LES BLOGS
02/07/2015 10h:53 CET | Actualisé 02/07/2016 06h:12 CET

J'ai mal pour mon Maroc

DR

SOCIÉTÉ - Je suis une inconnue, une jeune femme ordinaire et rien ne me prédestinait à prendre la plume un jour... Ce jour est venu car il m'est insoutenable de voir mon pays, ce doux Maroc de mon enfance, se faire piller toutes valeurs de fraternité et de tolérance par une idéologie montante, une idéologie de l'ignorance et de la médiocrité.

J'aimerais vous conter le Maroc de mon enfance. Un Maroc où j'ai joué à la marelle dans un quartier populaire de Casablanca en jupe (oui, je précise en jupe) avec des filles et des garçons de toutes classes confondues, un Maroc où j'ai eu une adolescence conservatrice mais libre en même temps.

Ma mère me disait à l'époque "on est au Maroc, couvre tes épaules" avant de me laisser filer au dawliz (cinéma casablancais) avec mes copines collégiennes. Un Maroc où, enfant, je jeûnais deux heures par jour afin que ma grand mère puisse "coudre" ces heures jusqu'à ce que j'arrive à obtenir une journée entière de jeûne, dont j'allais me vanter pendant un mois entier. Un Maroc avec un islam d'une douceur indescriptible.

Ce Maroc, je ne le laisserai pas nous échapper, je ne vous laisserai pas nous prendre notre lecture du Coran qui a toujours été pleine de sagesse et d'ijtihad, je ne vous laisserai pas nous prendre ce Maroc multiple, cette mosaïque culturelle de langues, de plats, d'us et coutumes dont je serai toujours la première avocate!

Ma grand-mère m'a toujours dit: "chez nous, la femme n'est pas seulement une femme, elle est un homme et demi". Cette expression me faisait toujours sourire, mais aujourd'hui, j'en comprends le sens. Je comprends que je dois me lever pour défendre mes droits en tant qu'individu, en tant que femme, et que je dois me lever également pour défendre notre Maroc de la montée de la bêtise et de la médiocrité.

Cette médiocrité défile devant nos yeux depuis des mois et nous restons muets!

Quel est ce gouvernement qui passe son temps à commenter la tenue des chanteuses sur 2M, ou qui condamne des jeunes femmes en jupe à Inezgane, ou encore à censurer des films, tandis que des gens meurent tous les jours dans nos hôpitaux, que les écoles sont dans un état pitoyable, que le baccalauréat d'un pays perd toute valeur, que le radicalisme se nourrit tous les jours d'une pauvreté scandaleuse?

Je suis fière de mon pays, fière de mon roi, l'une des monarchies les plus anciennes et les plus prestigieuses au monde. Mon Maroc est ce seul et unique pays au monde où le grand-père de notre roi actuel a protégé l'ensemble de ses citoyens en refusant de livrer les juifs marocains au gouvernement de Vichy, mon Maroc est ce pays où la femme joue un rôle moteur dans la société.

Je représente tous les jours ce pays, quand j'étais en classes préparatoires, quand j'étais en école, quand je mène une carrière de battante... Chaque jour, je tente de représenter au mieux ce cher pays afin de montrer au monde à quel point nous sommes un peuple formidable. Alors, peuple du Maroc, alignons-nous tous derrière notre roi, aidons-le et jetons dehors ce gouvernement qui n'a fait que tirer vers le bas la société civile.

J'ai mal pour mon Maroc, je rêve d'un Maroc où ma fille sera respectée si elle marche dans la rue, où nous irons tous à l'école publique, où les hôpitaux pourront soigner tous les citoyens dans des conditions décentes... Voilà de vrais combats.

Combattre des jupes et des homos... Mon pauvre pays!

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.

Galerie photoManifestation à Casablanca en soutien avec les filles arrêtées à Inzegane Voyez les images