LES BLOGS
24/01/2016 06h:03 CET | Actualisé 24/01/2017 06h:12 CET

2966, le sacrifie de la sitelle*

Archives

1. Il n'est pas normal que Miss Kabylie ne sache pas kabyle.

• Le kabyle, la langue, ne prend pas de majuscule; qu'on sache quoi écrire et comment. Ça, c'est du français, ce n'est pas ma langue maternelle, mais je la maîtrise très bien parce que je l'ai apprise à l'école publique gratuitement et dans des livres que je pouvais trouver partout et des journaux que je pouvais lire partout et des programmes télé, etc. J'aurais aimé qu'il en soit de même de tamazight, de mon temps.

2. Il n'est pas normal que Miss Kabylie, qui sait parler kabyle, refuse de parler kabyle.

• En public, en plus, en l'occurrence à la télévision, ne serait-ce que quelques mots courants d'usage quotidien. C'est comme si Zidane décline de tirer un pénalty parce que h'chem, ou parce qu'il n'est pas sûr à 102,5% de marquer ! À la jeune fille, on ne demande pas de composer un poème... quoi que ce ne soit pas une mauvaise idée yaâni pour la prochaine édition de Miss Kabylie, avec un bel accent, iha ! Une entame et une conclusion de son speech en bon kabyle auraient parfaitement fait l'affaire.

3. Mais il est encore moins normal qu'on saute sur cet impair, comme de braves soldats sur l'ennemi, pour l'enduire d'un vernis politique nauséabond d'opportunisme, en faire une polémique fondamentale.

• Les non-Kabyles, d'abord. Je suis quasi certain que l'histoire a démarré d'une misérable remarque taquine, sourire narquois en coin, du genre : «Ah ! Elle a fière allure, votre Miss Kabylie, dans son arabe classico-derdjo-oriental !» Euh... A-t-elle parlé arabe ?

• Les Kabyles, ensuite. Car je suis tout aussi certain que, dans les foyers kabyles, de Kabylie et de Navarre, un moment de stupéfaction a frappé comme la foudre à la fin du micro speech de la petite : «ACHOU ??? Ellis lehram, tagui ! Elle ne parle pas kabyyyle ???!!!! Tafounast !» Excusez mon lexique de débutant... ou finissant, c'est comme vous voulez, mais ajoutez une bonne dose d'accent thamourthien. Signification : «Nous l'avons choisie Miss Kabylie», qui est elâalits âla Miss Univers comme chacun sait, «et elle nous trahit en parlant... hachakoum !»

Elle aurait parlé tagalog, sanskrit ou klingon que tout le monde, tous les Kabyles du monde, auraient trouvé ça «cute», signe de culture et d'ouverture sur le monde (y compris l'univers et sa miss maz3ouqa !).

Voilà : le mal, chez les récupérateurs politiques, Kabyles et non Kabyles, n'est pas qu'elle n'ait pas parlé kabyle, mais qu'elle AIT parlé, soufflé, esquissé... ou même juste pensé en arabe.

Je signale au passage, avec une fierté certaine pleine de chauvinisme, que les meilleurs arabophones que je connaisse en Algérie, excellentissimes dans la langue d'al-Moutanabbi, sont pour la plupart kabyles, de Kabylie et d'ailleurs en Algérie.

4. C'est quoi son nom, déjà ? Tartag ! Ah ?

• Juste à l'annonce de son nom, la lauréate ne tenait plus dans le cœur des Kabyles que d'une main : en arabe, nous disons "tahet men qalb'houm", (textuellement : elle est tombée de leur cœur). Outre qu'il ne sonne pas vraiment bien kabyle, ce nom peut être, ya3ni en tirant par les cheveux, un peu chaoui, mais de très très loin, quoique chaoui, ça passe, hein. Même son prénom, Tinehinan, ne plaidera hélas pas assez en sa faveur...

5. Contexte aggravant pour quelques-uns, le projet d'officialisation de tamazight dans le projet de la nouvelle Constitution.

• Symbolique pour les uns, inefficace pour les autres, diaboliques pour certains éclairés ou illuminés, cette action pourtant simple, revendication écrite en sang - dont on ne sait pas encore ce qu'il sortira avec précision - a enduit le plancher d'une huile d'olive de qualité. Quelques hommes libres tombent comme des mergazen dans la poêle ! Qu'advient-il d'un brave guerrier qui perd son "cheval de bataille" ? Tu combattras à pieds, mon fils !

Pour paraphraser un Arabe célèbre : «Celui qui croit que le combat identitaire est dans la seule langue, qu'il se rhabille ! Celui qui croit en tout le reste, qu'il retrousse encore plus haut ses manches : ça vient de commencer !»

* La sitelle de Kabylie

miss kabylie 2016

Posté par MISS Kabylie 2016 sur samedi 23 janvier 2016

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.