LES BLOGS
14/08/2015 01h:55 CET | Actualisé 14/08/2016 06h:12 CET

Poème: Thaqarract n'edhev - Le piège en or

filet étoiles

Ph: Filet d'étoiles

Udiy thaqarract n'edheb                      

ramlayts s cuitt e bbedhfel     

zer3ene dhi thaddarth awal     

e nnan waqila iesslev           

J'ai tendu un piège en or

Que j'ai enfoui sous une poignée de neige

La rumeur fit le tour du village

Elle disait : ce bonhomme est fou !

ma lahlakiw tsi selvi             

tsikci i the tsunefk                

ur e vyyiy hed a i dhaoui       

el harz ur i iessefk            

Ma foi, s'il est question de folie

C'est qu'on m'en aura fait don

Mon vœu n'est pas qu'on me soigne

Le benjoin ne fait pas l'affaire

3us say d ffir n th zemmurth      

a l mi i th3edda e cethwa         

i ttij ib dhed s thi sura    

th m yed thafath yef e th murth      

J'ai fait le guet, tapi derrière l'olivier

Patienté là jusqu'à la fin de l'hiver

Le Soleil s'en vint alors, flanqué d'un trousseau de clefs

Et la lumière partit à l'assaut du pays

I ruh I wwuth y r th a bburth          

nek uk i dh es dha th mathen             

e nanas e ymak ioudhen          

wehhan s ufus gher th zemmurt          

Il s'en fut heurter ma porte

Lui et moi sommes comme frères

On lui fit savoir que j'allais très mal

En pointant du doigt l'olivier

ma lahlakiw tsi selvi        

tsikci i the tsunefk        

ur e vyyiy hed a i dhaoui        

el djaoui ur i iessefk          

Ma foi, si c'est de folie qu'il s'agit

Quelqu'un m'en aura fait don

Mon vœu n'est pas qu'on me soigne

L'amulette ne fait pas l'affaire

i b dhed i selmedh felli         

i nna id seqsay fel ak         

dhi tha ddarth s lem3ani         

e n nend thu dhnedh ir lehlak          

Venu vers moi, il me salue

Puis me dit : j'ai demandé après toi

Au village, par allusions,

On m'a laissé entendre que tu souffrais d'une méchante maladie

e mouqlay th emmlih yar oudm is         

enniy : a gma thu mnetten ?        

3ohdhay k s thafath ed iessis         

ma the s 3idh dh acu i uyen       

L'ayant bien dévisagé

Frère, lui dis-je, tu les as donc crus !,

Par la lumière et par ses filles,

Je te jure que je ne souffre de rien !

ma lahlakiw tsi selvi           

tsikci i the tsunefk            

ur e vyyiy hed a i dhaoui         

thagmats ur th essefk           

Ma foi, si mon mal tient de la folie

C'est qu'on m'en aura fait don

Je ne tiens pas à être soigné

La fraternité ne fait pas l'affaire

yennak achou kikhoussen

eh dhar aqlagh garanegh

ma dawal id shad'fen

af yiriw agma ourouminagh       

Que te manque-t-il ? , reprit-il

Parle donc ! Nous sommes seuls !

Quant à cette histoire qu'ils ont inventée,

Je jure, sur mon honneur, n'y avoir accordé aucune foi !

thoulid ghar yimiw thidets      

ennigh semhes essliyi    

sennaya a massa oudights     

ennouigh atsetef ithri      

La vérité, alors, se fit sur le bout de mes lèvres

Prête-moi donc l'oreille, mon frère, écoute ce qu'il en est :

J'ai, tantôt, tendu un piège

Dans l'espoir d'y prendre une étoile

ma dayagui tsiselbi  

tsikchi ye the tsounefk          

bghigh adh nesbagh thiziri    

roh agma weklaghk    

S'il s'agit d'une folie

Quelqu'un m'en aura fait don

Je veux m'allier au clair de lune

Va, mon frère, je te charge de plaider ma cause

roh ma yeqbel igueni       

riyid ess lakhbar          

errwah ats rouh thi selbi         

ats yaoui we ghebbar      

Va, si le Ciel accède à ma demande

Porte moi la nouvelle

Ma folie s'en ira d'elle-même

Comme poussière au grand vent....

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.