LES BLOGS
16/10/2015 03h:32 CET | Actualisé 16/10/2016 06h:12 CET

Anwa Wa ?

Capture d'écran

Le patriarche fixa ses enfants de son œil de lynx et leur dit :

-"J'entends me rendre au marché pour y vendre nos deux paires de bœufs qui sont suffisamment gras. Je compte, par la même occasion, acheter une paire de veaux à engraisser. Que chacun de vous, en ma courte absence, vaque à son travail".

-"Inchallah, père", dirent les enfants.

-"Inchallah? ", fit le patriarche, les sourcils ébouriffés. Que Dieu agrée ou qu'Il n'agrée pas, je veux qu'il en soit ainsi."

Voilà donc notre homme très tôt parti pour le marché avec ses bêtes bien en chair. Il conclut rapidement son affaire.

Le soleil, dans le ciel, brûle comme un tison, quand il reprend sa route, poussant devant lui une paire magnifique de jeunes veaux qu'il se promet de transformer rapidement en bœufs royaux.

Brusquement éclate l'orage. Un orage rancunier comme il ne s'en produit que chez nous, en Kabylie. La rivière nonchalante traversée sans encombre à l'aller devient torrent impétueux. Les veaux sont emportés. Saisi d'épouvante, notre homme s'agrippe à la puissante racine d'un frêne qui veut bien le sauver.

La nuit est avancée quand le malheureux arrive chez lui dans le piteux état que vous devinez. Il frappe à la porte. De l'intérieur de sa demeure lui parvient l'imparable question.

-"Qui est là ? Anwa wa ?"

-"A dh vavath wen...dh vavath wen kane ! Ma yevgha Rabbi... Ma yevgha Rabbi... Ce n'est que votre père...votre père, par la grâce de Dieu...par la grâce de Dieu, répond, accablé, le pauvre homme à qui la Providence a ravi veaux, burnous et turban....

LIRE EGALEMENT SUR LES BLOGS: Poème: Thaqarract n'edhev - Le piège en or

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.