LES BLOGS
11/06/2014 12h:01 CET | Actualisé 11/08/2014 06h:12 CET

Nous sommes les seuls responsables!

BOKO HARAM - Au Nigéria, Boko Haram organise des rapts de jeunes filles pour en faire des captives, comme du temps de la conquête arabo-musulmane. On impute également à cette secte plusieurs massacres de jeunes pensionnaires et élèves, leur seul crime : suivre des études qui ne "concordent" pas avec les préceptes islamiques.

"La culpabilité d'un seul n'exclut pas la responsabilité de tout le monde", Michel Audiard

Au Nigéria, Boko Haram organise des rapts de jeunes filles pour en faire des captives, comme du temps de la conquête arabo-musulmane. On impute également à cette secte plusieurs massacres de jeunes pensionnaires et élèves, leur seul crime : suivre des études qui ne "concordent" pas avec les préceptes islamiques.

En Irak, l'Etat islamique en Irak et au Levant gagne du terrain. Son armée a déjà pris le contrôle de la deuxième ville d'Irak, en plus de quelques villes avoisinantes, et a annoncé la création d'une "province islamique".

Au Pakistan, une fusillade a éclaté dans l'aéroport entre l'armée et des groupes islamistes d'Al Qaïda.

Quant au reste du monde arabo-musulman, il semble passif et inquiet: Mais, que se passe-t-il? Pourquoi cela arrive-t-il souvent chez nous? Qu'avons-nous fait de mal? ... Face à ce flot d'interrogations, la réponse est toute trouvée, unique, simple, claire: c'est un énième complot contre l'islam, ce sont les américains, les juifs, les pays du Golfe, les francs-maçons et j'en passe. Au fil des années, la liste des conspirateurs s'allonge sans qu'on arrive à cerner leurs identités avec exactitude et sans qu'on arrive à dévoiler le fonctionnement et la logique de ce "complot mondial".

Alors, au-delà des théories du complot, qui sont les véritables responsables de cette escalade terroriste meurtrière?

Au Nigéria, en Irak, au Pakistan et comme partout dans le monde arabo-musulman, des idées et des attitudes liés au fondamentalisme se propagent et touchent, non seulement les personnes vulnérables ou bien un segment réduit de la population, mais l'ensemble de la population.

Au Nigéria, on voile les fillettes, on ampute la main du voleur et on persécute les chrétiens avec l'aval de la population.

En Irak, certaines populations marient les filles mineures pour perpétuer, dit-on, la sunna.

Au Pakistan, on défigure les femmes à l'acide et les crimes d'honneur battent des records.

En Egypte, des femmes voilées et - surtout- non-voilées se font publiquement lyncher et dénuder avec la bénédiction, voire avec les encouragements de la population.

Au Soudan, les femmes se font flageller alors qu'on entend les rires sarcastiques de la population venue assister au spectacle et se délecter de la souffrance d'autrui.

En Tunisie, nombreuses sont les femmes qui réclament le retour de la polygamie et les hommes qui attendent avec impatience la réinstallation de la charia.

Plus encore, les "élites" sociales, politiques et savantes, restées en marge de la massification du fondamentalisme, se sont mises à leur tour à s'en imprégner. De nos jours, des adolescentes issues de la classe aisée organisent des cercles privés dirigés par un prédicteur, des politiciens "progressistes" font briller leur foi et des personnes cultivées réfutent le darwinisme car elle contredirait l'islam.

L'on ne s'étonne pas alors de voir des villes et des régions entières tombées sous l'emprise de Boko Haram, d'Al Qaïda et de l'Etat islamique en Irak et au Levant.

On ne le répétera jamais assez: le fondamentalisme, suivi inconsciemment par "la majorité silencieuse" arabo-musulmane, est le terreau qui nourrit et qui incite les organisations terroristes à sévir. Le conditionnement progressif et massif à un islam rigoriste via la télé-prédication en premier temps, puis via les partis islamistes élus en deuxième temps, est pour ces organisations le signe que nos sociétés sont arrivées à "maturation" et qu'elles sont prêtes à embrasser l'Etat islamique.

D'abord persuasif, puis agressif, l'ombre du "fascisme" religieux se dessine peu à peu dans les régions les plus vulnérables et les plus conservatrices du monde arabo-musulman ... Le reste suivra.

Retrouvez les blogs du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.