LES BLOGS
07/04/2016 07h:07 CET | Actualisé 07/04/2017 06h:12 CET

Tunisie: Des voitures neuves mais tueuses

Michael Dalder / Reuters

Elles sont confortables, avec de belles silhouettes, séductrices, et surtout pas chères.

Elles sont livrées avec un paquet d'options, chaque foyer rêve d'en avoir une.

Elles sont Asiatiques, avec leurs phares bridés et l'allure fine comme des Geishas, et Européennes aussi, racées et futuristes.

Hélas, elles sont comme les mythiques sirènes....elles vous attirent par leurs chants, vous y succombez, pour ensuite vous dévorer!

Dans cet article, je ne parlerais pas des sirènes tueuses de marins, desquelles Ulysse, fondateur de Rome, s'échappa, suite à la mise en garde de la sorcière Circé, en ordonnant à son équipage de le ligoter à un mat de son navire pour ne pas céder à leurs chants envoutants.

Ce sont des voitures, avec leur allure féline, mais une mécanique félonne!

Quand les freins vous trahissent!

Je vous narre une triste expérience que j'ai vécue, le 31 Mars 2016. Une expérience qui a failli m'être fatale.

J'ai échappé à une mort certaine, grâce aux airbags, cette salutaire invention.

airbag

Comme chaque matin, je roulais route de la Marsa direction Tunis pour regagner mon bureau, ne dépassant pas les 70 km/h, dans une zone où la vitesse est limitée à 90 km/h.

A 100 mètres, juste devant moi, un feu rouge, avec quatre rangées de voitures à l'arrêt, et quatre à cinq voitures dans chaque rangée, j'ai appuyé sur le frein pour m'arrêter.

Hélas, les freins ne réagirent pas, la voiture continuait dans son élan: Les freins ne fonctionnent pas!

J'appuyais à fond sur la pédale, rien, aucun effet, la voiture ne ralentissait pas!

Je me suis résigné à mon sort, tenant fermement le volant des deux mains, en appuyant toujours sur le frein.

L'impact était inévitable, toutes les voies étaient occupées par des véhicules à l'arrêt.

Aucune issue, un muret en béton à ma gauche, qui séparait les deux voies, et un trottoir avec des piétons à ma droite !

Il me fallait décider rapidement, en deux secondes: soit percuter les véhicules juste devant moi, soit le muret en béton.

J'ai opté de percuter le véhicule juste devant moi, car rien ne garantissait une meilleure issue en fonçant dans le béton!

En une fraction de seconde, la camarde aux aguets, je percutais une berline allemande.

Le choc fut tellement violent, que les airbags se sont déclenchés. Le devant du véhicule gravement endommagé.

Je ne me rappelle pas de cet instant tragique, seulement des airbags explosés et un gaz jaunâtre dans la voiture.

Le choc a causé le télescopage de quatre véhicules. Heureusement aucun blessé, à part une contusion à mon genou droit qui m'a empêché de conduire pendant quatre jours.

Epilogue

La voiture fut envoyée aux ateliers du concessionnaire pour évaluer les dégâts.

Les techniciens, après examen des roues, ne décelèrent aucune trace de freinage. Le système de freinage a bel et bien lâché!

En 2014, plusieurs centaines de milliers de voitures de la marque avaient été rappelées par le fabriquant pour des problèmes de freinage et d'injection.

La presse occidentale en a parlé longuement.

Mais, dans le pays de Didon, aucune réaction, même pas un entrefilet dans la presse.

Le ministère du Commerce, se doit de lever le voile sur l'opacité de tout un secteur:

Un secteur qui, annuellement, amenuise nos réserves en devises de 1 400 millions de Dinars tunisiens!

Cela va sans dire que le premier risque qui pousserait les entreprises du secteur à agir est le risque "réputationnel".

A date, les concessionnaires de la place en importent encore pour les céder à des citoyens non avertis de pays "émergents", un vocable "euphémistique" qui plait tant à l'occident!

Pour l'heure, je dis, sans forcer le trait: Merci de nous vendre la mort.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Galerie photoLes voitures dévoilées au Salon de l'Auto de New York Voyez les images