LES BLOGS
03/01/2016 05h:31 CET | Actualisé 03/01/2017 06h:12 CET

La France du déni et de la déchéance de nationalité

FranceTV Info

TERRORISME - Le changement constitutionnel de la déchéance de la nationalité française pour les (à minima) binationaux est une erreur gravissime que la diplomatie française va payer très cher.

Alors que l'Hexagone a déjà repris aux Américains, depuis le mandat de Sarkozy à la tête de la République française, le leadership de la relation avec le Qatar et l'Arabie saoudite, comment oser adopter une telle politique du NIMBY (not in my backyard, qui signifie pas dans mon arrière-cour en français) vis-à-vis de tous nos accords bilatéraux? Ce ne sont pas nos terroristes mais les vôtres!

Comment la France peut-elle à ce point ne jamais assumer ses responsabilités sur les questions postcoloniales! Quand va-t-elle comprendre que c'est sa vulnérabilité la plus criante que Daech va continuer à exploiter comme une mine d'or? Il y a 10 ans, cela n'aurait été possible que sous la présidence de Jean-Marie Le Pen. Aujourd'hui, même la gauche au gouvernement s'y met. Je suis choqué. Cela me fait aussi mal que les attentats de janvier et de novembre. Cela m'est, personnellement, insupportable.

Ecoutez la société civile qui souhaite une autre voie(x). Je ne peux supporter une telle mesure, qui ridiculise à nouveau notre diplomatie, déjà bien atteinte en 2014, par les couacs à répétition avec le Maroc, ou encore notre rigorisme face aux Iraniens pour préserver nos intérêts avec les pays arabes gaziers et pétroliers, en juillet dernier.

Les acteurs français du développement humain en Méditerranée n'ont quasiment plus aucun arrimage possible dans l'échiquier politique français et c'est gravissime. Le faussé avec la société civile n'a jamais été aussi grand.

L'Union sacrée ne peut pas se faire contre l'expertise citoyenne. Et pourtant, le médiocre jeu politique place aujourd'hui le Front national dans la même synchronie que la droite plus traditionnelle, pour demander la tête de la ministère de la Justice.

Notre histoire et nos Léon Bourgeois, Jean Jaurès, Georges Clemenceau, Aristide Briand, Frantz Fanon, Aime Césaire, Alexis de Tocqueville, Hubert Lyautey sont les seules lumières qui nous restent encore en espoir.

Galerie photoLes hommages sur les lieux des attentats à Paris Voyez les images

LIRE AUSSI: