LES BLOGS
09/01/2016 03h:06 CET | Actualisé 09/01/2017 06h:12 CET

La Constitution, les binationaux et Chakib Khelil

2016-01-06-1452103112-6965762-_traitement_image33.jpg

A lire certaines analyses livrées à satiété, même par les tuteurs traditionnels de l'ordre journalistique algérien, on se trouve hélas tenté de croire que notre communauté installée a l'étranger, et principalement aux États-Unis, est directement tenue responsable de ce qu'on appelle communément l'affaire Chakib Khelil.

Du jamais vu ailleurs .. Avant le présent projet de la révision de la Constitution visant des expatriés algériens anti-système (je ne parle pas d'un hurluberlu qui reçoit l'argent du Koweït), il y avait de la littérature de l'enchaînement USA-Chakib qui, savamment et en continu, pleuvait elle aussi en "hobbling along", quoi ! Clopin-Clopant pour la précision.

C'est dire qu'on est devenu le seul pays au monde qui insulte ses propres compatriotes vivant à l'étranger, car tout simplement beaucoup d'entre eux sont binationaux. Ce chapitre s'inscrit quasiment dans cette ignorance (méconnaissance pour reformuler) qui s'empare d'une question somme toute normale, au point où pour se moquer de l'intelligence, on essaye encore de créer dans l'absolu, une corrélation ridicule entre la corruption, la traîtrise et la double nationalité .

Pour les pays qui savent calculer, ce n'est nullement le cas. Le président Italien venu un certain juin de l'année 97 au quartier Little Italy de New York, avait émis le vœux de voir tous les Américains d'origine Italienne jouir de la nationalité de Rome. Le grand exemple reste d'ailleurs, Le puissant ex-Maire de New York Galiano, le symbole républicain ayant une double citoyenneté.

Ainsi, il se trouve que c'est cette situation qui a permis à l'Italie d'avoir une présence économique des plus fortes sur le sol US. Autre pays qui a œuvré pour le maintien de la double citoyenneté est Israël. Personne ne peut venir nous dire le contraire lorsqu'on affirme que l'un des éléments ayant maintenu la permanence et la puissance du lobby juif serait incontestablement lié a la double citoyenneté ... de beaucoup de personnalités politiques et médiatiques .

Même chose pour les Grecs, les Polonais, les Philippins, les Sud-américains, les Hindous et les Arméniens qui expriment un respect pour leurs "enfants" en Amérique. Contrairement à l'horloge, chez nous bien sur, le niveau a atteint le caniveau au point où on continue à pondre des délires sans calculer les conséquences fâcheuses que peuvent avoir certains raisonnements sur les 5 millions d'Algero-français pris à titre d'exemple .

Bien entendu, ici le gouvernement algérien moralement et citoyennement chargé de protéger la communauté vivant à l'étranger, est venu hier en sens interdit, claironner un projet de constitution en s'arrogeant le droit de franchir la ligne rouge comme s'il contribue lui aussi et graceà sa nouvelle façon de faire, à "desalgérianniser" les enfants de l'extérieur.

Les choses se sont envenimées quand est apparue la condition d'une résidence de 10 années successives dans le pays pour se porter candidat à la présidence algérienne. Or, la preuve de residence ne doit en principe s'appliquer qu'aux candidatures parlementaires ou locales ... démontrées et justifiées,bien entendu, par une preuve de residence .

Fallait-il répéter que nul ne devra faire bon marché de la nationalité algérienne surtout quand elle est inhérente au droit du sang comme du sol (Jus soli Jus sanguinis). Cette nationalité devant suffire pour être candidat a la présidence .

Cependant, en cas de victoire (je dis de victoire) d'un candidat, le conseil constitutionnel est en droit d' exiger par voie de règlement et dans des délais, du nouveau president, une preuve écrite de la repudiation de toute nationalité acquise .

Ce que nous venons de dire sur les agissement du pouvoir est valable aussi pour certaines succursales au sein desquelles nous avons assisté à l'apparition, de nouveaux épithètes combinées aux résidus de ce qui reste de l'anti-américanisme fougueux comme tailladé, uniquement pour lancer des attaques répétitives ciblant, en profondeur, les algériens des USA .

Pourquoi ces dérives ? Tout simplement parce que Chakib Khelil a la nationalité américaine (on dit citoyenneté) et c'est sous ce titre qu'il avait causé du tort à l'économie nationale. Le comble est que certaines plumes émanent de personnes voulant carrément exprimer une animosité envers un clan du pouvoir ou régler leur compte avec Bouteflika, alors qu'ils forment la chambre a échos d'un autre clan plus carriériste dans ce même pouvoir.

Dans cet ordre, Le mandat d'arrêt international lancé contre Chakib Khelil résuma presque la preuve de ce qu'on pouvait définir comme une démarche beaucoup plus politico-populiste que judiciaire, ou des "journaleux" se sont fédérés avec les "moukahbarates". Nous ne voulons pas nous étaler sur ce qui a été élaboré médiatiquement, car il peut échapper à toute valeur informationnelle.

Ce qui est impératif maintenant est de souligner que Chakib Khelil, le bon ou le mauvais, qui fait face à des accusations fondées ou non, reste un citoyen algérien jouissant de tous ses droits civiques et constitutionnels. Il doit bénéficier comme tout le monde, d'une défense pleine et entière. Que Chakib Khelil habite à Rockville ( Maryland, USA), cela ne le fige ni dans la bonne qualité d'un non coupable ni dans le mauvais statut de coupable .

On peut toujours habiter Alger ou Annaba et être le plus grand corrompu de la planète ... d'ailleurs la corruption algéroise comme celle de la province, a toujours fait légende. Autre élément important réside dans les séries de jugements déplacés faisant croire à l'opinion publique que c'est anti-patriotique d'avoir la citoyenneté américaine. Et voila la pente glissante qui nous ramène à la CIA, celle qui entre sur scène lorsque la débilité se transforme en maître d'œuvre du nationalisme de la pacotille.

Et dire que Chakib khelil avait le droit d'avoir la citoyenneté américaine ... c'est son affaire .

Cependant pour cadrer cet état de fait, il fallait baliser les concepts et faire comme les pays qui se respectent sans démagogie ni populisme.Fallait-il répéter qu'un Algérien ayant une double citoyenneté est une situation qui ne pose pas de problèmes. Les États-Unis eux mêmes, un pays conservateur le conçoivent ainsi. Donc faisons comme les Italiens .

Et puisque les USA sont un pays important pour l"Algérie comme pour toute la planète y compris la Turquie, l'Égypte et les Emirats qui nous vendent la marchandise américaine par procuration .... il devient donc indispensable de rappeler qu'on a besoin de sa coopération. Autrement dit, les liens économiques, politiques et culturels doivent être constamment consolidés. A moins qu'il y a une alternative .

Maintenant parlons concret: un Algérien ayant la citoyenneté américaine et qui veut postuler pour le poste de président de la république ou président des organes exécutifs judiciaires ou parlementaires (à une échelle supérieure au député) ou encore occuper le poste dans le gouvernement ou exercer une responsabilité dans la hiérarchie militaire ou sécuritaire, a le droit. Il doit juste renoncer à la citoyenneté acquise par naturalisation .

Ainsi, il fallait des le debut demander ce renoncement à Chakib Khelil avant sa nomination afin d'éviter des thèses de malades voulant nous casser les pieds avec des termes comme : Khelil est envoyé par les américains pour voler le pétrole algérien, comme si pour voler on devrait avoir le concours des étrangers.

Si la corruption au niveau de Sonatarch reste évidente et la responsabilité de l'ex-ministre est avérée, cette corruption n'a pas pu s'exercer comme on le prétend. Ici, toutes les données prouvent que l'Algérie est l'unique pays de l'OPEC ayant le plus défendu ses intérêts puis gagné dans sa coopération énergétique avec les Américains ou autres qu'américains .

La corruption du coté américain, si elle existait, serait la plus faible vu la terreur qu'exerce le gendarme de la bourse la SEC, sur les pétrolières affiliées à la bourse NYSE par exemple . Elle serait importante avec des sous-compagnies ou des filiales dont certaines échappent au contrôle de la bourse. Ceux qui sont contre cette affirmation qu'ils avancent le contraire.

Revenons au cas Khelil et sa citoyenneté. Tout d'abord, ce monsieur aurait eu la citoyenneté américaine dans les années 70 et on a du mal à comprendre pourquoi il a déclaré ne pas avoir cette citoyenneté, ni même être un résident des États-Unis. Une journaliste du New York Times parlait dans un passage en 2003 que seuls sa femme et ses enfants ont la nationalisé américaine.

Le cas Chakib Khelil pourrait avoir 3 explications. La premiere est qu'il a renoncé à cette citoyenneté dans les années 70, suite aux directives de Boumedienne car il gérait un projet stratégique dénommé VALHYD. La deuxième est que Chakib Khelil a une citoyenneté américaine mais sous un autre nom, ce que la loi lui accorde s'il en fait la demande. Troisième est que Chakib Khelil a une autre citoyenneté française ou britannique et qu'il est resident aux USA sous cette forme .

Le plus mystérieux c'est que des propriétaires de stations d'essence en Alabama ont intenté une poursuite fédérale contre l'OPEP conformément au Sherman and Clayton Antitrust Aacts, et le nom de Chakib Khelil paraissait uniquement comme resident des Etats-Unis, à Potomac Maryland où il est propriétaire d'une maison .

Mais pourquoi Chakib Khelil ne se présenta pas comme un citoyen américain ni meme un resident permanent lorsque des journaux Algériens lui ont posé la question ? Avait-il commis une infraction à la loi américaine qui exige "the Renunciation and Relinquishment" : la renonciation à la citoyenneté américaine en cas d'appartenance à un gouvernement étranger, à titre de ministre.

Possible ... Est-ce qu'il bénéficie d'un statut confidentiel l'immunisant de toute perte de citoyenneté même s'il fait partie d'un gouvernement étranger par rapport aux USA. Pertinente cette thèse, même s'il est difficile d'aller chercher dans la liaison CIA-Pétrole au risque de se trouver adherent du PT malgré soi . A-t-il laissé tomber sa citoyenneté américaine avant de devenir ministre Algérien : Impossible ce cas de figure ... Ici la liste du Department de l'Etat ne le mentionne pas.

Bizarre ... sous quel statut Khelil paie ses impôts ... ? Personne ne peut savoir si Chakib Khalil figure ou non dans la catégorie des non-résidents payeurs d'impôts a l'IRS (Internal revenu services) mais grace à une simple vérification par un tierce, au niveau de l'administration de la sécurité sociale (SSA) comme au site E-verify de la DHS, fait sortir une situation légale .

Ce qui veut dire que Khelil paye ses taxes aux États-Unis . S'il clame son appartenance unique à l'Algérie, veut-il échapper aux griffes du fisc américain par rapport à d'autres sommes non déclarées ? Voulait il échapper aussi à la SEC ( Security exchange commission) ou le gendarme de la bourse ? puisque Chakib en tant que ministre-interlocuteur aurait (conditionnel) favorisé grace à la corruption ,des sociétés concurrentes étrangères ...

Très possible. Autre chose, s'il voyage avec un passeport algérien quel type de visa utilise-il ? Vu la fréquence de ses déplacements était- il obligé de demander des visas à chaque fois ... ? lui qui même s'il détient un passeport diplomatique, serait soumis à la meme obligation de visa. A t-il voyagé avec un laisser-passer bleu des Nations Unies du moment qu'il était cadre à la banque mondiale et son retraité ... ? C'est une supposition

Le mystère de Khelil devint complexe lorsque des informations parlèrent encore une fois d'un monsieur qui aurait fait des déplacements pour des vacances aux Caraïbes avec un passeport autre qu'algérien. On se rappelle en 2012, il a même fait des voyages au Panama pour superviser quelque chose de privé, et c'est à la capitale Panaméenne où il a enregistré son nom de domaine puis hébergé son site www.chakibkhelil.com avant de le fermer in extremis.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.