LES BLOGS
09/10/2013 06h:05 CET | Actualisé 09/12/2013 06h:12 CET

Le système frauduleux qui augmente les quantités de lait

CONSOMMATION - La découverte de formol dans le lait de certains centres de collecte met à jour, une fois de plus, la fraude qui peut affecter la filière laitière en Tunisie. Il ne s'agit hélas pas uniquement de formol mais de bien d'autres produits destinés à stabiliser le lait.

La découverte de formol dans le lait de certains centres de collecte met à jour, une fois de plus, la fraude qui peut affecter la filière laitière en Tunisie. Il ne s'agit hélas pas uniquement de formol mais de bien d'autres produits destinés à stabiliser le lait. Il s'agit également de résidus d'antibiotiques ou d'antiparasitaires nuisibles à la santé humaine, mais aussi de lactosérum ou de caséine - sans oublier l'ajout d'eau (mouillage) - qui permettent d'augmenter par un système frauduleux les quantités de lait.

Nous tirons depuis quelques années la sonnette d'alarme sur les dangers qui guettent la filière laitière tant sur les plans quantitatifs que qualitatifs.

Les éleveurs tunisiens voient leur marges bénéficiaires s'éroder d'année en année vu l'augmentation drastique des coûts de productions. Cela est dû en particulier à la très forte inflation affectant les matières premières importées (maïs et soja), ainsi qu'à l'impact de mauvaises années climatiques dans notre pays, qui ont entraîné une augmentation du prix des productions végétales (fourrages, paille...). L'absence de mesures de soutiens financiers suffisantes, de stratégies de développement de la part des pouvoirs publics ont participé à l'affaiblissement de l'appareil productif. Des itinéraires techniques souvent peu maîtrisés, une alimentation du bétail déséquilibrée sont des facteurs qui ont entraîné une diminution de la qualité du lait.

Les faibles moyens financiers de la plus grande majorité des éleveurs ne leur permettent pas de disposer d'un système de refroidissement de leur lait à la ferme (tank à lait). Le mauvais système de récolte du lait et de son transport jusqu'aux centres de collectes affectent également la qualité. Le lait, produit sensible, lorsqu'il arrive aux centres de collecte doit bien souvent être "récupéré" sur le plan qualitatif afin d'être accepté par les centrales laitières...

Nous comprenons bien que dans ces conditions difficiles tout pousse hélas à la fraude, et ce à tous les niveaux!

Pour pallier à ces vices qui touchent la filière laitière nationale, une mise en œuvre des propositions qui ont été faites depuis des années pour mettre à niveau la filière, améliorer ses performances, la qualité de ses productions et répartir la valeur ajoutée de manière équitable afin d'assurer une dynamisation de l'appareil de production est indispensable. Il est également nécessaire que l'Etat mette en œuvre les mécanismes d'appuis (techniques, financiers, organisationnels, juridiques) nécessaires pour permettre cette mise à niveau. Une clarification du rôle des différents intervenants et en particulier des pouvoirs publics (agriculture, commerce) qui doivent appuyer, planifier et contrôler tout en laissant se développer une réelle interprofession responsable et indépendante est indispensable afin de sauver la filière laitière tunisienne.