LES BLOGS
21/04/2016 09h:12 CET | Actualisé 22/04/2017 06h:12 CET

Saïdani: le silence des agneaux ou la revanche du loup ?

Stringer . / Reuters

Un silence qui fait beaucoup de bruit. Celui d'Amar Saïdani qui ne s'est curieusement pas exprimé sur le tweet empoisonné de Manuel Valls. Habituellement le premier à fanfaronner, à sonner les trompettes, à chauffer les tambours, à se dresser en rempart contre tous ce qui touche au "vieux loup", il a choisi cette fois le silence plus que sot ... des agneaux !

Principal canal de diffusion des intentions claniques "Bouteflikiennes", ses sorties "prémonitoires" lui ont valu la célèbre formule médiatique de "source étonnamment bien informée" et une crédibilité à faire pâlir les plus grands services de contre-espionnages au monde.

C'est ainsi qu'entre autre, il s'était attaqué en premier au puissant général Toufik, qu'il avait prédit le quatrième mandat au Président, promis des offrandes à l'opposition dans la constitution et devina le retour aux affaires de Chakib Khelil; plus qu'un mandataire du pouvoir, un oracle révéré !

On le dit en vacance en France, on l'envoie sous le soleil du Qatar, on le pense encore en chine, le mystère est total, et la rumeur s'en nourrit comme le vent excite les flammes ! Ses diatribes nous manqueraient presque, car rédhibitoires mais toujours fondées; tantôt s'acharnant sur Nekkaz, tantôt blasphémant Ouyahia, c'est Belayat qui en a le plus pâti.

Ce dernier, pensant tenir enfin sa revanche, est allé [mardi] 19 avril, lancer un violent réquisitoire sur le plateau de la chaîne TV d'El Bilad, à l'encontre du président du FLN qui l'avait excommunié des sphères décisionnelles ! Il s'est dit offusqué et attristé par le silence coupable de Saïdani et du parti de la révolution, première force politique du pays.

Il n'y aurait selon lui aucun doute sur la complicité de Amar Saïdani dans ce qu'il appelle, un complot Français pour la déstabilisation du pays. Il s'est également interrogé sur ce silence alors que Saïdani s'était empressé d'apporter son soutien au ministre Bouchouareb dans l'affaire des "Panama Papers" à partir de Pékin !

Dans le giron de Ouyahia, l'autre personnalité politique à en tirer profit du "faux-pas" de Saïdani, on parle d'une discorde naissante entre le sérail présidentielle et l'homme fort du FLN, à la suite de déclarations jugées irréfléchies, où il dénonçait, en jeune loup de 66 ans, l'avidité des hommes à vouloir garder le pouvoir !

Cette allusion malheureuse serait la pomme de la discorde, que "le vieux chef" , aurait eu du mal à digérer !

Dans sa quête inavouée du pouvoir et dans son escalade le menant au temple de Bouteflika, Amar Saïdani aura incontestablement raté une marche ! Et souvent lorsque les oracles sont accusés de "médiser" ou de "laconiser", ils se retrouvent vite discrédités, chassés, bannis, où même supprimés au pied du même temple qu'ils avaient tant servi. À méditer !

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.