées parlent d'une grave manipulation politico-militaire dont serait victime l'Algérie depuis au moins 10 ans.

Aujourd'hui, Alger semble renouer et d'une manière latente avec les USA en prisant l'ensemble des "Data" communiqués à l'ANP en temps réel, même si la France tente de se racheter. Wherever, la meme ANP semble travailler toute seule pour neutraliser dans le sud, non seulement l'initiative terroriste à partir de l'extérieur, mais aussi la contrebandière de l'intérieur.

Et pour ne pas perdre le fil, dans quel registre se trouve cette grave manipulation politico-militaire ? Et ben, pour la trouver nous tentons de nous projeter un petit peu en arrière, vers 2004 où le département d'Etat US avait entrepris une série d'actions avec l'Algérie en vue de l'inclure dans le cadre de son PSI (PanSahel Initiative) amorcé en novembre 2002.

Craignant un isolement, le Maroc aurait actionné son Lobby et son amitié avec certains ténors pro-Israël dans un chuchotement de fonctionnaires du DOS*, pour se voir enfin inclure dans cette initiative... Ce qui a rendu l'Algérie furieuse par une telle intrusion, car le voisin de l'Ouest serait uniquement guidé par des gains stratégiques au détriment de son voisin de l 'Est.

C'est dans ce sillage que le plus grand pays du Maghreb semble retourner à ses anciens fichiers de 1975, lesquels imputaient l'annexion du territoire du Sahara occidental à un feu vert franco-espagnol, comme si au-delà de l'étirement du Maroc vers le sud, des puissances hostiles imaginaient créer un "madrier d'obstruction" à l'Algérie pour des considérations militaro-stratégiques. C'est simple, Giscard d'Estaing était l'ennemi de l'Algérie à cause de sa guerre d'indépendance pas plus simple que cela .

2016-03-14-1457927415-5195931-training1.jpg

Militaro-stratégiques encore ... et bien, nous y fûmes rattrapés en 2004 ... et pour les bloquer ... 'argument de l'Algérie résidait dans le fait que le Maroc n'a pas de frontière avec la Mauritanie et par voie de conséquence, n'avait pas de place dans le PSI.

Profitant de ce diffèrent et de cette hésitation algérienne, la France passe subitement du stade d'ami à celui de grand ami avec notre pays, tout en veillant à filer du mauvais coton au profit du Maroc, même si les décibels étaient réduits "dans cette démagogie de solution mutuellement acceptable" afférent au dossier du Sahara occidental.

La valse commença, et Il y avait tout un décor qui s'installa car c'est Bouteflika qui réapparaît pour se voir dans une position de l'indispensable, faire tout l'ordre du jour ... Bouteflika, que Chirac est venu "supplier" pour faire en sorte à ce que les Etats-Unis ne parviennent pas à transpercer l'espace francophone.

Et puis, c'est un Chirac dont le versatilité n'est pas à démontrer, lui qui s'inspira d'un gaullisme hégémoniste , une forme ou une version de l' unilatéralisme soft, comme soulignait Zakaria du Washington Post en 2003. ( France's Gaullist tendencies are, of course, simply its own version of unilateralism) .

Le président Français qui avait bien marqué ses points lors de la crise Irakienne de 2003, s'est vu attribuer par Bouteflika le rôle d'avant-garde. On comprenait vite à Alger et on comprenait avec zèle en disant que malgré avoir pris un véritable pari risqué, Chirac "va demeurer" incontestablement le premier leader occidental à avoir eu le courage de se dresser contre l'unilatéralisme américain, en réclamant un monde multipolaire.

Tout cela se transforma par la suite en lettres trop fines, pour dire que ce "Français" modèle représente, en réalité, cet Européen exaspéré qui aspire à une conception du monde un peu "fleur bleue", un monde fait de diplomatie et de patience.

Et pour démolir le PSI , voilà que des activités "parascolaires" pour l'Algérie et le Maroc s'inaugurèrent par une fiesta gonflée de toutes pièces à Toulon en août 2004. Des cérémonies commémorant le 60ème anniversaire du débarquement en Provence où on a pu se rappeler enfin de l'Afrique noire comme Blanche, afin de lui distribuer quelques sourires.

Du coté algérien, c'est la marine nationale qui participa, avec trois unités : le navire de débarquement et de soutien logistique "Kalaat Beni Hammad" et les escorteurs "Rais Corso" et "Mourad Rais".

Mais attention, tout fût centré sur l'arrivée de Bouteflika à Toulon, alors que l'ambassadeur de France en Algérie inondait la capitale de phraséologies bien condensées dans une "reconnaissance de l'héroïsme de ces anciens combattants et la réparation d'une véritable injustice envers eux. Nous voulons leur dire qu'on est fiers d'eux. Le choix s'est porté sur les combattants qui ont le plus de faits d'armes héroïques, mais jamais décorés jusque-là".

Une nouveauté: le gouvernement français connu pour être celui qui vocifère beaucoup pour l'aide internationale mais celui qui donne le moins, décida dans un geste spectaculaire de débloquer près de 64 millions d'euros pour indemniser les quelque 15.000 anciens combattants algériens afin que l'espace francophone ne soit pas transpercé.

Toutefois, cette activité n'était pas la seule. Un programme de randonnées politiques et militaires fût lancé par Chirac à même de toucher le Soudan. Ce fut le "voyagement" qui s'éclatait dans tous les sens de Paris vers Paris il y en avait ces jours-ci , à l'abondance entre la France et ses nouveaux clonies (Larbi Zouaimia, Le Quotidien d'Oran, décembre 2006).

2016-03-14-1457927792-1667484-training3.jpg

On a mentionné avant que des Africains nordistes et sudistes à Toulon alors qu'on rajoutait le sénégalais Wade à Paris, un ministre soudanais chez Chirac, Chirac à Madagascar, Sarkozy à Alger, un marocain chez Bernier, le ministre des affaires étrangères, Bernier à Tunis, Michelle Alliot chez Bouteflika, Zerhouni garde l'immeuble, Bouteflika et la Marine en Provence.

Le Maroc un peu plus intelligent avait deux cœurs dans la poitrine. Profitant donc de son bon jeu diplomatique et de ses amitiés pluridisciplinaires datant de la république de Bouregreg-Salé de Mourad Rais*, le Royaume chérifien s'efforçait de faire valider ses cartes en direction du plus offrant en matière d'annexion du Sahara Occidental.

Que dire de Bouteflika alors ? L'homme est aussi pétri dans la manœuvre, il a toujours cette main d'artisan, car il aime faire durer le plaisir. Ce n'est pas facile d'obtenir les choses illico avec lui , il faut suer , mais suer veut dire que Chirac devait savoir qu'il gardait toujours la bienséance avec Georges Bush, un Bush qui lors d'une de ses vacances, décida de lire sur Camus et sur Hadjout .

Les marocains croyaient aussi avoir marqué le point avec Bush qui decide ensuite de lire sur l'histoire du sel, une façon de se rappeler les beaux exploits d'un certain Moulay et sa bataille pour le sel a Tombouctou . C'est juste à partir de ce sel que Feu Hassan II imagina des fondements historiques et juridiques de la marocanité du Sahara .

Les choses s'éclaircissaient vers le 8 septembre 2005 où l'administration de la Maison Blanche aurait tenu une séance de travail portant sur des questions stratégiques d'importance capitale. En effet, dans ce meeting, Toute la hiérarchie militaire des États-Unis aurait rencontré le président Bush, pour lui présenter son nouveau plan définissant ce qu'on a appelé candidement : la répartition géographique de la masse militaire américaine dans le Monde.

Des documents de l'American Entreprise parlaient déjà en 2003 de Toward Global Cavalry (Vers une cavalerie Globale) qui nécessitait une réimplantation des Bases Américaines et une transformation de la Défense (Overseas Rebasing and Defense Transformation) . On mentionnait l'Arc de l'instabilité dans le quel figurait l'Algérie (Arch of Instability) ... à suivre.

*VMD: vice ministre de la defense

*DOS : Department of State

*République de Bouregreg est une creation territoriale de Mourad Raiss vers 1624 pres de Rabat , apres avoir eu des différents avec le Dey d'Alger .

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.