TUNISIE
25/03/2018 17h:39 CET

Zouhaier Hamdi réélu secrétaire général du Courant Populaire

Le parti du Courant populaire a tenu son premier congrès les 24 et 25 mars avec pour slogan “La souveraineté nationale est notre priorité et le développement indépendant est notre orientation”.

Zouhair Hamdi/Facebook

Les structures centrales du Courant populaire ont été élues, dimanche, à Tunis, lors des travaux du premier congrès du parti, tenu les 24 et 25 mars courant.

 Les motions du congrès ont été adoptées, samedi, à savoir la motion politique générale, les motions nationale, internationale, économique et sociale, la motion de lutte contre le terrorisme et la corruption et la motion culturelle.

 Lors d’un point de presse, dimanche après-midi, le président du congrès Abdejelil Omrane a annoncé la décision de réélire Zouhaier Hamdi secrétaire général du Courant populaire à l’issue de la réunion du nouveau bureau politique du parti.

 Il a été aussi convenu d’adopter l’initiative présentée à l’ouverture du congrès appelant à l’élaboration d’un programme national de sauvetage auquel prennent part les partis progressistes et les organisations nationales, a indiqué le président du congrès.

Selon lui, cette initiative est basée sur trois principaux axes, à savoir exiger une négociation directe avec le pouvoir et le forcer à accepter les propositions du programme de sauvetage, créer une dynamique populaire et procéder à une mobilisation civile et pacifique pour exiger l’application de ce programme et participer aux côtés des forces progressistes aux prochaines élections.

Sur le plan international, les congressistes ont réaffirmé leur détermination à tout mettre en œuvre pour préserver l’unité de la Libye et à mettre fin au dépouillement de ses ressources étant donné que la sécurité de la Tunisie dépend de celle de la Libye, lit-on dans la déclaration finale du premier congrès dont une copie est parvenue à l’agence TAP.

Le Courant populaire a aussi condamné la poursuite de l’offensive contre le Yémen, réaffirmant sa détermination à soutenir la Syrie pour préserver son unité territoriale.

A l’ouverture des travaux, le secrétaire général du Courant populaire, Zouheir Hamdi, a évoqué indiqué que son parti “accède, aujourd’hui, à une nouvelle étape, celle de la lutte contre les forces rétrogrades et les forces soutenues par la mafia et la colonisation”.

Il a évoqué la situation difficile par laquelle passe actuellement la Tunisie, où, selon lui, le pessimisme et le sentiment de désillusion règnent en maîtres, surtout après l’échec des gouvernements successifs à réussir à changer la situation socioéconomique et à améliorer le niveau de vie des Tunisiens.

Zouheir Hamdi a critiqué l’actuel gouvernement, déplorant l’absence d’un plan d’action concret et d’une vision claire pour la prochaine étape.

Il a appelé à un dialogue rassemblant toutes les forces vices, les personnalités et les organisations nationales “sans associer les composantes de la coalition au pouvoir”. Ce dialogue aura pour objectif, a-t-il dit, d’élaborer une vision commune qui permettra de préparer convenablement les législatives et présidentielle de 2019.

Le Courant populaire, tel que l’a voulu son fondateur le martyr Mohamed Brahmi, a-t-il dit, est une réelle tentative sur la voie de “la poursuite du projet national libérateur et rassembleur entamé depuis le 19e siècle”.

Ont assisté à l’ouverture du congrès, outre l’ambassadeur de Palestine à Tunis, des représentants de partis politiques de Tunisie et de l’étranger et d’organisations nationales ainsi que des personnalités politiques nationales.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.