LES BLOGS
25/03/2016 11h:08 CET | Actualisé 26/03/2017 06h:12 CET

Les attentats à Bruxelles nous obligent à nous responsabiliser

Les transmetteurs de la haine ont gagné la bataille, ils ont formaté à leur convenance certains de nos enfants. Que les autorités religieuses (...) prennent leurs responsabilités et qu'une fois pour toute, des éclaircissements sur des textes violents ou obscurs soient contextualisés ou tout simplement mis de côté

ASSOCIATED PRESS

Après une journée difficile à intégrer dans notre réalité bruxelloise, il fallait s'exprimer sur ce qui venait de se passer. A plusieurs reprises j'ai pu scander haut et fort: "l'islam ce n'est pas la violence", mais qui pourra bien me croire lorsqu'une succession d'événements nous ramènent toujours à l'utilisation de cette croyance et par des actes criminels commis par les enfants de la religion musulmane ou en tout cas présentés comme tels.

Que dire qui n'ait pas déjà été dis? Que faire qui pourrait changer la situation actuelle? Les morts qui ont touché plusieurs pays et aussi le nôtre aujourd'hui ne pourront pas revenir. Non, ils ont quitté cette Terre par l'horreur et ont laissé derrière eux des cœurs meurtris de leur famille mais nos cœurs aussi.

En tant que bruxelloise de confession musulmane, j'espère que tout les citoyens auront la sagesse de saisir que leurs collègues, leurs voisins, leur boulanger ou encore la personne qui est assise à côté d'eux et qui sont de confession musulmane, souhaitent vivre en paix dans leur pays qui est aussi la Belgique. Mais aujourd'hui, beaucoup plus qu'hier, je me vois obligée d'évoquer plusieurs responsabilités, car oui, les responsabilités sont multiples.

Chaque citoyen se doit d'apprendre à respecter la vie de tout individu et de transmettre cela dans le cadre et les fonctions qu'il intègre. Peu importe la philosophie de vie, il y a forcément des textes de références qui promeuvent cela. Et là encore, il y a eu des failles: les transmetteurs de la haine ont gagné la bataille, ils ont formaté à leur convenance certains de nos enfants. Que les autorités religieuses - puisqu'il s'agit ici de musulmans- prennent leurs responsabilités et qu'une fois pour toute, des éclaircissements sur des textes violents ou obscurs soient contextualisés ou tout simplement mis de côté... Il n'est plus possible d'accepter que certaines références qui ne sont même pas dans le Coran, puissent influencer autant l'esprit de certains musulmans.

Le contexte est propice à regarder ces textes violents et à réagir en tant que représentant d'une certaine autorité religieuse en Belgique.

Aussi, il faut se le rappeler que nous vivons dorénavant dans un monde globalisé et ce qui se passe en Irak et en Syrie a forcément un impact ici. Pourquoi? Parce qu'à nouveau les responsabilités sont multiples et il s'agit de décisions politiques qui font que nous nous retrouvons dans cette terrible situation. Il est grand temps que les puissants de ce monde réfléchissent à ce qu'ils souhaitent comme avenir pour nos sociétés. Il n'est plus possible de soutenir des rebelles quelques part ou un dictateur ailleurs créant des injustices et des crises dans ces pays sans que cela n'ait pas un impact sur nous. A l'heure d'internet, ce temps est révolu.

Que chacun d'entre nous, en fonction de la place qu'il a dans cette société, prenne ses responsabilités. De la reconnaissance de tous les citoyens, de la diminution des inégalités sociales, de l'emploi pour tous, de la condamnation unanime et dans les faits des discriminations, voilà ce qui permettra d'avoir une société en meilleure santé.

Je le répète: aucune philosophie de vie, peu importe qu'elle soit religieuse ou idéologique ne peut survivre avec pour objectif de détruire les autres. Une société ne pourra être heureuse que si le respect des différentes communautés et l'importance donnée à la vie soient les bases enseignées à tous.

L'heure est au silence, mais aussi à la réflexion. Que tout ces morts et blessés nos permettent de changer en mieux, que nous soyons du bas ou du haut.

Parution de mon ouvrage pour une meilleure compréhension de ce qui se passe : "Hommage à la Syrie: Nouvelles d'un pays en crise" aux éditions l'Harmattan avec pour préface de Monsieur Felice Dassetto.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.