ALGÉRIE
22/04/2019 20h:24 CET | Actualisé 22/04/2019 20h:54 CET

Zoukh et 5 autres walis limogés

Le Chef d’Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, a mis fin aux fonctions de quatre walis, dont celui d’Alger, Abdelkader Zoukh, ce lundi 22 avril 2018.

 Abdelkader Zoukh a été remplacé par Abdelkhalek Sayouda. Abdelkader Bradai (Laghouat), Lounes Bouzegza (Batna), Mohamed Belkateb (Sétif), Yahia Yahyaten (Boumerdès) et Belarar Harfouche (El Taref) ont été nommés.

Abdelkader Zoukh était en poste depuis le 23 octobre 2013. 

Aujourd’hui, il a été chassé par les habitants de la Casbah après l’effondrement d’un immeuble près de la Place des Martyrs, ayant causé la mort de 5 victimes selon la Protection civile.

Selon l’article 92 de la Constitution, un wali est désigné par le Président de la République. Toutefois, l’article 104 n’interdit pas au chef de l’Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, désigné à la suite de la démission de Abdelaziz Boutelfika en application de l’article 102, de nommer des walis.

“Pendant les périodes prévues aux articles 102 et 103 ci-dessus, il ne peut être fait application des dispositions prévues aux alinéas 7 et 8 de l’article 91 et aux articles 93, 142, 147, 154, 155, 208, 210 et 211 de la Constitution.

Pendant ces mêmes périodes, les dispositions des articles 105, 107, 108, 109 et 111 de la Constitution ne peuvent être mises en œuvre qu’avec l’approbation du Parlement siégeant en chambres réunies, le Conseil constitutionnel et le Haut Conseil de Sécurité préalablement consultés”, peut-on lire.