LES BLOGS
07/10/2015 09h:24 CET | Actualisé 07/10/2016 06h:12 CET

Bledek : j'ai eu l'impression que tu veillais sur moi (17)

Hassen Mehiris pour le HuffPost Algérie

Bledek.

Pourquoi ce n'est pas aussi simple que la migration des oiseaux? Comment l'être humain arrive, à ce point, à se gâcher l'existence? Je suis perdu quand je ne suis plus connecté à la Beauté. Ça pourrait être beau. Mais ça ne l'est pas. Il suffirait de suivre la plume, celle qui te donne le sentiment d'être rien et tout à la fois.

Comme hypnotisé.

Je l'ai fait.

J'y suis finalement arrivé twel darek. Je l'ai reconnue tout de suite, elle m'a paru en ruine. Elle était comme le reste des constructions que j'ai pu voir.

A l'abandon.

"Darek papa", ta maison au bled.

Comme dans un rêve, les volets se sont ouverts tandis que le voisin m'interrogeait. Pendant une seconde, mon cœur s'est soulevé et j'ai cru que tu allais apparaître. Mais ce n'était pas toi. Un homme, que j'ai reconnu.

Je ne le savais pas mais un de tes fantômes y habite. On ne m'avait pas prévenu que ta fille y était quand j'ai voulu voir ta maison. Je l'ai rencontrée et je me suis longuement entretenu avec elle.

Tu avais dispersé des plumes dans toute la maison. Courage, tu n'as rien à craindre. Message reçu. J'ai emporté une de ces plumes avec moi.

Ta fille, donc, avait élu domicile dans cette ruine. C'est le théâtre qu'elle a choisi pour écrire les prochains actes de sa dramaturgie.

Un fantôme. Ton fantôme. Le mien aussi. Rien n'arrive au hasard. Je n'ai pas refusé de m'entretenir avec mon fantôme. Si elle était là au moment où j'y étais, je n'allais pas fuir. Je n'allais pas fuir non, mais je n'allais certainement pas lui consacrer la moindre énergie.

Je resterais à distance à observer la pièce qu'elle ne manquerait pas de jouer sous mes yeux indifférents. Je n'ai pas eu à attendre très longtemps.

C'est incroyable de constater à quel point on a pu se laisser entraîner dans des jeux existentiels inintéressants, à notre insu.

L'Erinye n'a pas manqué de ventiler toute la gamme de son talent pour essayer de m'amener à ma perte.

J'ai pu lui dire l'essentiel, ma tristesse pour une vie gâchée. Un dernier fardeau délesté. Je l'ai regardée s'époumoner toute la soirée. J'ai subi ses hurlements une bonne partie de la nuit. Je suis resté éveillé et sur mes gardes le reste de cette nuit. Une longue nuit.

Après avoir passé ce moment de ma vie sous ta lumière, j'ai continué ma route, la laissant, las, sur le bas-côté.

A quoi sert d'être l'acteur du drame de quelqu'un quand tu te sais être un acteur interchangeable? J'ai mieux à faire.

Tes pensées font ta réalité. Je décide que la mienne sera riche et intéressante. Malgré les peines, malgré les doutes, malgré les douleurs, malgré le passé, malgré les malveillances qui essaieront de m'atteindre. Elles n'y arriveront pas.

L'Algérie. Bledek.

Le matin était clair et ensoleillé quand je suis parti men darek.

Après avoir dit au revoir à Nena, la voisine, triste de me voir partir si vite alors qu'elle me tendait un morceau de matlou3, j'ai emprunté le chemin.

Ce chemin qui me paraissait être un boulevard infini quand j'étais petit, ce chemin où j'avais croisé la route d'écoliers en uniforme quand j'avais 6 ans. Je me rappelle avoir eu peur de "rentrer difinitif" à ce moment-là parce qu'alors, je serais analphabète fi Bledek.

Ce chemin où on chassait les lézards avec mon cousin. Était-ce Minou? Mansour? Hamza? Je ne m'en souviens plus.

Je savais qu'aujourd'hui, au bout de ce chemin, je reverrais Mansour et Hamza après 27 ans.

27 ans.

Le boulevard s'était transformé en chemin.

Cette maison immense, en cabane en ruine.

Les écoliers aussi avaient rétréci.

A 6 ans, le monde paraît immense, il rétrécit en grandissant.

A 6 ans, tes peurs paraissent terrifiantes.

Tes fantômes disparaissent si tu les affrontes tu sais.

Alors fais-le.

Bledek. Au bout du chemin.

Derrière la porte verte, toute une partie de ma famille que je ne connais pas.

Derrière la porte verte, des êtres humains qui ont les mêmes aïeuls que moi.

Je n'ai pas dormi, la réalité parait irréelle après une nuit blanche.

Combien de temps ma main est-elle restée suspendue?

Combien d'inspirations avant d'oser cogner la porte?

Mais qu'est-ce que je suis venu foutre fi Bledek?

LIRE AUSSI: Bledek : j'ai vu le soleil se coucher à l'ouest (16)

Retrouvez tous les récits "Bledek" en cliquant ici.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.