LES BLOGS
12/08/2014 10h:20 CET | Actualisé 12/10/2014 06h:12 CET

Mon Alger

Wikimedia Commons

Quand le soleil s'affale

Sur la Casbah éblouie

À l'heure de midi

Où la journée s'empale

Quand le goudron poisseux

Se fait double semelle

Que le crâne se fêle

Et que suent les cheveux

Quand dans les vieux frigos

Sous le zinc et le cuivre

Se liquéfie le givre

Et tiédit le sirop

Lorsque la ville entière

Cède à la tentation

À l'envie meurtrière

De rompre ses tendons

C'est alors que, lubrique,

Et calée sur le flanc

El Djazaïr, l'Unique

Recompte ses Amants.