LES BLOGS
11/12/2017 09h:30 CET | Actualisé 11/12/2017 09h:30 CET

Le Marocain coincé entre le maktoub et l'illusion de la démocratie

Youssef Boudlal / Reuters

SOCIÉTÉ - Le concept du maktoub, ou de la volonté divine, est une grande illusion inventée par l'Homme pour fuir la responsabilité individuelle. Par la même occasion, l'Homme crée l'illusion de la démocratie pour fuir l'exigence du maktoub et faire ainsi porter toute la responsabilité aux dirigeants responsables d'assurer la justice et la démocratie.

Le Marocain, en tant qu'individu, considère qu'il est impossible pour lui de réaliser la justice car la religion lui rappelle sans cesse que Dieu seul est juste! En même temps, il estime que les dirigeants doivent être parfaits car ils sont les représentants de Dieu sur terre! Ainsi, le Marocain se positionne en victime chronique de ses dirigeants! Il croit aussi fermement qu'il est impossible qu'un individu arrive à la perfection car Dieu seul est parfait, mais il estime que les dirigeants, même s'ils sont des êtres humains, doivent assurer la perfection de l'exercice de la justice et de la démocratie! Ainsi les contradictions de la pensée du Marocain deviennent de plus en plus complexes.

Par exemple, considérons votre cas mon cher lecteur: vous a-t-on demandé votre avis avant votre naissance, si vous souhaitiez venir au monde terrestre? Vous a-t-on demandé si vous vouliez naître dans une famille riche, royale ou pauvre, inculte ou intellectuelle? Naître arabe, européen, américain ou asiatique? Naître garçon ou fille? Où est donc cette démocratie?

Si nous avons 100 orphelins à placer dans des familles, et qu'on en envoie 10 au Maroc, 10 en France, 10 aux Etats-Unis, 10 en Tanzanie, 10 au Yémen, 10 au Pakistan... Lorsque les 10 orphelins arrivent au Maroc, nous allons en mettre un dans une famille très riche, un dans une famille pauvre inculte, un dans un douar Sidi Bouchitané dans un bidonville, sans eau, sans électricité, sans école, sans centre de santé...

Quelle est la faute de cet enfant envoyé au Yémen et celle de celui placé au douar Sidi Bouchitané? Est-ce le maktoub? Est-ce la volonté divine? Ou est-ce donc la démocratie? Où est donc la justice? Votre vie commence dès le départ sans démocratie, sans justice, comme dans un casino, vous et votre chance: le Maroc, l'Europe, une famille bourgeoise, une famille misérable...

Chaque Marocain a sa propre conception de la justice et de la démocratie, et nous avons ainsi au Maroc des millions de concepts liés à ces deux illusions.

Le concept de la démocratie est contradictoire avec la fausse compréhension de la religion. Par exemple, la religion demande aux riches de prendre bien soin des pauvres. Le message donc véhiculé est que la pauvreté est naturelle et que c'est une volonté divine! Si la pauvreté est un maktoub pour un certain nombre de Marocains, comment la démocratie va-t-elle vaincre la volonté divine? Si le Marocain était cultivé et étudiait la philosophie, il aurait pu traiter cette question avec logique. Mais il se contente d'utiliser deux casquettes, en fonction des situations: la casquette de la démocratie ou celle de la religion!

Ainsi, nous remarquons que la démocratie et la justice sont très relatives et qu'elles ne pourront jamais être une vérité, ou encore une perfection! Mais qui va déterminer les proportions relatives de la démocratie et de la justice? Les chefs religieux? Les hommes politiques? Les dirigeants? Le peuple?

Que penseriez-vous si nous nous assurions en premier d'assurer l'égalité des chances à tous les Marocains, plus particulièrement aux enfants, pour l'éducation, la santé, l'habitat digne, l'égalité des droits des deux sexes?

Que pensez-vous de déterminer le rôle et la responsabilité du citoyen, grand et petit, garçon et fille, dans la participation de la construction sociale, la réalisation de sa stabilité, son progrès et son bien-être?

Enfin, que pensez-vous de consulter sur la coexistence entre le discours religieux, le discours politique, le discours de la modernité de la pensée, afin d'unir la vision et de préciser les objectifs et le travail commun, main dans la main au service de la société et de l'humanité?

LIRE AUSSI: