LES BLOGS
06/12/2013 04h:46 CET | Actualisé 05/02/2014 06h:12 CET

Vous rappelez-vous Ibrahim... Ibrahim Fanon?

La CIA le connaissait.

Frantz Fanon a émis son dernier souffle dans un hôpital de recherche américain exploité par le gouvernement des États-Unis. Plusieurs sources confirment que le certificat de décès, déposé à Bethesda, une banlieue de Washington, identifie le corps comme Ibrahim Fanon.

Il y a 52 ans, Frantz Fanon, qui avait suscité la révolution néo-colonialiste en Algérie française et le mouvement panafricain, est mort à 36 ans, le 6 décembre 1961. La documentation attribue sa mort à aux effets de leucémie.

Quelques jours après la mort de Fanon les agents de police enlevaient son nouveau livre, "Les Damnés de la Terre" (éditeur Maspero, avec son introduction inflammatoire écrite par Jean-Paul Sartre), des librairies à Paris. Ce n'était pas la première fois que les livres de Fanon ont été confisqués en France. Et ce ne sera pas la dernière.

Pourquoi le nom Ibrahim? Fanon avait-il embrassé l'Islam ou la CIA?

ll y a toujours eu une ambiguïté entourant la question si Fanon était un converti à l'islam sous le nom "Ibrahim" ou si les Américains ont utilisé le nom comme une couverture pour de propres raisons.

Dans un article publié dans le New York Times David Macey insiste que Fanon n'était pas un musulman durant sa vie et affichait des tendances agnostiques. Mais Macey ne précise pas pourquoi le certificat de décès est déposé sous le nom de Ibrahim Fanon.

Rien de spécifique de la part de certains autres biographes de Frantz Fanon, comme la psychiatre Alice Cherki. On ne rencontre aucune révélation officielle provenant des cliques autour des présidents Benjadid et Bouteflika, ni autour de l'appareil de renseignement algérien.

Alors que Fanon obtient le statut de superstar comme Che Guevara parmi les militants de l'OLP, Al Qaida, les Tigres tamouls, divers groupes africains comme aussi le militant musulman noir Malcolm X, le FLN et ses dirigeants préfèrent le voir oublié, enterré dans un cimetière près de la frontière tunisienne.

Fanon, utilisé par la CIA, et le Kremlin?

Ce qui est connu: après avoir été forcé de quitter l'Algérie française définitivement en 1957, Fanon a vécu et écrit principalement à Tunis. Il a voyagé dans toute l'Afrique pour promouvoir le concept de l'unité africaine et la nécessité de recourir à la violence pour contrebalancer les tactiques des maîtres coloniaux.

Aujourd'hui, il est à la mode pour certains historiens révisionnistes, biographes et analystes, de caractériser Fanon comme l'idéologue du terrorisme en Afrique et dans le monde arabe, et Che Guevara comme étant le vrai combattant révolutionnaire. Entendez-vous Joseph Kony citant Frantz Fanon? Ou le grand ami de Oussama Ben Laden, Mollah Omar?

Fanon n'est pas resté en Algérie avec les combattants parce qu'il était noir, pas un arabe ni berbère, n'appartenait pas à une tribu et était un produit de la culture et de l'éducation française. Che Guevara n'est pas resté une partie de la révolution à Cuba parce qu'il était argentin, et parce qu'il ne pouvait pas concilier son esprit révolutionnaire avec l'infrastructure d'un gouvernement organisé. Autre que d'attirer l'attention des médias internationaux, sa performance dans les postes ministériels que Fidel lui a accordés était au mieux médiocre.

Peau Blanc Mains Rouge

Frantz Fanon a toujours été une personne d'intérêt. Son caractère au vitriol lui rapidement créé des ennemis.

Les journaux et les biographes ont déclaré qu'il était impliqué dans un grave accident de voiture au Maroc en 1959, dans lequel il a subi des blessures à la moelle épinière ainsi qu'une paralysie temporaire. Il a été transporté à Rome par avion pour recevoir un traitement médical, et l'ambulance qui devait le transporter à l'hôpital a été équipée d'une bombe à retardement qui a explosé avant qu'il n'entre, blessant plusieurs Italiens.

Au lieu d'être transporté à l'hôpital, Fanon et son épouse française Josie ont été emmenés à un poste de police, où elle a été interrogé par les autorités italiennes sur des questions politiques. Après l'interrogatoire de Mme Fanon, la police italienne a permis à Frantz de continuer vers l'hôpital pour traitement.

Au Maroc, au moment de l'accident, il était connu que les groupes comme la "main rouge" étaient actifs dans l'élimination des nationalistes africains de renom. Ceci est corroboré dans le livre "La Piscine, les services secrets 1944-1983" de Pascal Kropp et Roger Faligot. Les auteurs ne mentionnent pas si l'accident d'automobile de Fanon a été causé par des agents "main rouge."

Le jeu double du panafricanisme

Fanon n'était pas sous le contrôle d'un gestionnaire d'espions. Mais son activité appuyait les objectifs des États-Unis et de l'Union soviétique au Maghreb et en Afrique.

Parce qu'il a été encadré par le philosophe existentiel Jean-Paul Sartre, un communiste français et un membre de l'élite intellectuelle, Fanon a gagné un certain cachet. Le point de vue de Fanon sur la psychopathologie du colonialisme et du nationalisme africain était crédible auprès des gens de gauche en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis et en Amérique latine.

Après la crise de Suez, le Kremlin a équilibré ses intérêts en Afrique en lançant des opérations pour fomenter la révolution en Amérique latine. Avec Cuba comme client et plate-forme pour diffuser la révolution socialiste, Fanon est devenu moins important pour l'Union Soviétique. En Afrique comme à Cuba, au Chili et en Bolivie, le Kremlin s'intéressaient au contrôle des travailleurs et syndicats enracinés dans le mouvement syndical européen, et dépôts de minéraux stratégiques. Le racisme ancré dans le caractère russe a trouvé un partenaire idéal en Fidel. Son régime n'a pas encore de Noirs occupant les portefeuilles importants au sein du cabinet.

Moscou a aidé l'Egypte à construire le barrage Asawan. Le socialisme arabe a pris la forme d'un culte de la personnalité articulé autour de Nasser. Avec l'aide militaire de Moscou, Nasser représentait une menace pour l'Arabie saoudite et Israël, eux-mêmes clients des États-Unis. Le soutien de Moscou pour la révolution algérienne était plus subtile puisque les États-Unis, ayant gaspillés des milliards à appuyer des opérations françaises au Vietnam, était plus que disposé à voir De Gaulle se faire prendre à son propre piège en Algérie.

Fanon n'a pas pu empêché son ami communiste Patrice Lumumba d'être capturé et tué dans un coup d'Etat dans le Congo organisé par la Grande-Bretagne et les États-Unis en 1960.

Puis, Fanon a développé un cas de leucémie. Son orientation marxiste le fit choisir Moscou pour y recevoir un traitement. Mais, en 1961, Fanon est victime d'une rechute et se rend aux États-Unis grâce aux bons offices de Oliver Iselin, un agent de la CIA aux multiples responsabilités dans le Maghreb, notamment en Tunisie.

"Ollie" Iselin, d'une famille américaine de premier plan, a un réseau international.

Les premiers jours ont été passés au DuPont Plaza Hôtel, près de la Maison Blanche. Pourquoi? La CIA exploitait des bâtiments à proximité de la Maison Blanche. On peut supposer qu'il a reçu des soins à l'hôtel. Son nouveau siège, construit dans la banlieue en Virginie, n'a pas officiellement ouvert jusqu'à après la mort de Fanon. C'était pratique pour les discussions. Fanon a ensuite été transféré à l'hôpital en Maryland.

Le dernier voyage de Fanon

Plusieurs sources confirment que le corps de Fanon a été porté à la Tunisie depuis les États-Unis dans un avion Lockheed Electra américain. Le voyage a été rendu possible par des canaux sensibles entre le département d'Etat américain, la CIA et le régime de Tunis. Un article paru dans le New York Times rapporte que "Ollie" Iselin était non seulement présent à l'enterrement, mais qu'il y a également été photographié.

Frantz Fanon a été montré solennellement à Tunis. Il a été enterré à au cimetière des martyrs à Ain Kerma, en Algérie, près de la frontière tunisienne.

En dépit de la connexion de Fanon avec le mouvement de la Négritude et sa connexion à l'esclavage, aucun de ses travaux ont souligné le rôle historique joué par des tribus arabes et du Maghreb dans le commerce des esclaves panafricains et plus tard, l'organisation du commerce transatlantique des esclaves vers les Amériques.

Aujourd'hui, le milliardaire George Soros, le patron de la International Crisis Group (ICG), préconise que Al-Qaïda à participé directement au gouvernement de l'Algérie afin de rendre la nation "plus démocratique". Chuck Hagel, le secrétaire à la Défense des États-Unis, a également été favorable à l'initiative Soros. Comment Fanon répondrait-il à ce sujet?

Retrouvez les blogs du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.