LES BLOGS
31/08/2015 09h:22 CET | Actualisé 31/08/2016 06h:12 CET

"Laissez tomber votre boulot et voyagez" ou comment n'avoir rien compris au voyage

Houda Chaloun

VOYAGE - "Pourquoi vous devez tout quitter et voyager" ou encore "Les 10 raisons pour laisser tomber votre travail et voyager autour du monde" ce sont là des titres d'articles qui pullulent sur les internets avec une certaine férocité depuis quelques temps.

En allant fouiller pour me renseigner sur l'identité des auteurs qui se permettent de dicter aux gens un chemin de vie avec tant de conviction, j'ai trouvé, ô rage, ô désespoir... des voyageurs!

Des gens qui ont effectivement tout quitté pour voyager, qui y ont probablement trouvé leur bonheur, en sillonnant le monde, en étant confronté à un nouveau cadre de vie, un nouveau rythme de vie, en évoluant en dehors de leur zone de confort, et surtout en s'essayant à un périlleux exercice d'ouverture d'esprit et de condamnation de préjugés.

Et une fois que ces gens-là pensent avoir tout compris, le sens de la vie et les mystères de la création, ils s'octroient les pleins pouvoirs et la mission ô combien noble de dire à leurs semblables, ces pauvres humains qui eux n'ont pas tout plaqué pour voyager, qu'il faut absolument faire comme eux. Cela sans oublier d'étaler avec une extrême bienveillance les 6, 10 ou 20 raisons de suivre ce seul chemin de bonheur possible.

Foutaises!

L'ayant moi-même fait (prendre une année sabbatique pour voyager, revenir et décider enfin qu'il me fallait tout quitter pour repartir en voyage, pour changer complètement de vie et devenir une nomade), je vous avoue que je suis complètement dépassée par ce genre d'articles.

Celui qui commet un article du genre pourrait écrire avec la même force de conviction "Les 20 raisons pour lesquelles vous ne devez pas rêver votre chemin personnel et finir par avoir le job, la maison, la voiture et l'époux(se) que la société souhaite pour vous". Je ne vois absolument aucune différence entre les deux approches.

Le voyage comme l'art, comme le boulot de banquier ou celui de berger, ne sont que des chemins de vie que nous rêvons ou pas, que nous choisissons ou pas, que nous décidons de suivre ou pas.

Je me permets du coup, et seulement si vous le voulez bien, de vous proposer 3 raisons qui font que vous ne devriez écouter personne sur ce que vous devez ou pas faire de votre vie, et n'en faire qu'à votre propre tête:

1. Vous êtes le créateur, le scénariste de votre vie

Poussez la logique un peu plus loin et imaginez que vous êtes à l'image de votre créateur, que vous puisez dans la source même de son pouvoir et de son imaginaire, ou si cela vous convient mieux, imaginez que vous êtes la version toutes options, toutes possibilités de votre cousin le singe.

Personne ne peut vous interdire de rêver ou mettre des barrières à votre imaginaire si ce n'est vous-même. Dans la planète Imagination, vous êtes seul maître à bord.

Quand vous êtes prêt à endosser le costume du créateur ou le rôle du scénariste, posez-vous la question de ce qui vous ferait réellement plaisir: voyager, faire de la pâtisserie, des enfants, de grosses bêtises ou vous poser tranquillement dans un champ à observer des brebis ou devant un écran à composer avec des chiffres et des lettres.

La réponse qui vous fera sourire et poussera vos rêveries encore plus loin que ce que vous-même vous vous autorisez est probablement celle qui vous indique le chemin.

Après cet exercice, il ne vous restera plus qu'à choisir comment et quand emprunter votre chemin. Pas d'urgence... Vous créez également le temps.

2. Vous n'avez besoin de rien

Parce que, suivez le raisonnement s'il vous plaît, vous êtes le créateur de votre vie et donc des ressources qui vous permettent de la traverser.

On oublie souvent que le salaire versé par notre employeur n'est ni de l'aumône, ni un don tombé du ciel, ni une chance que nous sommes parmi les rares à avoir. On oublie très souvent que ce salaire n'est qu'une minime partie de la richesse que nous créons avec notre labeur et notre intelligence.

L'agriculteur sait que s'il ne sème pas, il ne pourra récolter. Il utilisera ceci dit les connaissances et le labeur à la fois pour semer et récolter au bon moment. Ainsi va-t-il du pâtissier, du banquier et du militaire...

Nous sommes les créateurs de nos ressources car nous en sommes la source. Nous n'avons besoin de rien si ce n'est de savoir ce qu'il nous convient de faire et quand.

Nous n'avons vraiment besoin de rien!

3. Vous n'avez pas peur de l'échec

Puisqu'il n'existe pas voyons! L'échec n'est que pure projection de l'esprit. Il n'est rien d'autre qu'un ramassis de préjugés.

L'échec n'est pas l'antinomie de la réussite. C'est la peur qui l'est!

Dans le monde de dualités stupides dans lequel nous évoluons, tout est mis en oeuvre pour que nous bloquions nous même nos élans créateurs. Nous avons peur de réussir et nous appelons cela l'échec. Nous avons peur d'être heureux et nous l'appelons tristesse, nous avons peur d'aimer et nous l'appelons haine.

Nous avons peur et nous suivons des chemins tout tracés (ceux du voyage entre autres puisque c'était l'intention initiale de cet article) parce que nous y trouvons une sécurité, un (ré)confort.

Tant que nous agissons ainsi, nous ne faisons que reléguer le scénariste, celui qui n'a que l'embarras des choix, à un vulgaire rôle de répétiteur d'un dialogue monotone.

Maintenant je peux vous le dire... voyager permet de rêver. Il est probablement le moyen le plus facile pour rêver.

Voyager dans le monde physique ou dans les rêves incarnés dans un livre, un tableau ou une musique, permet de rêver.

Et si vous avez encore du mal à rêver... Voyagez!

Suivez les aventures de Houda Chaloun sur son blog Moroccan Nomad et sur sa page Facebook.

Galerie photo Les voyages de Houda Chaloun Voyez les images

LIRE AUSSI:Ces globe-trotters marocains qui plaquent tout pour voyager (PHOTOS)

Galerie photo Les voyages de Houda Chaloun Voyez les images