LES BLOGS
28/01/2017 07h:03 CET | Actualisé 29/01/2018 06h:12 CET

Les accords Sykes et Picot: Des frontières imposées à des peuples majoritairement arabes qui ont du mal à faire nation?

sykes picot

Autrefois, il me semblait évident que le principe de nation soit et restera. Aujourd'hui, je me rends compte que les frontières et les peuples peuvent changer d'autorité et ce, bon gré, mal gré. Bon gré est souvent une exception à la règle.

Prenons donc les cas majoritaires pour exemple, engageons-nous vers la région du proche et moyen-orient et les pays que l'on nomme trop souvent "arabes". "Des arabes" voilà ce dont il est toujours question alors qu'une richesse d'ethnies 1 nourrit ces terres et ces peuples qui sont otages de décisions provenant notamment d'autorités externes à cette région. Bien qu'à l'intérieur, ce sont de conflits d'intérêts, de croyance et certainement de manque de transparence (d'allégeance locales par exemple avec des puissances étrangères), il n'empêche que la conséquence actuelle de ces "nations" en crise, c'est en partie, l'intérêt de redéfinir les frontières pour les uns, et de maintenir celles d'hier pour les autres avec évidemment, des alliés qui permettront de maintenir des partenariats.

Le concept de nation

Une nation est par définition, un peuple qui définit son souhait de partager ensemble un territoire donnée, une culture, une religion, de reconnaître un type de système politique et qui et représenté par un leader, un parti politique.

Cependant, si l'on observe l'histoire de ces pays qui vivent des moments d'instabilités certains, au proche et moyen orient, ces décisions n'ont pas été les leurs. Bien que l'indépendance de certaines de ces nations est présentes actuellement, il n'empêche que d'autres sont toujours sujets à des conflits qui impliquent des acteurs divers; du national en passant par du régional pour enfin terminer par de l'international. Inutile donc de souligner ce qui en externe est une évidence: plus il y a d'acteurs impliqués dans ces conflits et plus il sera difficile de se mettre d'accord.

Même l'utilisation de la médiation dans les conflits politiques ne semble pas permettre une solution. Notons l'exemple de la crise syrienne et l'apparition à plusieurs reprises de médiateurs choisis par les Nations-Unies. Résultat? Cela n'a rien donné, notamment parce que l'ensemble des différents acteurs dans cette réalité syrienne n'ont pas été entendu, souvent ceux du bas.

Un peu d'histoire: Les accords de Sykes et Picot

C'est en mai 1916 que la structure des pays du proche et du moyen orient est imposée aux différents peuples qui étaient encore sous l'empire ottoman, un empire qui était à ses fins lorsque cette décision fut prise et acceptée par l'ancêtre des Nations-Unies, la Société des Nations. L'intérêt de ces accords secrets de la France et de la Grande-Bretagne se justifie notamment par la découverte au début du 20e siècle, dans cette région, de l'or noir, le pétrole.

D'autres motivations vont expliquer ses accords, politiques aussi. Pour reprendre l'expression utilisée par l'historien Henry Laurens, il s'agissait de "se partager la peau de l'ours avant de l'avoir tué". Ainsi, l'objectif des deux diplomates, Sykes et Picot, qui avaient des directives de la France et de la Grande Bretagne ne se limitaient pas à tracer des frontières mais de créer des alliances (souvent au sein du gouvernement) afin d'avoir une influence dans la région mais aussi d'obtenir certains intérêts. Les années sont passées et en même temps les insatisfactions des populations locales jusqu'à l'arrivée du fameux "printemps arabe".

Les printemps arabes

Cette période qui débuta en février 2011 en Tunisie est l'expression d'une partie des populations arabes à se responsabiliser par rapport à un système et ou une autorité qui posent problèmes. Il est question de vouloir plus de libertés sociales notamment. Si ce printemps arabe commence en Tunisie, d'autres pays vivront cet engouement, en Egypte, en Libye, en Syrie, en Irak, Bahrein etc.

Cependant, les résultats n'ont pas forcément permis de répondre à la demande des populations en question et certains de ces pays sont encore dans une instabilité certaine. Plus que cela: les citoyens sont souvent en danger et la liste des morts n'est pas fictive. Pour quelles raisons? Les deux principales justifications s'articulent sur la répression que ces populations subissent par les pouvoirs en place, mais aussi par l'intervention directe ou indirecte des puissances étrangères qui alimentent encore plus la situation dans cette région.

Faire des liens avec le passé

Il est intéressant de se rappeler que la construction des frontières au début du 20e siècle au proche et moyen-orient a également été créée par des émeutes et des révolutions sur ces territoires. Aujourd'hui, les émeutes ce sont réalisées, persistent à certains endroits, et enfin, les frontières sont également une thématique qui est discutée.

Remise en question des frontières actuelles au proche et moyen-orient?

Qui en parle? Si l'Etat Islamique met en avant sa volonté de redéfinir ces frontières imposées en des temps où l'impérialisme occidentale s'est réalisé, il n'empêche que d'autres groupes se questionnent quant au sens donné aux frontières actuelles. Nous pouvons notamment prendre le cas des alliances et des acteurs chiites2, où il serait possible apparemment de regrouper les individus en fonction de leur croyance et de leur volonté de ne faire qu'un ensemble par choix et non pas par une imposition et ce, sur un large territoire donnée.

Un cas particulier: Les territoires palestiniens

Si les conflits persistent et arrivent concrètement avec les printemps arabes en Syrie, en Irak ou encore au Yémen (rappelons que ces pays sont toujours en guerre et sont impliqués dans ce conflit, différents acteurs nationaux, régionaux et internationaux), un autre conflit qui date depuis la naissance de l'un des belligérants à savoir; Israël continue d'avoir lieu.

Dernièrement, une résolution des Nations-Unies mettait en avant la condamnation des colonies israéliennes sur les territoires palestiniens, il n'empêche que cette condamnation ne semble pas faire effet au sein du gouvernement israélien qui continue cette colonisation. Nous observons donc que dans certaines pays du proche et moyen orient, l'implication des puissances étrangères, autrefois colonisatrices dans cette région, se fait indirectement (en finançant certains acteurs qui leur sont favorables par exemple) ou directement (en allant combattre le terrorisme, en s'intégrant à des coalitions et ce même si plusieurs organisations humanitaires affirment que ce genre d'interventions tuait plus de civils que de terroristes). Puis, dans le cas du gouvernement israélien, nous avons clairement des attitudes coloniales qui a pour conséquence l'étouffement des peuples palestiniens (musulmans et chrétiens) et la diminution des terres palestiniennes.

Monde arabe-islam-terrorisme: Des liens aussi évidents?

Environ 20% des musulmans dans le monde se situent dans ces pays "arabes", néanmoins, la majorité se retrouvent plutôt en Indonésie, en Inde ou encore au Bangladesh. Il est cependant intéressant d'observer que l'islam est devenu un aspect important de ces pays et à juste titre, puisque des mouvements rigoristes et des groupes armés se revendiquant de cette religion s'y retrouvent et sont responsables de différents attentats (majoritairement présents dans ces mêmes pays et touchant principalement des musulmans).

La question que l'on pourrait se poser est de savoir pourquoi l'expression d'un islam violent se retrouve dans ces pays et pas ailleurs? Rappelons que l'EI était une branche du groupe terroriste Al Qaeda (ses origines se situait au départ en Afghanistan, un pays non arabe et où historiquement, nous savons qu'ils ont été financés par les USA, plus tard, les puissances internationales s'y sont retrouvées pour lutter contre le terrorisme, Al Qaeda).

Aujourd'hui, l'Afghanistan n'a pas changé, si ce n'est pas le nombre de civils décédés à cause de ces guerres mais les talibans sont toujours présents... Preuve que la lutte contre le terrorisme ne se résout pas en allant faire la guerre, pourtant, ce sont les mêmes méthodes que l'on utilise en Irak et en Syrie...

Aussi, pourquoi l'expression radicale de l'islam se retrouve dans cette région?

Plusieurs réponses à cela: l'invasion US en 2003 en Irak (la justification de cette invasion stipulait qu'il y avait des armes nucléaires, aujourd'hui nous savons qu'il n'en était rien, si ce n'est un intérêt pour le pétrole), le scandale dans la prison d'Abou Ghraib -toujours dans le contexte de la guerre en Irak- où des citoyens irakiens ce sont retrouvés humiliés et torturés par les soldats américains (rappelons que le calife de l'EI, AbuBakr El Baghdadi a fréquenté cette prison), au niveau sociale et économique : la gouvernance du haut par son absence auprès des gens du bas a permis à des mouvements extrémistes de remplir ce vide et donc, d'augmenter les frustrations et l'insatisfaction de ces populations (d'une partie en tout cas).

De plus, appartenir à un territoire où des invasions étrangères sont présentes pour des intérêts économique, avoir pour leader une dictature qui n'a pas forcément été choisi et qui ne permet pas un épanouissement des citoyens sont deux éléments qui expliquent en partie ces mouvements violents qui dans plusieurs cas ont trouvé des soutiens militaires et financés auprès d'autres pays de la région ou auprès des grandes puissances internationales.

Ainsi, ces pays arabes qui représentent quantitativement 1/5 de la population musulmane sont dans cette situation pour des raisons qui sont loin d'être reliées à la religion, ils auraient très bien pu être d'une autre croyance et même ne pas en avoir de religion, que ces mouvements violents auraient existé car c'est une histoire et des implications multiples qui expliquent les situations actuelles. Aujourd'hui, plusieurs questions restent d'actualité notamment celle-ci: Que deviendront les peuples et les frontières au proche et moyen-orient ? La question reste sans réponse, mais il est fort possible que des alliances se créent à nouveau entre les habitants locaux, les gouvernants de ces pays, les puissances régionales et internationales. En attendant, le nombre de morts des civils, ainsi que les frustrations en lien avec les libertés des individus continuent à augmenter.

-------------------

1- Les autres ethnies, moins importantes en nombre, certes, dans ces territoires sont notamment: perse, turque et kurde

2- Théorie tirée du spécialiste du Hezbollah libanais, Didier Leroy.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.